Basse consommation à 2883 mètres d'altitude

mardi 13 octobre 2009 Écrit par  Claire Goujon-Charpy

refuge du Mont RoseAu Mont-Rose, en Suisse, l'ancienne cabane qui servait de refuge, à 2883 mètres d’altitude, vient d'être transformée en un gigantesque cristal de roche. Ce bâtiment futuriste, qui brigue le label Minergie "bâtiment basse consommation",  accueillera la bagatelle de 120 personnes dans des lits individuels, dès le mois de mars 2010. 

Elaboré par le Club Alpin Suisse (CAS) associé à l'Ecole Polytechnique de Zurich, avec également la participation de la Haute école de technique et d’architecture de Lucerne et le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche, le nouveau refuge fonctionnera en quasi autonomie. Le bâtiment, une structure en panneau de bois recouverte d'une coque en aluminum étincelant, se veut à la pointe de l'écologie :  panneaux photovoltaïques, solaire thermique, récupération de l’eau de fonte des glaces, réutilisation des eaux usées pour la chasse d'eau et le lavage, assainissement des eaux usées grâce à une installation de microfiltration à base de bactéries... 

Mont Rose en Suisse, le Glacier et le refuge 

D’après ses concepteurs, 90% des besoins énergétiques du bâtiment seront assurés par l'utilisation de l'énergie solaire. Seul le gaz utilisé en cuisine, soit 10% des besoins énergétiques du refuge, sera livré par hélicoptère. Le « cristal de roche », tel qu’il a été appelé, devrait par ailleurs émettre trois fois moins de gaz à effet de serre par nuitée que l'ancienne cabane, située un peu en aval. Le "cristal de roche" constitue une vitrine du savoir-faire suisse en matière de construction respectueuse de l'environnement. 

L'hélico quand même...

Le coût de ce bijou alpin s'élève à 6,4 millions de francs suisses, soit 4 millions d'euros. Il a nécessité six ans de planification, deux étés de construction, trente-cinq ouvriers …et 3000 rotations d’hélicoptère. Ben oui, c’est un refuge écolo, mais ils n’allaient quand même pas tout monter à pattes !  Lors de la construction de l’ancienne cabane du Mont Rose en 1895, ce sont des mulets qui transportaient les matériaux à travers le glacier. Une telle opération est aujourd’hui inenvisageable, ne serait-ce que pour des questions de temps et donc de coûts. La possibilité de construire un funiculaire temporaire permettant d’accéder au chantier a été étudiée puis rejetée car trop onéreuse.

Intérieur de la cabane refuge du Mont Rose 

Le site de construction n’est desservi ni par le réseau routier, ni par le réseau électrique. Les véhicules nécessaires au chantier ont d’abord emprunté le rail et la route puis pour la dernière partie du trajet, qui s’étend de la station de funiculaire de Rotenboden au site de construction (et implique de passer au-dessus du glacier), le transport a donc été assuré par hélicoptère.

Les fondations en acier du refuge ont été ancrées dans la roche. Grâce aux calculs informatiques rendus possibles par la technologie numérique, les murs et plafonds en bois d'épicéa, dont le poids et les dimensions étaient parfaitement adaptés, ont été vissés sur place. L’isolant thermique (de la laine de roche), directement intégré à la structure en bois est protégé par un revêtement d'aluminium résistant au vent et à la pluie. D‘après le Club alpin suisse, « Cette nouvelle cabane permettra d'acquérir des connaissances et des expériences précieuses sur la construction durable dans des conditions climatiques extrêmes, de même que sur l'entretien et l'exploitation des cabanes".

Comment la quasi-autonomie du refuge est-elle possible ?

