Gasland, faut-il avoir peur du gaz qui dort?

mercredi 16 juin 2010 Écrit par  Nicolas Sivan

Illustration de Steve BodnerLe documentaire Gasland sera diffusé le 21 juin prochain aux Etats-Unis. Primé au festival de Sundance, ce long-métrage tire la sonnette d’alarme quant aux dangers liés à l’extraction des gaz dits "non conventionnels". [Dessin de Steve Brodner avec son aimable autorisation]

Josh Fox est citoyen américain. Une compagnie gazière lui propose 100 000 dollars pour forer sur son terrain. Elle se veut rassurante : « Vous remarquerez à peine notre présence » assure-t-elle. Malheureusement pour l'industriel, Josh est au courant d'une nouvelle méthode d'exploitation du gaz, dite par fracturation hydraulique, qui permet d'extraire du gaz naturel prisonnier dans les roches - appelé gaz non conventionnel. Il sait aussi qu’une loi de son pays, datant de 2005, affranchit cette méthode de nombreuses contraintes. Il refuse la proposition et se met à parcourir les Etats-Unis pour enquêter sur les méthodes de récupération des gaz non conventionnels. L'enquête donne naissance a un documentaire : Gasland.

Des constatations alarmantes

Habitants malades à cause de nappes phréatiques polluées, animaux morts, eau du robinet inflammable, Gasland montre les effets potentiellement liés à l’extraction de gaz par fracturation hydraulique sous un angle terrifiant : la méthode du « fracking » aurait d’importantes répercutions sur l’environnement ; des analyses révèlent la présence de benzène et de méthane dans l’eau à des concentrations 1500 fois supérieures aux normes de sécurités. Pourtant, Josh Fox ne peut parler que d’une « causalité suspecte ». Le lien entre la fracturation hydraulique et les dégâts observés n’est pas prouvé scientifiquement. Mais pour le réalisateur, il n’y a pas de place pour le doute.
« L’eau était potable avant, elle ne l’est pas après, faites le calcul ».

Bande-annonce du documentaire

[video:http://www.youtube.com/watch?v=dZe1AeH0Qz8 425x300]

Est-ce que Gasland serait possible dans nos contrées ? D'après le site de la Tribune, Total a récemment obtenu un permis d’exploitation des gaz non conventionnels dans la région de Montélimar. L'ensemble du sud-est de la la France, le nord de l'Italie, une bonne partie de l'Allemagne et du centre de l'Europe, sont concernés (la carte est montrée en fin de bande annonce).

Le documentaire montre, dans un scénario tristement classique, d'un côté des industriels qui affirment que rien ne prouve que les problèmes de maladies et de contamination de l'eau sont liés aux méthodes d'extraction, d'un autre des citoyens dont l'existence même est remise en question. Pour Josh Rosh, il est complètement fou de voir "qu'une machine peut détruire en quelques heures ce que Mère Nature a mis des millions d'années à construire".

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.