L'art d'être un jardinier paresseux

mardi 19 mai 2009 Écrit par  Yves Heuillard

prieure-de-talloires. Tufts University

"Traiter, tailler, engraisser, désherber, mais je n'ai pas le temps ! " s'exclame Maurice Μarchesi. Maurice n'est pas un jardinier ordinaire. Son domaine :  le Prieuré de Talloires* au bord du lac d'Annecy. Son art : faire travailler la nature à sa place. Bienvenue, au Jardin des plantes autonomes, laboratoire d'essai du maître des jardiniers paresseux.

Ah la belle et bonne chaise longue que vous avez là, mon cher ami ! Je vous laisse à vos travaux de jardinage ; binez, bêchez, taillez, arrosez, entretenez, désherbez,  je vous regarde, vous êtes admirable, ah que c'est beau, je m'endors.

La chaise longue, vous, vous n'y mettez pas souvent les fesses. A peine à la maison et vous voilà transformé en forçat sous la dictature de dame nature, maître de tout votre temps libre. Imaginez  un jardin merveilleux dont l'entretien serait limité, grâce à la diversité végétale. C'est le concept écologique de Maurice Μarchesi qui livre bien volontiers ses secrets lors de visites guidées au Prieuré de Talloires en Haute-savoie (voir les conditions en fin d'article).

Maurice MarchesiLe plus gros du travail de Maurice Μarchesi (photo ci-contre) consiste à rechercher et à tester la bonne plante parmi 100 000 plantes ornementales disponibles en Europe, celles qui s'adaptent le mieux au jardin, au climat,  aux sols, celles qui s'adapteront et atteindront la bonne taille, la bonne forme, selon chaque endroit du jardin : " voyez ici il y avait les Hémérocalles. Le feuillage jaunit pendant l'été, ce qui demande un petit entretien,  je les ai enlevées et remplacées par des bruyères, mais attention ce sont des Erica qui supportent le terrain calcaire d'ici et non des Calluna (que l'on achète souvent à la Toussaint, et qui demandent des terres acides). Prieuré-de-talloire en haute SavoieCe sont des Erica carnea, vagans et darleyensis. Au départ pour résoudre les corvées de désherbage un paillage de chanvre broyé fait l'affaire."  Avec ces trois espèces, notre jardinier dispose de neuf mois de floraison dans l'année, sans taille, sans arrosage, sans traitement et sans la nécessité de mettre de la terre de bruyère. Le feuillage persistant et dense, empêche la pousse des indésirables (ne dites pas "des mauvaises herbes", ndlr).

Jardins du prieure de talloiresL'art de notre jardinier paresseux, c'est aussi de trouver des plantes qu'il ne faut ni tailler, ni traiter. "Voyez ce forsythia intermédiaire, Marée d'Or, dont la hauteur adulte atteint 80 cm, ce qui m'évite la taille.  également ces petits conifères Chamaecyparis obtusa 'Nana gracilis', ce Juniperus squamata blue carpet (un génèvrier ndlr). Aussi ce buis à croissance lente et à port naturellement sphérique Buxus sempervirens 'Suffruticosa'.  Et plus loin le long de la façade, un Solanum Crispum 'Glasnevin' installé en 2003 et qui encaisse les gélées d'hiver, une plante spectaculaire, avec une floraison fin avril début mai qui explose en mai juin, et qui se poursuit jusqu'aux gélées. " Avant il y avait des rosiers et une vigne qui étaient tout le temps malades, et qu'il aurait fallu traiter tout le temps. Les plantes malades, ou non résistantes au champignons et maladies n'ont pas le droit de rentrer dans ce jardin...".

Bien sûr ce qui vaut ici, sur les bords du lac d'Annecy, ne sera pas transposable dans d'autres régions, ou même dans d'autres jardins proches, selon l'exposition, la nature des sols. C'est le concept du jardinier paresseux, expérimenté, validé tous les jours par Maurice qui est intéressant.

Dans la vidéos ci-après il nous initie à cette bienfaisante paresse dans une démarche à l'encontre de bien des pratiques établies, par ceux qui vous vendent, toujours plus de plants, de produits phytosanitaires, d'outils, de services.

* Le Prieuré de Talloires, sur les bords du lac d'Annecy, est propriété de l'université américaine Tufts University depuis 1978.
Visites uniquement sur réservation. Durée deux heures.

Aussi sur DDmagazine

Adieu le green de papa, vive la pelouse écologique

A vos tondeuses, prêts, poussez !

Un réseau de jardiniers engagés pour la biodiversité

 

 

 

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire jeudi 12 novembre 2009 Posté par marie-l

    Bonjour,
    J'ai visité ce jardin et je viens de lire votre article qui traduit bien son esprit et donne envie d'y retourner.
    Pouvez-vous me dire si le paragraphe "Ah la belle et bonne chaise longue ..." est une citation d'écrivain, lequel ?

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.