Le retour des dirigeables

mardi 14 avril 2009 Écrit par  Laurence Parmelan

dirigeable aeros-ml866

Les dirigeables refont leur apparition. Parmi quelques entreprises spécialisées dans le monde, Aeros prépare d'énormes cargos flottants plus lourds que l'air. Ni avions, ni hélicoptères, ni dirigeables, leur principe aéronautique est tout nouveau. 

Seule une poignée de sociétés essayent de faire redécoller les dirigeables. Encore associés dans les consciences à la catastrophe du Hindenburg en 1937, les dirigeables méritent pourtant d’être développés. Ils sont en effet capables de voler sans - trop - abîmer la planète.

dirigeable aeros 40DAeros, jeune société américaine implantée en Californie vient d’ailleurs d’obtenir son certificat de production de l’Administration fédérale de l’aviation américaine pour le ballon dirigeable souple  Sky Dragon 40 D ( photo ci-contre).  Ce qui veut dire que les modèles produits obtiendront leur certicat de navigabilité sans devoir faire l'objet d'une présentation individuelle devant l'administration. Le Sky Dragon 40D a surtout été conçu pour répondre à la demande du marché, explique le fabricant. Il est destiné par exemple au tourisme, à la surveillance, aux missions humanitaires, à la couverture aérienne des événements par les chaînes de télé, à l'installation de plateformes de mesure pour la recherche.  Dans ces cas il remplace efficacement l'avion ou l'hélicoptère, pour un investissement moindre et souvent une consommation moindre. 

Voir le Sky Dragon 40 D voler ( Vidéo au format wmv)

dirigeables article de ddmagazine.Mais Aéros compte bien développer une nouvelle génération d'énormes aéronefs pour le fret mais aussi pour le transport aérien de personnes avec un objectif de faible consommation (voir notre artice : les dirigeables, alternative aux avions de ligne ?) Premiers intéressés, les militaires, qui y voient la possibilité de transporter de lourdes charges ( des chars par exemple) sur les théatres d'opérations. A la différence des dirigeables d'autrefois, ceux-ci seront plus lourds que l'air et n'auront besoin ni de ballasts pour décoller, ni de larguer du gaz pour redescendre. L'aéronef utilise l'aérodynamique et le contrôle de poussée d'Archimède (buoyancy en anglais), plus exactement de la densité de l'engin lui même et de la densité de l'air sous l'engin, pour décoller er atterrir. Cette technologie jamais développée dans l'histoire de l'aéronautique est utilisée partiellement sur le (relativement) petit Sky Dragon 40 D.

Caractéristiques du Sky Dragon 40 D

Longueur : 46,6 mètres
Hauteur : 13 mètres
Largeur : 10,6 mètres
Vitesse maximale : 82 km/h
Altitude de croisière : de 0 à 3 048 mètres
Volume : 2833 m3 d'hélium
Deux moteurs d'avion 4 cylindres, Teledyne Continental IO-240-B
Capacité en carburant : 287 litres utilisables
Type de carburant :  AVGAS 100 or 100LL

Nombre de places : 4 à 5 personnes

Pour en savoir plus sur les caractéristiques