Pour bien changer le monde, changez l'école

jeudi 02 septembre 2010 Écrit par  Lancelot Delahaye

Ecole de l'écologie à Bali

à Bali un couple d’anciens joailliers canadiens a décidé d’ouvrir la première école où l’on enseigne l’écologie - en pleine nature. L'indonésie est à la fois un contributeur du réchauffement climatique, et une victime. Mais peu d'habitants en comprennent les ressorts.

Les élèves étudient sur des tables en bambou. Des rizières et du bétail entourent le campus dont les allées sont tracées avec des galets. La Green School de Sibang Kaja à Bali est une école écologique qui réunit plus de cent-vingt élèves de toutes nationalités, âgés de 3 à 14 ans. John et Cynthia Hardy, les co-fondateurs de l’établissement ouvert en 2008, souhaitent avec ce projet « former une génération de citoyens responsables, capables d'agir durablement pour la planète ». En plus de l’enseignement classique reconnu par l’université de Cambridge, on y découvre les « études vertes ». Ces cours abordent les questions liées à la préservation de notre environnement.

Les enfants sont donc très tôt sensibilisés aux notions d’agriculture biologique (deuxième ressource du pays, juste après le tourisme), de recyclage et d’économie d’énergie. La main verte est également de mise puisqu’on y apprend le jardinage, l’agriculture et même l’expérimentation de nouvelles sources d’énergies renouvelables. Pour Elvira Riyanto, mère de Isabel et Melati tous les deux scolarisés à la Green School, l'école a tout changé : « nos enfants vivent une merveilleuse expérience chaque jour, ça les a transformés. Ils amènent ces changements dans notre foyer. C’est simplement génial de faire parti de cette communauté en apprentissage »

Uniquement de l’énergie renouvelable

Ecole de l'écologie en Indonésie

« 99 % du campus est conçu à partir de matériaux naturels, à faible émission de carbone, récupérés sur l'île » explique John Hardy lors d’un entretien accordé au Monde. Pour la construction et l’entretien de l’école, ils ont choisi le bambou. Cette plante qui nécessite peu d’engrais peut fixer 30% de plus de CO2 que les arbres feuillus. Pour obtenir les dizaines de milliers de plants nécessaires, le couple Hardy a sollicité les agriculteurs locaux. Ensemble, ils forment aujourd’hui une « communauté du bambou ». L’école se procure de jeunes plants pour les revendre sans les taxes aux producteurs de la région.

Quatre ans plus tard, Green School rachète le bambou arrivé à maturation. Cet accord profite donc à la population balinaise en plus d’être bénéfique pour l’environnement. Comte-tenu du succès de cette initiative, des pays comme la Chine, le Vietnam ou l’Inde envisagent également d’ouvrir leurs propres écoles vertes. Peter Seligmann, l’un des fondateurs de l’organisation Conservation International a visité l’établissement et livre son témoignage : « j’applaudis Green School pour ce désir de créer une expérience éducative qui est fondée tant sur le respect de la culture balinaise que sur la durabilité de la nature. Le monde a besoin de ce genre d’inspiration et d’ingéniosité ».

Source des photos Esme_Vos Flickr

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.