L'exploitation des sables bitumineux pèse sur l'environnement

lundi 10 mars 2008 Écrit par  Alexandra Lianes

La fin du pétrole, disiez-vous ? Dans le nord de l'Alberta, au Canada, les sociétés pétrolières ont encore du grain à moudre. Sous 140 000 km² de forêt boréale, de tourbières et de zones humides se trouve une immense source de pétrole présente dans les sables bitumineux de l'Athabasca.


La région d'Alberta pourrait être la réserve de pétrole la plus importante au monde : « Le pétrole récupérable en Alberta représente 300 milliards de barils. Ce qui dépasse la réserve totale de l'Arabie Saoudite, qui est évaluée à 270 milliards de barils », selon le géologue Tony Beardow, de la compagnie pétrolière Suncor.
 L'exploitation des sables bitumineux n'était jusque-là pas rentable. Mais la flambée du prix du barril et les avancées technologiques en ont fait une source pétrolière économiquement intéressante.

Pour les associations environnementales, l'exploitation des sables bitumineux place le Canada au bord d'une catastrophe écologique. Car les sables bitumineux ne sont pas une source de pétrole ordinaire. On ne le pompe pas. Extraire les hydrocarbures contenus dans les sables bitumeux nécessite la mise en pratique de technique de mines à ciel ouvert au beau milieu de la forêt boréale. Camions et foreuses perforent le sol jour et nuit pour produire chaque jour plus d’un million de barils de pétrole.

Catastrophe écologique

L'organisation canadienne Défense Environnementale a publié le 15 février un rapport intitulé Canada’s Toxic Tar Sands : The Most Destructive Project on Earth (Les sables bitumineux toxiques du Canada, le projet le plus dommageable au monde) dans lequel elle presse le gouvernement fédéral « de faire son devoir face à l'exploitation des sables bitumineux ». Le rapport dénonce comment « le fait de ne pas faire appliquer les lois fédérales fait en sorte que les sables bitumineux sont en train de devenir la plus grave menace pour l'environnement au Canada. »
 D'après l'association Geenpeace : « Pour chaque litre de pétrole produit, il faut compter de trois à cinq litres d’eau. Ces eaux usées sont ensuite accumulées dans d’immenses bassins, visibles depuis l’espace. L’eau de ces bassins est si toxique qu’il faut éloigner les oiseaux avec des canons pneumatiques. Pour atteindre le sol et permettre le passage des excavatrices géantes, les industriels détruisent des forêts anciennes qui constituent d’importants habitats pour les animaux sauvages. »
Les sols et l'air ne sont pas épargnés. Les eaux usées s'infiltrent dans les cours d'eau. Et la transformation des produits obtenus rejette dans l’atmosphère des gaz toxiques tels que l’anhydride sulfureux, qui est responsable de l’acidification des lacs et des forêts.

Survoler le site d'Alberta avec Google Earth

Rapport de l'organisation Defense Environnementale

Dossier de radio canada sur l'exploitation des sables bitumineux Alberta

Site de Shell Canada sur l'exploitation des sables bitumineux