Les premiers bureaux zéro énergie en Suisse

mercredi 09 janvier 2008 Écrit par  Yves Heuillard

Vous connaissez les restaurants Mövenpick, vous connaissez donc indirectement l'entreprise Μarché International, spécialiste de la restauration sur les autoroutes ou dans les aéroports suisses, allemands ou autrichiens. Défenseurs d'une restauration de qualité à base de produits régionaux issus de l'agriculture biologique, Μarché se devait de montrer l'exemple pour son nouvel immeuble administratif.

Situés à Kemptthal en Suisse, ces bureaux de 1516 m² sur 3 niveaux, couvrent intégralement leurs besoins énergétiques, soit 40 000 kWh (seulement 26,4 kWh par m² et par an !). Ils sont certifiés selon la très rigoureuse norme Minergie-P-Eco. (voir notre article). Nous les avons visités.

{slimbox album=|kemptthal|}images/stories/kemptthal/image01.jpg{/slimbox} {slimbox album=|kemptthal|}images/stories/kemptthal/image02.jpg{/slimbox} {slimbox album=|kemptthal|}images/stories/kemptthal/image03.jpg{/slimbox} {slimbox album=|kemptthal|}images/stories/kemptthal/image04.jpg{/slimbox} {slimbox album=|kemptthal|}images/stories/kemptthal/image05.jpg{/slimbox} {slimbox album=|kemptthal|}images/stories/kemptthal/image06.jpg{/slimbox} {slimbox album=|kemptthal|}images/stories/kemptthal/image07.jpg{/slimbox} {slimbox album=|kemptthal|}images/stories/kemptthal/image08.jpg{/slimbox}

L'ensemble est construit en bois, à l'aide d'éléments préfabriqués de 4m par 12m, autour deux cages d'escalier en béton. Ce procédé à permis une réalisation en 12 mois (des esquisses à la réception). La structure porteuse des murs extérieurs, d'une épaisseur de 45 cm, est composées de panneaux contrecollés en bois de 3,5 cm et laisse place à une isolation de 32 cm.

Les 40 000 kWh sont produits par 500 m² de panneaux solaires sur le toit (la totalité de la surface) et des pompes à chaleur géothermiques (forage à 200 mètres de profondeur). Le réseau publique d'électricité, auquel l'installation est reliée, joue comme un amortisseur énergétique, empruntant ou rendant au réseau, selon les heures de la journée et les saisons.


Afin de réduire l'empreinte environnementale du bâtiment, il n'y a pas de sous-sol (diminution du terrassement et de l'usage de béton) et les installations techniques ont été placées au dessus de la cage d'escaliers, dans les combles.


Le même soin est apporté à la qualité de la vie à l'intérieur : douceur des éclairages, mobilier de bois, murs végétaux pour humidifier l'air. Une partie des baies vitrées (triple vitrages) contient un matériau à changement de phase qui a la propriété de geler en dessous de 28°C. Ceci a pour effet de rendre le vitrage opaque à la lumière, en même temps qu'il stocke une quantité importante d'énergie quand la température dépasse 28° pour la restituer quand elle baisse, la nuit par exemple.

Si l'on tient compte de l'énergie grise, et sur base d'un cycle de vie du bâtiment de 50 ans, l'impact environnemental est réduit de 60 % par rapport à un bâtiment classique. Le tout pour un coût au m² voisin de celui d'un bâtiment classique, mais avec des émissions de CO² réduites de 100%. Et en prime, mais ce n'est pas un hasard, c'est beau.

* Détails de la consommation énergétiques : chauffage et ventilation : 7,9 kWh/an (30%) ; eau chaude sanitaire : 4kWh/an (15%) ; éclairage et informatique : 14,5 (55%). 40 000 kWh par an consommés et produits.

En savoir plus :

Architecte : Beat kampfen, Zurich.

Fiche technique et plans de l'architecte (en anglais).