Sortir du rouge par l'investissement responsable

mardi 28 avril 2009 Écrit par  rédaction

investissement-responsableParler d’investissement socialement responsable (ISR), en temps de crise et de scandales financiers, a quelque chose d’incongru. C’est à mourir de rire ; sauf à considérer que la question n’a pas été suffisamment prise au sérieux jusqu’ici. Telle est la conviction des acteurs concernés auxquels Michèle Bernard-Royer donne la parole dans son livre L'investissement socialement responsable, vers une nouvelle éthique.

La philosophie d’investissement véhiculée sous l’appellation ISR implique un discernement élargi à d’autres considérations que le seul rendement financier ; elle se réfère à une hiérarchie de valeurs dont le sommet n’est pas l’adoration du veau d’or. Cette philosophie d’investissement encore marginale cherche à mieux maîtriser les risques d’un placement en conciliant sens des affaires et sens éthique (respect de l’environnement, des droits sociaux et des intérêts à long terme des actionnaires). La batterie de critères utilisée pour composer un portefeuille dit ISR en est l’illustration : la sélection s’opère au regard de critères dits extra-financiers (environnementaux, sociaux et de bonne gouvernance, le plus souvent) en sus des ratios financiers habituellement pris en considération.

Ainsi procèdent ceux qui "fabriquent" les fonds ISR.  Leur argument de vente : faire le bien tout en faisant des affaires, c’est possible arguent-ils en choeur. Comment ? C’est là que les choses se compliquent ; tous n’entendent pas partout la même chose, sous couvert d’ISR. D’ailleurs, les appellations pullulent (investissement responsable ou durable ?) ; aux Etats-Unis, l’ISR inclut la finance solidaire alors qu’en France, un distingo s’impose.

livre-investissement-socialement-responsable.jpgL'investissement socialement responsable, Vers une nouvelle éthique

De Michèle Bernard Royer. Editions SEFI.
Journaliste indépendante, Michèle Bernard-Royer couvre l'actualité du développement durable depuis plus de 15 ans. Ancienne rédactrice-en-chef d'une lettre professionnelle, Le Courrier de l'Environnement, elle a collaboré aux débuts de Valeurs Vertes, l'un des premiers magazines français à mettre en lumière l'ISR (investissement socialement responsable). Parmi ses plus récentes collaborations : Le Figaro, Environnement Magazine (sur la finance carbone), Le Monde 2 (sur les pionniers du développement durable).
Et puis, ici comme ailleurs, la transparence n’est pas le fort des banquiers, surtout à l’égard de M. Tout le Monde. La Banque Postale propose bien, parmi sa gamme de placements, des SICAV orientées ISR (la première remonte à 2002) ; toutefois ni la notice détaillée, ni aucun tête-à-tête avec le conseiller habilité à vendre ce produit financier ISR ne fournissent la réponse à cette interrogation : quelles sont les sociétés sélectionnées que je finance, si j’opte pour LBPAM Développement Durable ? Manque de transparence, doublé d’un manque de sensibilisation de leurs "forces de vente" : tous les réseaux bancaires ont dans leur catalogue au moins un produit financier ISR ; de nombreux témoignages concordent pour attester l’ignorance des chargés de relation clientèle, en la matière. L’ONG Les Amis de la Terre la fustige aussi, dans le cadre de sa campagne mettant en cause le piètre soutien des banques au développement durable, à travers leurs activités de financement de l’économie. Elle conseille aux particuliers de réclamer plus d’information sur les produits financiers autoproclamés ISR, plutôt que d’accorder un "blanc seing" à ceux qui les vendent.

Groupama AM, dont la Sicav Euro Capital Durable, 1ère SICAV ISR classée parmi les plus performantes de l’Europe, vient d’être distinguée s’apprête à lancer auprès du grand public un FCP (Fond commun de placement) baptisé Crédit Euro ISR. Déjà disponible pour la clientèle institutionnelle, sa version dédiée aux particuliers, elle aussi basée sur une sélection des titres assortis de "bonus" ou de "malus" selon leur note "extra-financière", sera distribuée une fois les chargés de clientèles sensibilisés et formés, assure l’asset manager.

La demande pour un usage plus sensé de l’argent est là, mais pour l’heure, les investisseurs institutionnels (banques, assurances, fonds de retraite) demeurent les principaux clients de l’ISR, un peu partout dans le monde, constate Michèle Bernard-Royer dans son livre intitulé l’Investissement socialement responsable : vers une nouvelle éthique*. L’histoire des fonds ISR, les pratiques des gérants et des analystes spécialisés, les obstacles rencontrés mais aussi les évolutions qui permettraient de les surmonter – bref, l’état de l’art en matière de gestion ISR y sont analysés.

L’ISR (investissement socialement responsable), décortiqué dans le livre de Michèle Bernard-Royer*, s’avère être un courant de la gestion financière encore minoritaire, bien que son dynamisme lui vaille de faire à l’occasion la une des journaux. Dynamisme relatif, et sur ce point aucun pays occidental ne l’a encore favorisé au-delà de la "niche" démontre l’auteur, auscultant les chiffres de l’ISR français, européen, américain. Une croissance à deux, voire trois chiffres des encours ISR, d’une année sur l’autre ? Certes, mais on part de presque rien et on embrasse large (les produits financiers s’autoproclament ISR). Pour n’arriver, finalement, qu’à moins de 2% des encours totaux sous gestion en France. « L’ISR est dans le marché, mais faute d’un poids suffisant, son système de valeur ne peut prétendre contrebalancer la tendance ; "c’est pourquoi il subit lui-aussi le contre coup de la crise financière" explique l’un des experts interviewés dans le livre de Michèle Bernard-Royer*. L’ISR doit encore considérablement se développer et se diversifier hors des actions de grosses multinationales cotées en bourse, où il s’est trop cantonné, pour réussir ce pari : sortir du rouge (la crise) par le vert (une croissance propre et sobre).

*L’Investissement socialement responsable : vers une nouvelle éthique, par Michèle Bernard-Royer, Arnaud Franel éd. , 159p., 15 euros. Disponible sur amazon. Ou en librairie, ISBN : 978 2 896 031 88 7

Pour en savoir plus sur l'ISR : 

Repères, chiffres et données et listes des fonds ISR sur Novethic

Finansol : association professionnelle qui fédère les financeurs solidaires et des établissements financiers. Sa mission est de développer la solidarité dans l'épargne et la finance.

Association française de la gestion financière : présentation de l'ISR, styles de gestion ISR et agences de notations.

Autres liens intéressants

Etisphere établit une liste des entreprises les plus éthiques du monde

Transpareny International, organisme international de lutte contre la corruption, reconnu pour ses analyses et indices de corruption par pays, publie aussi un guide de bonnes pratiques pour les entreprises (Business Principles for countering Bribery).