Amazonie vivante, trésor de biodiversité

mercredi 27 octobre 2010 Écrit par  Yves Heuillard

araignée ephebopus cyanognathus

Le rapport « Amazon Alive !: A Decade of Discoveries 1999-2009 » du WWF fait état de l'extaordinaire biodiversité de l'Amazonie. ddmagazine invite enseignants en Sciences de la vie et professeurs d'anglais à s'associer pour en faire découvrir le contenu exceptionnel à leurs élèves. De sa connaissance dépend notre survie. [Photo Peter Conheim]

Le rapport « Amazon Alive !: A Decade of Discoveries 1999-2009 » du WWF montre l’incroyable diversité de la vie dans l’Amazone. Francisco Ruiz, responsable de l’Initiative Amazone Vivante du WWF nous rappelle qu’il nous reste encore beaucoup de choses à apprendre de cette région unique, et que le rapport met en évidence tout ce que nous pourrions perdre si nous ne changeons pas nos manières d’envisager le développement : amazon-alive.jpg« nous devons promouvoir la conservation à un niveau régional pour que les communautés de ces régions et de celles qui se trouvent dans la zone d’influence climatique de l’Amazonie continuent à tirer des bénéfices économiques, sociaux et environnementaux de cette richesse en biodiversité. » Plus de 1200 nouvelles espèces de plantes et de vertébrés ont été découvertes dans le biome (ensemble des écosystèmes) de l’Amazone entre 1999 et 2009, soit une espèce tous les trois jours.

Aperçu du rapport, lecture ou téléchargement

L'ensemble du rapport, de nombreuses photos et des diaporamas comme ceux-ci dessous sont accessibles et dévoilent une nature riche et magnifique (tous les liens ci-après). Cliquez à droite ou à gauche des diaporamas pour les faire défiler.

Lisez directement le rapport dans une fenêtre de votre écran
ou téléchargez le rapport ici, ou sur ddmagazine en cas de problème,
ou visionnez des diaporamas comme ceux ci-dessus et ci-dessous.

Des menaces grandissantes

A l'occasion de la sortie du rapport, le WWF rappelle que bien que la plus grande partie de la région de l’Amazone soit restée relativement intacte, les menaces y grandissent rapidement. Durant les 50 dernières années, les humains ont causé la destruction d’au moins 17 % de la forêt amazonienne – soit deux fois la surface de l’Espagne. Une des principales causes de cette transformation est l’expansion rapide des marchés régionaux et globaux de la viande, du soja et des biocarburants, qui augmentent la demande de terres. On estime que 80 % des surfaces déboisées en Amazonie sont occupées par des animaux en pâture. Les modèles de développement non durables, la croissance économique régionale rapide, et les demandes croissante en énergie, impactent aussi l’Amazonie.

Les forêts d’Amazonie sont aussi des puits de carbone

L'association de protection de l'environnemente pércise aussi que les forêts d’Amazonie n’abritent pas seulement la plus grande diversité de vie sur Terre, elles séquestrent aussi de 90 à 140 millions de tonnes de carbone. La libération du carbone, liée à la poursuite de la déforestation ou aux changements d’utilisation du sol, accélérerait le changement climatique de façon significative et comprommettrait la vie sur Terre telle que nous la connaissons. « Une action urgente et immédiate est nécessaire si nous voulons éviter ce scénario effrayant », rajoute Francisco Ruiz.

Une partie de la recherche de solution est à l’agenda du Sommet des Nations-Unies sur la biodiversité qui se déroule au moment même où nous écrivons cet article à Nagoya (Japon) : une approche multi-nationale destinée à mettre en place un système d’aires protégées en Amazonie qui soit complet et géré de façon efficace.