L’autonomie quasi-totale de la cabane est assurée par l’énergie solaire, grâce à des panneaux solaires thermiques d'une part et des panneaux photovoltaïques d'autres part. L'inertie et l'isolation du bâtiment (laine de roche) permettent de stocker l'énergie thermique. L’excédent d’énergie éléctriquue alimentent des batteries afin de garantir un approvisionnement en électricité constant, même par temps couvert ou pendant la nuit. En cas mauvais temps ou de pic de consommation ou de panne de l’installation solaire, une centrale à cogénération qui fonctionne à l'huile de colza et produit à la fois de la chaleur et de l’électricité, se met en marche.

Intérieur bois de la cabane refuge du Mont Rose

Les besoins en eau sont couverts par l’eau de fonte des glaciers alentours. En été, cette eau est collectée et stockée dans un réservoir, de telle sorte que l’approvisionnement en eau courante est assuré même en période de froid. Tous les appareils sont conçus pour limiter la consommation d’eau. L’eau des douches, des lavabos et de la cuisine est en grande partie chauffée par l’énergie solaire.

Pour gérer de manière optimale cet ensemble d'équipements, un logiciel développé à l'école de Zurich a été programmé pour contrôler toutes les installations : les données climatiques (température, rayonnement), les données relatives au bâtiment (état de charge des batteries et de remplissage du réservoir d’eau) évaluées en temps réel, d’autres informations telles que le nombre de visiteurs et les prévisions météorologiques sont enregistrées dans le système et transmises de la cabane à un ordinateur installé à l’école de Zurich. En se basant sur ces données, celui-ci calculera la gestion de l’énergie de façon à ce que le bâtiment atteigne un degré d’autonomie maximal. A distance, l'ordinateur commandera ainsi des actions automatiques. Par exemple la commande de mettre en marche la centrale de cogénération équipée lorsque l’insolation ne suffit pas pour satisfaire le besoin en courant.

Pour se rendre au « Cristal de Roche »

Depuis Zermatt (Haut-Valais, 1600 m d’altitude) 5h par le Gorner- gletscher, 4h depuis Furi ; 2h30 depuis la station de Rotenboden du chemin de fer du Gornergrat.

Rappelons que le nouveau refuge, dont vous pouvez consulter le site officiel (il y a une traduction en français), ouvrira au mois de mars 2010.

Les informations suivantes sont celles actuellement délivrées par le Club alpin suisse pour l'actuel refuge du Mont-Rose ou Cabane Bétemps, située 80 mètres en aval du  "cristal de roche" :

La cabane est située au pied du Mont Rose. Elle domine le glacier du Gorner du nom du Gornergrat situé à sa droite, terminus du chemin de fer du même nom. A sa gauche on trouve les jumeaux (Castor et Pollux), le Breithorn et en face le Cervin. Point de départ de grandes sorties alpines, c’est aussi un but d’excursion journalier à partir de la station ferroviaire de Rotenboden.

Aussi sur DDmagazine

Les vacances, la mer, la plage, où ne pas partir ?

Notre rubrique Construction Bois

Notre rubrique Maisons passives

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire vendredi 13 novembre 2009 Posté par yves

    Non, vous posez la bonne question. Nous n'avons pas la réponse. Cette région vit du tourisme, un tourisme plutôt chic, haut de gamme, et économiquement, ce bâtiment fait du sens. Maintenant, écologiquement, est-ce censé ? Peut être pas, mais nous préférons l'idée d'aller à  Zermatt en train, pour passer quatre jours en montagne, plutôt que celle d'une talhasso aux Maldives... Un jour viendra où nous nous comprendrons que partir à  pied à  100 km de chez soi est plus enrichissant que partir sur une plage au bout du monde, mais nous n'y sommes pas. Merci de ce commentaire remue-méninges.

  • Lien vers le commentaire jeudi 12 novembre 2009 Posté par Manudad

    Je pose la question du neuneu moyen : 6000 rotations d'helico pour faire un bâtiment autonome en énergie.... Ça pousse la durée d'amortissement à  combien d'années ?
    C'est sur que ca permet d'avancer sur certains sujets (enfin j'espère), mais peut on quand même savoir si on s'est posé cette question et quels arguments ont faits que l'on a dit oui à  cette construction ?

    Manu

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.