Allons-nous vers plus d'éruptions volcaniques ?

dimanche 18 avril 2010 Écrit par  Yves Heuillard

éruption du Pinatubo. Photo source USGSAllons nous vers plus d'éruptions volcaniques ? La perte de masse des glaciers, du fait du réchauffement climatique, peut-il être une cause ? La situation islandaise peut-elle s'aggraver ? à ces questions, déjà évoquées par DDmagazine dans les articles "Tremblement de Terre, La terre devient-elle folle ?" et "Comment le réchauffement provoque des séismes", des scientifiques répondent. [Ci-contre éruption du Pinatubo en 1991, source USGS, domaine public] 

Selon les propos de scientifiques suédois, rapportés par le Scientific American, la fonte des glaciers islandais, du fait du réchauffement climatique, relâche la pression sur la croûte terrestre et le magma sous-jacent ; ce qui pourrait, à l'avenir, provoquer plus d'éruptions.

Eyjafjallajokull, petit glacier au sud islandeMais selon les mêmes scientifiques, l'éruption actuelle, qui vient du dessous du glacier Eyjafjallajokull (l'un des plus petits glaciers islandais), a peu de chance d'être liée au réchauffement. Le glacier est trop petit et sa masse n'est pas assez importante pour avoir un effet sur la géologie locale (cerclé de rouge sur la photo ci-contre ; cliquez sur la photo pour vous y rendre si vous disposez de Google Earth).

Un propos que confirme Freysteinn Sigmundsson, vulcanologue à l'Université d'Islande, mais de manière génarale "la fonte des glaciers du fait du réchauffement, pourrait influencer les systèmes magmatiques". Il semble que la fin de l'âge de glace, il y a 10 000 ans ait coïncidé avec une succession d'éruptions en Islande du fait de la diminution de l'épaisseur de glace, et de l'élévation du sol.

Carolina Pagli, géophysicienne à l'Université de Leeds (UK) et Sigmundson avaient écrit un article en 2008 dans Geophysical Research Letters, évoquant un possibilité de liens entre le réchauffement et l'activité volcanique en Islande. L'article fait état d'une perte de 10% du plus grand glacier islandais Vatnajokull depuis 1890, et d'un soulèvement actuels des terrains de 25 millimètres par an. Les deux scientifiques avaient estimé, qu'en conséquence 1,6 kilomètre cube de magma s'était formé sous le glacier en un siècle.

Carolina Pagli indique que le réchauffement climatique pourrait déclencher des tremblements de terre ou des éruptions dans d'autres régions comme le Mont Erebus dans l'Antarctique, les îles Aléoutiennes (Alaska) ou la Patgonie (à la pointe de l'Amérique du sud).

Une petite éruption. Pour le moment.

le Volcan islandais dont il est question actuellement avait eu des éruptions chroniques entre 1821 et 1823 et, à la fin du cycle, un autre volcan islandais, beaucoup plus important, le Katla s'était réveillé. Certains scientifiques ont évoqué qu'ils pouvait y avoir un lien entre les deux, mais ce n'est qu'une théorie, et rien ne prouve que ça se passera ainsi.

Pour le moment, selon Colin Macpherson, géologue, à l'Université de Durham (UK) c'est une relativement petite éruption, du moins comparée à d'autres éruptions qui ont eu lieu en Islande (Source AFP). Par exemple à la suite de l'éruption du système volcanique du Laki, au sud de l'Islande, en 1783-1784, un nuage toxique de plusieurs millions de tonnes de dioxyde de soufre et de fluorure d'hydrogène avait anéanti les récoltes du fait des pluies acides, tué des milliers de personnes (20 à 25% de la population de l'époque) et la moitié du bétail par la fluorose squelettique et la famine (Science novembre 2004, Richard Stone). 

Selon Kathryn Goodenough du British Geological Survey (BGS), l'éruption actuelle est de l'ordre de 100 fois inférieure à celle du Mont St Helens en 1980 (Etats-Unis, côte nord-ouest du pacifique).