Sauvages : la faune africaine selon Bruno Calendini

dimanche 17 octobre 2010 Écrit par  Yves Heuillard

Panthère. Photo de Bruno Calendini

Les Editions Eyrolles et Le Monde de la Photo, rééditent "Sauvages", le somptueux recueil de photographies de Bruno Calendini consacré à la faune africaine. Il nous confronte au regard de ces animaux magnifiques qu'avec nous, comme nous, la nature a façonnés lentement pendant 4 milliards d'années et que nous aurons anéantis en 100 ans.

Ce livre de photographies prises en noir & blanc, est le fruit de divers reportages photographiques que Bruno Calendini a réalisés au Botswana, au Kenya, en Tanzanie et à Madagascar. Ces photographies sont délibérément prises en sépia, afin de nous sensibiliser à la fragilité de l’éco-système. Mais à travers des photos jaunies le lecteur sensible portera, par anticipation, le regard des générations futures sur un monde qui aura très probablement disparu. Dans des mégapoles goudronnées et brûlantes habitées de plusieurs milliards d'automobiles, l'expression sublime de la beauté et de l'intelligence façonnées par 4 milliards d'années d'évolution leur sautera peut être aux yeux. Trop tard.

Un bien bel ouvrage

Couverture du livre Sauvages de Bruno CalendiniVous pouvez regarder quelques photos de Bruno Calendini sur son site web. La qualité de l'ouvrage papier, de grande dimension, en fait un objet magnifique, irremplaçable, que vous aurez plaisir à parcourir, à retrouver régulièrement, à offrir. S'il fallait une preuve que le numérique ne pourra pas remplacer complètement le livre, en voilà une.

Sauvages de Bruno Calendini. 160 pages, 130 photos, 24x30 cm, 36 euros.

Les photos de Calendini nous regardent. Les panthères, les lions, et autres merveilles sauvages, ou plutôt leurs derniers représentants mis dans les placards des grandes réserves africaines, colocataires d'une petite planète merveilleuse, passagers de notre histoire depuis le précambrien, nos amis, ennemis, voisins, associés de toujours regardent l'orgueilleuse humanité au fond des yeux.

Bruno Calendini photographie ces animaux à la manière d’un portraitiste, réussissant à ménager des angles inattendus, liés au moment et au comportement de l’animal saisi dans une vérité qui nous apparaît tragique. Il n’est pas tant question de l’apprivoiser que de faire en sorte de rendre compte le plus fidèlement possible de l’attitude de l’animal. Il est pris sur le vif dans un habitat naturel de toute beauté que nous partagions il y a encore peu.

En filigrane, c'est notre sentiment car le livre ne comporte pratiquement aucun commentaire, l'animal semble nous dire "nous étions inséparables, nous n'avons pas détruit le monde, êtes-vous sûrs de votre intelligence ?".

Offrez-ce livre à vos petits-enfants qui le donneront à vos arrière-petits-enfants. En prévision d'un autodafe planétaire, cachez-en un dans une boîte de plastique au fond de votre jardin, joignez-y un petit mot "voici les merveilles dont nous avons hérité et que vous ne connaîtrez jamais" et tentez d'expliquer pourquoi, si nous étions poissons, nous boirions toute l'eau de la mer...

Photo d'ouverture, Bruno Calendini avec son aimable autorisation. Droits réservés.