Pour consommer moins : fenêtre ouverte ou climatisation ?

mercredi 08 juillet 2009 Écrit par  Sylvain Michel

Vous êtes-vous déjà posé la question : en voiture, entre rouler fenêtre ouverte ou avec la climatisation, qu’est-ce qui consomme le moins ?

La climatisation, jadis considérée comme un luxe, fait désormais partie intégrante de la plupart des véhicules mis en vente. Au premier abord, activer la climatisation par temps chaud apparaît comme le choix le moins respectueux de l’environnement. Ce n’est pas si simple.

En fait lorsqu'on roule les fenêtres baissées, la performance aérodynamique de la voiture est réduite, et la consommation augmente. Plus la voiture est aérodynamique, plus l'impact de l'ouverture des fenêtres est important. La perte de performance augmente avec la vitese

Selon une étude de la Société des ingénieurs automobiles (SAE), dans une berline avec fenêtres baissées la consommation de carburant peut augmenter de 8% à 20%. La différence est plus marquée au delà des 80 km/h. Les conditions climatiques ont été prises en compte pour l'étude car elles ont un impact important sur la consommation de carburant.

Selon une étude de l'Ademe, la climatisation augmente notablement la consommation de carburant d'un véhicule. à titre d'exemple, à 25°C par temps clair et en ville, pour un réglage de la climatisation à 20°C, c’est en moyenne 20 % de carburant consommés en plus ; sur route ou autoroute, la surconsommation moyenne est d’environ 6 %.

Donc à faible vitesse, et en particulier en ville, mieux vaut rouler fenêtres baissées. Et de manière générale mettre la clim est pénalisant. Mais sur route et autoroute, cet impact est moins important qu'il n'y paraît, comparé à rouler les fenêtres ouvertes, et ce du fait de la perte d'aérodynamisme. Bien sûr la plupart du temps c'est le confort - et la vigilance qui en résulte - qui dictera le comportement du conducteur à l'égard de la clim, mais le sujet n'est pas sans intérêt.

Lire aussi sur DDmagazine

conduite écologiqueConduite automobile :
16 conseils pour consommer moins

Selon le Ministère de l'écologie, la surconsommation moyenne des voitures avec climatisation en marche est actuellement de l’ordre de 20%. En se basant sur un fonctionnement le tiers du temps d’utilisation du véhicule, cela nous conduit à une surconsommation moyenne annuelle de 7%. Les répercussions sur les émissions sont variables d’un modèle à l’autre, on peut cependant noter une très sensible augmentation des polluants réglementés en cycle urbain et particulièrement l’accentuation des NOx (+ 30%) et des particules sur les véhicules diesel. La climatisation, utilisée en particulier lors de périodes de forte chaleur favorables au pic d’ozone, contribue à amplifier les phénomènes de pollution urbaine.

De son côté, l’Ademe considère qu’en moyenne, sur une année, un véhicule climatisé émet 6 à 10 % de gaz à effet de serre en plus qu’un véhicule identique non équipé d’une climatisation. Cette différence provient de la surconsommation en période d’utilisation mais aussi des fuites du fluide frigorigène dont le pouvoir de réchauffement global est 1 300 fois plus élevé que celui du CO2.

Selon les chiffres de l'Ademe, à 30°C, avec un fort ensoleillement, la surconsommation peut atteindre 30% à 40% en ville, et 15% à 25% sur route-autoroute, si la température de consigne est de 26°C ; avec les mêmes conditions climatiques, la surconsommation peut encore augmenter d'un bon tiers, si la climatisation est réglée sur 20°C au lieu de 26°C.

La fonction désembuage utilisée par temps humide, qui met en action la climatisation, engendre également une surconsommation. Toujours selon l'ademe, à 15°C de température extérieure, pour un
réglage de la température habitacle à 20°C, elle est de l'ordre de 25% en ville et 10% sur voie rapide.

Les derniers systèmes de climatisation (régulation automatique, compresseur à cylindrée variable et pilotage externe) ont permis de réduire sensiblement la surconsommation de carburant lorsqu'ils sont en fonctionnement. Néanmoins, les climatisations automatiques fonctionnent, tout au long de l'année, beaucoup plus souvent que les climatisations manuelles. Lorsque les températures extérieures sont inférieures à 20°C, les utilisateurs ne désactivent pas le mode automatique qui est le mode par défaut. Ainsi, sur une année, les gains apportés par la régulation automatique par rapport à la climatisation manuelle risquent d'être gommés par un usage plus fréquent.

Climatisation et comportements DD

D'abord à l'achat préférez une voiture blanche à une voiture noire. La diiférence est significative. La première se transforme en bouilloire au premiers rayons du soleil, la deuxième, en réfléchissant la lumière a une bien meilleure capacité à rester fraîche. Sur un parking au soleil, mettez la main sur le capot d'une voiture blanche et sur celui d'une voiture noire pour faire la différence.

Désactivez le mode automatique de la climatisation (mode économique) et ne la mettez en marche que lorsque c'est vraiment nécessaire. Ne réglez pas la température dans l'habitacle à 18 ou même 20°C. Une température de 24°C est tout à fait confortable, quand on est assis dans un fauteuil.

Roulez le matin à la fraîche, ou mieux la nuit. A ces moments de la journée une simple ventilation mécanique, sans clim donc, suffit généralement, du moins dans la majeure partie de l'Europe.

Lorsque vous le pouvez, garez-vous à l'ombre, ça va de soi. Anticipez la position du soleil en fonction de la durée de votre stationnement et de l'heure à laquelle vous récupérerez votre voiture.

Il n'est pas rare de voir des automobilistes peu DD, dans leur voiture fenêtres fermées avec la clim alors que la température extérieure est à peine au dessus de 20 °. Sauf à être en plein milieu du désert, plutôt que d'attendre dans votre voiture, sortez, laissez les fenêtres ouvertes, coupez le moteur et mettez vous à l'ombre.

En zone de montagne, si vous êtes dingue d'économie, vous pouvez mettre la clim à fond dans les descentes quand vous êtes sur le frein moteur, et l'arrêter dans les montées !

Pour compenser la dépense d’énergie nécessaire au confort du conducteur et des passagers, vous trouverez, ici, nos conseils pour rouler économique.

Aussi sur DDmagazine

Honda Insight : l'éco-bagnole favorite des British

La voiture la moins polluante est une diesel

Camions : comment réduire la consommation