La planète, comment ça marche ?

lundi 01 novembre 2010 Écrit par  Yves Heuillard

Tournage du film Le dernier continent

Réalisé par Jean Lemire, "Le dernier continent" est un long métrage d'une beauté éblouissante sur l'Antarctique, sanctuaire d'une biodiversité féerique et fragile. Ressource de premier plan pour les enseignants, il explique magistralement les liens entre le climat et le vivant. Rediffusion sur Arte le 5 novembre à 9h45.

Un petit groupe de scientifiques et de cinéastes acceptent de tout quitter pendant plus d’une année pour aller s’isoler dans les glaces de l’Antarctique sur le Sedna IV, goélette à trois mats en acier. Ils mesurent les effets menaçants du réchauffement climatique là où notre Terre est probablement la plus vulnérable, parce que les conditions y sont extrêmes.

Jean Lemire et son équipe se sont complètement investis à montrer et expliquer les phénomènes en cours dans une région où un changement de 1 ou 2°C transforme un univers solide, en univers liquide, un glacier en chaos minéral, changeant tout, menaçant tout.

[video:http://www.youtube.com/watch?v=CTXE8Xf1k4A 425x290]
Voir le site du film

Le film nous montre un univers d'une biodiversité incroyable, résultat d'un processus d'adaptation d'une intelligence grandiose que notre propre intelligence a du mal à appréhender, parce que son champ d'actions se compte en millions d'années. affiche du film Le dernier continentS'il est une définition admirable du mot écosystème, une explication parfaite des mécanismes qui régissent la planète, accessible à tous et du meilleur niveau scientifique, c'est en premier lieu dans ce film qu'il faut le chercher. Il s'agit d'un outil éminemment précieux à la disposition des enseignants pour expliquer les enjeux des deux prochaines décennies. Le DVD peut être acheté dans le commerce ou sur le site du film.

La prochaine mission mise sur pied par Jean Lemire s'appelle 1000 jours pour la planète. « 1000 jours » puisque cette expédition du navire Sedna IV et de son équipage se déroulera sur trois ans : « pour la planète », car le but du voyage est de célébrer la vie dans toute sa diversité et de favoriser la prise en charge collective de sa protection.

Pour terminer nous ne résistons pas à citer ce propos de Jean Lemire : "Il faut parfois dévier de notre parcours, quitter le confort de nos vies, pour comprendre que beaucoup de ce que l'on est, et de ce que l'on a, n'est que subterfuge par rapport à l'essentiel".