Les pays les plus "propres" du monde

mercredi 21 avril 2010 Écrit par  Yves Heuillard

indice de qualité environnementale des pays

Les chercheurs des unvisersités américaines de Yale et de Columbia publient, tous les deux ans depuis 2006, l'indice EPI de performance environnementale de 163 pays sur la base de 25 indicateurs. Des chiffres à prendre avec discernement.

Les indicateurs de la qualité des écosystèmes pèsent pour moitié dans la note finale de l'EPI (Environnement Performance Index) ; l'autre moitié étant relative à qualité de l'air, de l'eau et aux conséquences environnementales sur la santé. Prendre les résultats finaux, sans considération pour la méthologie, réduit considérablement l'intérêt de l'étude.

Classement de la France dans l'indice EPICe que les journalistes du magazine américain Forbes, reprenant les principaux résultats de l'indice EPI, ont assez bien réussi à illustrer. Le magazine présentent la position de la France avec l'image d'une centrale nucléaire au milieu des champs (photo ci-contre). Le classement, favorise les nations les plus fortement nucléarisées, et donc les moins émettrices de CO2. Il favorise aussi les pays s'étant dotés de réglementations environnementales (sur les pesticides par exemple), mais sans pouvoir nécessairement juger de leur réelle efficacité. Voici les principaux résultats.  

L'islande, la Norvège, la Suisse

Que l'Islande, la Suisse, la Norvège, la Suède, figurent parmi les pays les mieux classés dans l'index de performance environnemental n'étonnera personne. La troisième position du Costa Rica est en revanche plus surprenante ; le pays la doit à son action en faveur de sa forêt tropicale, une biodiversité préservée, d'abondantes ressources naturelles en eau et un développement économique réfléchi. L'île Maurice, en 6ème place doit son classement à son isolement au milieu de l'oécan indien, et à une richesse naturelle, jalousement préservée au profit du tourisme. Cuba est en neuvième position, mais les chercheurs doutent de la véracité de certaines des données fournies.

La France en 7ème position, est très bien notée pour sa qualité de l'air et qualité de l'eau ainsi que sur la gestion de la pêche. Viennent ensuite l'Autriche, avec sa gestion exemplaire de sa forêt et pas trop de souci en matière de pêche et d'écosystèmes marins... La Colombie, le pays plus pauvre, parmi les mieux notés, le doit à sa production hydroélectrique (70% de la production) et à ses richesses naturelles, sa biodiversité, abondantes.

La Chine et l'Inde sont à la 121ème et 123ème place respectivement, montrant l'impact environnemental de leur développement économique. Mais les positions du Brésil (62ème) et de Russie (69ème) montrent que le développement n'est pas le seul facteur déterminant. Les pays les plus mal notés sont : le Togo, l'Angola, la Mauritanie, la République Centrafricaine et le Sierra Leone, des pays pauvres sans politique environnementale. Parmi les pays dont la mauvaise note peut surprendre, citons le Sénégal (143/163), et les Emirats Arabes (152/163).

L'indice EPI rélève d'une analyse très occidentale de la qualité de vie et du progrès qu'il faut prendre certes avec précaution, mais qui se révèle passionnante. Nous invitons nos lecteurs curieux à explorer cet indice de performance environnemental, et à nous faire part de leurs commentaires. Toutes les données sont en ligne.