"Solutions locales pour un désordre global" : documentaire radical pour refaire le monde

jeudi 18 février 2010 Écrit par  Claire Goujon-Charpy

Merci Coline

"Solutions locales pour un désordre global", documentaire engagé de Coline Serreau, sort le 7 avril 2010. Il dénonce haut et fort les méfaits de l’agriculture intensive et démontre qu’une autre voie est possible. Allez-y. Le propos est crucial et les films qui changent notre regard sur la terre et sur nous-mêmes ne sont pas si fréquents.

Pendant près de trois ans, Coline Serreau a parcouru le monde caméra au poing pour rencontrer des acteurs de l’agroécologie qui font fructifier les sols aux quatre coins des continents. La réalisatrice de « Trois hommes et un couffin » nous avait déjà invité à une réflexion écologique et sociale en 1996 avec « la Belle Verte » pour dénoncer les méfaits d’une société de consommation délirante.

Aujourd’hui, elle donne la parole à des témoins qui cultivent la terre avec des méthodes naturelles et qui sans se connaître ni se concerter, disent tous la même chose : l’agriculture intensive tue les sols et met en danger l’avenir de l’humanité, alors que la terre, si on la fait fructifier par les méthodes de l’agriculture biologique, peut donner des produits de qualité en grande quantité et permettre l’autonomie alimentaire des peuples.

[video:http://www.youtube.com/watch?v=F7xG3QgJXx4 450x354]

"Des pistes de révoltes"

Les propos sont sans concession et ne cherchent pas à être politiquement corrects. Il suffit d’entendre Claude Bourguignon, spécialiste en microbiologie des sols, se moquer ouvertement des agronomes et de leur quête de tomates et d’œufs carrés pour comprendre que la langue de bois n’est pas de mise ici… De l’aveu même de Coline Serreau, « Solutions locales pour un désordre global » est un documentaire « radical » qui donne « des pistes de révoltes ».

On écoute donc avec un intérêt sans cesse renouvelé les différents protagonistes car la dénonciation des erreurs du système actuel est toujours suivie de solutions alternatives séduisantes et pleines de bon sens : les paysans brésiliens du Mouvement des Sans Terre montrent comment l’interaction des arbres, des bêtes et des cultures peut être productive (ici un site ami des Sans Terre en français) ; Pierre Rabhi, fondateur du mouvement Colibris pour la Terre et l’Humanisme, forme des étudiants en agroécologie qui réussissent à rendre les sols féconds dans des régions pourtant arides ; Vandana Shiva, fondatrice de l’association Navdanya pour la conservation de la biodiversité et la protection des droits des fermiers, démontre tout l’intérêt qu’il y a à redonner à la femme sa place au cœur du monde agricole ; Dominique Guillet, fondateur de l’association Kokopelli, explique comment des variétés de semences reproductibles sont mises à disposition des communautés rurales qui le souhaitent…

« Solutions locales pour un désordre global » est un documentaire dont on sort un peu sonné par la succession de témoignages très denses, mais ce film donne envie de plonger les mains dans la terre pour découvrir cette vie qui s’y cache et la faire fructifier. Rien à voir ici avec les péplums écologiques dont nous avons été nourris ces dernières années, somptueux parfois, mais qui nous invitaient presque au suicide. Allez-y, vous en sortirez transformé, regonflé, révolté probablement, avec l'envie de passez à l'action, non pas de trier vos déchets gentiment, mais de changer le monde radicalement, pour vous, vos enfants, vos petits-enfants, l'humanité.

Le site du film