Tchernobyl, le tourisme à l'ukrainienne

dimanche 06 janvier 2008 Écrit par  Alexandra Lianes
L'association des auberges de jeunesse ukrainienne organise, entre autres excursions, une visite d'une journée sur le site dévasté de Tchernobyl intitulée « Extreme Tour, Dead Chernobyl *» .







Pendant le trajet en bus, pour rejoindre l'ancien site nucléaire depuis Kiev, un guide présente aux visiteurs l'histoire de Tchernobyl, de la catastrophe nucléaire de 1986 et des ses conséquences et même « d'autres histoires effrayantes sur le désastre », précise le site internet des auberges de jeunesse.
Après les instruction d'utilisation du masque respiratoire (précaution dérisoire), les aventuriers sont ensuite transportés dans les anciens bus soviétiques, les seuls à pouvoir circuler dans la zone d'excursion. Mais avant d'entrer sur le site de Tchernobyl les participants sont invités à mesurer leur taux de radiation. « On se sait jamais », nous dit-on sur le site.

 La visite peut ensuite commencer. Via le cimetière des engins lourds (avions, hélicoptères, camions), le centre de documentation et le sarcophage du 4e réacteur. Un arrêt photo est d'ailleurs prévu devant le réacteur. Après le repas de midi, l'excursion se poursuit. Les organisateurs proposent d'expérimenter « la paix et le silence de la ville fantôme de Prypyat », où 47 500 personnes résidaient avant la catastrophe. Immeubles, écoles et hotels déserts sont parcourus. Une vraie cure de jouvence facturée 71 euros pour un groupe de 8 personnes, 58€ pour 49 personnes.
*Visite de l'extrême. Tchernobyl la morte.

Plus d'infos sur le site de l'association des auberges de jeunesse ukrainienne ici
Pour aller plus loin
 Jean-Pierre Dupuy, professeur de philosophie morale et politique à l'Ecole polytechnique et à l'université Stanford, a publié aux Editions du Seuil "Retour de Tchernobyl, journal d'un homme en colère" (2006). L'auteur est parti en mission sur le site où seul demeure le sinsitre "sarcophage" qui recouvre le réacteur. Il trouve là bas ce qu'il appelle l'invisibilité du mal.
Pour une bonne compréhension de la catastrophe de Tchernobyl, le lecteur pourra se référer à l'ouvrage "Le Crépuscule des Atomes" écrit en 1986 par Louis Puiseux (Editions Hachette). Louis Puiseux fut économiste à la direction d'EDF. Dans son ouvrage, il analyse la catastrophe, illustrations à l'appui, explique la radioactivité et ses effets sur l'homme et propose une explication de l'attitude de la société française vis à vis des centrales et de la bombe, si différente dans d'autres pays.