Biodiversité, l'avenir du vivant

mardi 25 mai 2010 Écrit par  Yves Heuillard

Couverture du livre de Patrick Blandin, L'avenir du vivantBiodiversité-ci, biodiversité-là, ne passez pas à côté du magnifique ouvrage de Patrick Blandin, "Biodiversité, l'avenir du vivant". Avec l'humilité du vrai savant l'auteur nous illumine dans un ouvrage qui se lit comme un roman.

Patrick Blandin est professeur émérite du Muséum d'histoire naturelle de Paris (*). à partir d'une histoire de chantier d'autoroute stoppé par les défenseurs d'un coléoptère rare l'auteur nous emmène du Gatinais au Pérou, puis en Forêt de Rambouillet ou en Amazonie. Le fil conducteur : la vie, la relation de l'homme aux autres espèces.

Libellule - Forêt de Tartagine (Corse)Justement, combien reste-t-il d'espèces sur Terre ? Patrick Blandin pose cette question toute simple parce qu'elle contient toute la problématique de la biodiversité. Pour y répondre il faut savoir ce qu'est une espèce, comment on en fait l'inventaire ; ce qui nous amène à la fréquentation de Lamarck, Darwin, Mendel, Linné, et à la passion de l'auteur pour la collection des papillons. Mais pas dans un discours académique et rébarbatif, mais plutôt avec le talent des conteurs.

Blandin nous promène dans l'histoire des sciences de façon non chronologique, au fil d'une pensée foisonnante et passionnante, racontée avec la trop rare humilité du vrai savant . S'il vous reste quelques bonnes notions de sciences naturelles acquises au lycée mais dont vous n'avez pas tout compris l'intérêt, si les mots ADN ou mitochondrie ou tectonique des plaques vous évoquent encore quelque chose de plus ou moins rébarbatif, c'est qu'à l'école on vous a montré, ici et là, quelques fragments de connaissances sans lien évident ; comme quelques tâches de couleurs ou quelques coups de pinceau dans un tableau que vous n'avez jamais vu. Eh bien Blandin vous fait prendre le recul et vous voyez le tableau.

Viennent ensuite les dessous de la liste rouge des espèces éteintes et des instances internationales de la protection du vivant. Et combien d'espèces ont disparu du fait des hommes, et à quelle vitesse, et dans quelle proportion. Quelles sont les grandes idées de la protection de la nature, dans un monde où désormais - et c'est un bouleversement sans précédent - une seule espèce peut déterminer le destin de toutes les autres ? 

Pour terminer nous reprenons ici, une citation de l'auteur en exergue de son chapitre 6, "Une éthique pour la biosphère" : L'homme a assez de raisons objectives pour s'attacher à la sauvegarde du monde sauvage. Mais la nature ne sera en définitive sauvée que par notre coeur. Elle ne sera préservée que si l'homme lui manifeste un peu d'amour, simplement parce qu'elle est belle, et parce que nous avons besoin de beauté. Le texte est de Jean Dorst, extrait de Avant que nature meure, publié en 1963.

(*) Normalien, Patrick Blandin est professeur émérite du Muséum national d'histoire naturelle. Il a dirigé le laboratoire d'écologie générale, la Grande Galerie de l'évolution et le laboratoire d'Entomologie. Auteur de travaux en écologie, systématique et biogéographie d'invertébrés tropicaux, en Afrique et en Amérique du Sud, il a aussi animé des recherches interdisciplinaires sur les milieux forestiers du bassin parisien. Dans le cadre de l'Union internationale pour la conservation de la nature, il est coprésident du Biosphere Ethics Project, destiné à doter l'Union, en 2010, d'un nouveau référentiel éthique.