Le design s'empare du photovoltaïque

mardi 29 septembre 2009 Écrit par  Valérie Tremblay

Solar Ivy cellules solaires en forme de feuille de lierre

Solar Ivy est un système solaire photovoltaïque inspiré du lierre. De petits capteurs couvrent des pans de murs entiers, à la manière de feuilles. Le système a été présenté pendant l'été à la Semaine du Design de Copenhague, consacrée cette année aux innovations environnementales et sociales

Les feuilles de lierre solaire de Solar Ivy sont fabriquées à 100% à partir de polyéthylène recyclé. Elles sont fixées au bâtiment sur un grillage d’acier inoxydable. L’une des propriétés intéressante du système est sa modularité : chaque feuille est fixée séparément au grillage, ce qui facilite grandement le remplacement des feuilles en cas de défaut. Le système est flexible et peut être adapté à tous les types de bâtiments, peu importe leur orientation et le climat.  

façade d'immeubke couverte de feuilles solaires Solar IvyLes cellules photovoltaïques, à base de polymère organique (voir plus loin), sont encapsulées dans le plastique capable de résister aux rayonnements solaires et aux aggressions chimiques des polluants de l'air. La feuille a été pensée dans une perspective de recyclage en fin de vie.

La société S-m-i-t qui commercialise Solar Ivy doit procéder à ses premières installations dès cet automne. Elle recherche des architectes ou des promoteurs immobiliers interessés.

Des cellules photovoltaïques du troisième type 

Les cellules photovoltaïques d'Ivy Solar sont issues de Konarka, entreprise reconnue comme leader en matière de photovoltaïque basé sur des matériaux organiques, plutôt que sur des minéraux semi-conducteurs.  

Le design et le règlement 

Le nouveau dispositif tarifaire français de rachat de la production de l'électricité photovoltaïque prévoit que la qualification d'intégration au bâti, nécessaire au prix de rachat le plus élevé, pourra bénéficier aussi à d'autres éléments de construction que la toiture, par exemple les bardages, murs-rideaux, brise-soleil, et garde-corps.

Dans ce contexte, le caractère d'intégration au bâti devra probalement évoluer pour qu'un produit comme Solar Ivy puisse prétendre au meilleur tarif (60,2 cts d'euros au moment de l'écriture de ses lignes).

A la base de la technologies de Konarka repose un polymère photovoltaïque mis au point par Alan Heeger, prix Nobel de chimie en 2000. Fin 2008, le pétrolier français Total, s'est assuré d'une participation de 20% dans l'entreprise. Le produit de Konarka se nomme Power Plastic ; différentes tailles de films plastiques photovoltaïques sont disponibles délivrant des puissancse comprises entre 0.25 et 26 watts, sous des tensions comprises entre 4 et 16 volts. Le Power Plastic peut être utilisé dans un nombre illimité d’applications : en microélectronique, comme source de courant transportable, ou comme c'est le cas ici, sur des bâtiments. 

C'est beau, mais... 

Les films polymères de Konarka captent l'énergie du soleil sous des incidences de 70° autour de la perpendiculaire et dans un large spectre de fréquence. façade bâtiment commercial recouvert de feuilles solaires Solar IvyMais le rendement nominal, selon notre calcul à partir des caractéristiques  techniques disponibles sur le site de Konarka est de 40 w/m², soit 4%. Selon un article de ZDNet Asia daté de mai 2009, les cellules polymères de Konarka atteignent déjà, en laboratoire, un rendement de 6,5 %. Rappelons que les panneaux solaires photvoltaïques au silicium les plus performants commercialisé cette année atteignent des rendements supérieurs à 18%.

Il faudra donc probablement attendre un peu pour voir les façades d'immeubles se couvrir de lierre solaire, sauf si l'aspect esthétique prime sur la production. Ce qui n'est pas impossible sur les immeubles commerciaux des zones de chalandise dont l'attractivité s'en trouverait renforcée.

Aussi Sur DDmagazine

Nanosolar, le panneau solaire photovoltaïque réinventé

Le vrai rendement des panneaux solaires photovoltaïques