Combien de CO2 émettez-vous ?

lundi 30 novembre 2009 Écrit par  Yves Heuillard

comparaison du bilan carbone des états

On dirait un jeu, mais non, le calculateur de l'empreinte carbone des nations (Carbon Footprint of Nations) est le résultat d'une très sérieuse étude de l'Université des sciences et des technologies de Norvège 

Les activités humaines à l'origine des émissions de gaz à effet de serre sont censées produire des biens et des services. Mais ces contreparties des émissions, ne profitent pas à tous les états de la même manière. Autrement dit un pays peut polluer beaucoup et n'enrichir qu'un petit nombre, alors qu'un autre importera de la pollution générée ailleurs. Une équipe de l'Université de sciences et des technologies de Norvège a développé un calculateur pour visualiser les émissions de gaz à effet de serre relatives à la consommation de biens et de services dans 73 pays et 14 grandes régions du monde. Huit catégories d'activités sont prises en compte : la construction, l'habitat (fonctionnement et maintenance), l'alimentation, la mobilité, les produits manufacturés, les services et le commerce.

Aussi sur DDmagazine

Comprendre les limites de CO2 dans l'atmosphère

Le réchauffement climatique vu par les pauvres

Consommer différemment ne changera pas le monde

Parmi les principales conclusions, il ressort malheureusement que l'on n'observe pas de stabilisation de l'empreinte carbone des pays avec l'augmentation du niveau de vie. Au fur et à mesure de l'élévation du niveau de vie, les émissions les plus importantes se déplacent de l'alimentation vers les produits manufacturés et la mobilité, ce qui n'est pas une surprise. Mais comme ces produits manufacturés viennent majoritairement d'Asie où l'énergie vient surtout du charbon, l'étude suggère de les payer plus chers, ou, ce qui revient au même, d'exiger qu'ils soient fabriqués avec des énergies renouvelables.

Ci-dessous le résulat du calculateur pour le Danemark. On y touve le CO2e (CO2 équivalent) des exportations et des importations, le total des émissions et la part des investissements (constructions et infrastructures), des services de l'état, de la consommation des ménages de produits manufacturés, de la consommation directe d'energie des ménages (essentiellement chauffage/clim, mobilité). L'indicateur à aiguille représente les émissions de CO2e par habitant et par an. Pour être dans le développement durable l'aguille devrait être dans le vert. La zone jaune représente la moyenne des pays. Le lecteur pourra s'amuser à comparer la Chine, L'inde et les Etats-Unis par exemple.
Lien vers le calculateur

caluclateur du bilan carbone du Danemark 

En quoi ce calculateur est différent ? 

C'est une approche transversale différente de ce qu'on à l'habitude de trouver et plus significative de nos contributions de gaz à effet de serre. Ainsi par exemple, on a l'habitude de considérer les gaz à effet de serre émis par le secteur des transports dans son ensemble ; ici les transport privés sont pris en compte dans les émissions des ménages, le fret dans les produits manufacturés consommés ou exportés, les transports publics dans les services. Contrairement aux études de référence, celles de la Convention cadre des Nations Unies pour le changement climatique (UNFCCC), elle prend en compte les transports internationaux (fret aérien et maritime). 

Elle est aussi plus juste puisque qu'elle tend à séparer les émissions générées par la consommation locale de richesses des émissions générées par les exportations. Et ce contrairement aux études de références, qui mesurent surtout la performance des industries d'un pays. Mais les deux approches sont évidemment nécessaires.

L'étude a ses limites. D'abord elle se fonde sur les chiffres d'une seule année (2001) issus de la base de donnée GTAP de l'Université de Purdue (Indiana - états-Unis). La dernière version de cette base, intègre maintenant les chiffres de 2004. Ce qui devrait permettre une mise à jour du calculateur. Le calculateur ne peut donc pas mesurer des évolutions sur plusieurs années.

Les résultats 

Les variations d'émissions vont de 1 tonne de CO2 équivalent par an et par habitant (CO2e/an.hab) pour les pays africains, à 30 tonnes de CO2 équivalent par habitant et par an, pour le Luxembourg ou les Etats-Unis.

Les résultats montrent que les émissions de CO2 croissent avec la consommation, avec un coefficient d'élasticité de 0,81. Ce qui veut dire que quand la consommation double les émissions de CO2 augmentent de 81%. Pour les autres gaz à effet de serre l'élasticité est moins importante, égale à 0,32. Dans les pays ou on dépense moins de 1000 $/ an, les émissions dues à la production alimentaire, c'est à dire le méthane et l'oxyde nitreux, représentente une plus grande part.

En moyenne quand une nation devient plus riche, les émissions de gaz à effet de serre augmentent de 57% quand la consommation de biens et de services double. Mais les différences sont importantes d'un pays à un autre avec une élasticité globable de 0,8 dans les pays en voie de développement. On retiendra que ce sont les gaz à effet de serre hors CO2 qui ont tendance à aplanir les courbes quand le niveau de vie augmente, parce l'alimentation et l'agriculture vivrière deviennent marginales dans les dépenses par habitant.

empreinte carbone moyenne pour le mondeDe manière globale, la consommation des ménages, génère 72 % des gaz à effet de serre, les administrations publiques 10%, et les investissements (infrastructures publiques + construction en général) 18%.   

Si on regarde dans le détail, 20% des émissions proviennent de l'alimentation, 19% pour le fonctionnement et la maintenance des logements, et 17 % pour la mobilité des ménages (dont la moitié pour des déplacements privés motorisés). Le fret est inclus dans les produits manufacturés qui sont responsables de 13% des gaz à effet de serre. Les services (autre que la vente de gros et de détail) représentent 16% dont 11% pour la santé, l'administration publique, l'éducation, la défense.

Utiliser le calculateur
Voir le détail de l'étude