Vélo électrique : lequel acheter

jeudi 11 septembre 2008 Écrit par  Alexandra Lianes

velo-electrique-choisir-comprendre.jpg

Vous souhaitez vous acheter un vélo électrique mais vous vous demandez comment bien le choisir ? Pour vous aider à trouver pédale à votre pied, voici quels sont les criètres à prendre en compte, les caractéristiques techniques des vélos à assistance électrique, les chiffres clés (prix moyen, autonomie, poids) et les principaux fabricants. Retrouvez aussi en fin d'article notre sélection de vélos électriques. 

Avant d’acheter un vélo électrique, « il faut avant toute chose acheter un vélo qui vous corresponde, et qui réponde à un besoin »,  prévient d’emblée Damien Barilko, co-fondateur de Velocito, spécialiste de la promotion et de la distribution du vélo électrique. Le choix s’effectue en fonction :
- de la distance à parcourir
- du parcours en lui-même : tout plat ou aussi avec de la montée
- de l’habitude ou non de pratiquer le vélo

N’oublions pas qu’avant d’être électrique, le vélo est mécanique. Il est donc important de s’assurer de la bonne qualité des éléments de base d’un vélo : c’est-à-dire le système de freinage, des câbles ou encore les vitesses. 

Une qualité pre-sélectionnée par Velocito qui a fait le choix promouvoir et de vendre uniquement des produits fabriqués par des spécialistes. On trouve notamment les produits des hollandais Gazelle et Sparta, la précision du suisse Flyer, le français Matra ou encore les produits artisanaux de Koga Miyata, qui fabrique à la main les cadres de vélo !! (voir la liste des principaux fabricants)

Pas question pour Damien Barilko selon ses propos de choisir un vélo de la grande distribution, « peu résistants et souvent équipés de batterie au plomb » qui sont très fiables mais aussi très lourdes.

Réglementation

Pour q'un vélo soit homologué VAE (Vélo à assistance électrique), c'est-à-dire qu'il soit considéré comme un simple vélo, la législation exige que :

- l'assistance électrique du vélo ne fonctionne que jusqu'à 25 km/h. C'est à dire que, à condition de pédaler (au moins un peu), le moteur apportera une assistance de 25 km/h au maximum. Au delà de cette vitesse, l'assistance doit obligatoirement se couper. Vous pouvez donc rouler plus vite, sauf sur certains modèles qui sont bridés.  « Plus le cycle est de qualité, plus on peut rouler vite », précise Damien Barilko, qui ajoute : « On reste sur un vélo sur lequel on ne recherche pas la performance ni la vitesse de pointe, mais principalement d’augmenter la vitesse moyenne de déplacement à vélo. »

- La puissance nominale du moteur ne doit pas dépasser les 250 watts.

- Un capteur de pédalage doit impérativement être installé sur le vélo afin que l’assistance fonctionne que lorsque le cycliste pédale. Dès qu’il cesse de pédaler, le moteur doit se couper.

- Pour être homologué, l'assistance soit uniquement être déclenchée par le pédalage. Et non par une poignée d'accélération ! Tout équipément qui permettrait au vélo d’avancer sans pédalage (poignée d’accélération, gâchette…) ferait sortir le vélo de la catégorie des vélos à assistance électrique. Un vélo on vous a dit, pas un cyclo !
Si l'engin est équipé d'un sytème de propulsion, il entre dans la catégorie des cyclomoteurs. Avec les obligations que cela comporte : le recours à une assistance spécifique, le port d'un casque adapté, la possession du brevet de sécurité routière, l'immatriculation du vélo. 

A noter : dès que vous achetez un vélo à assistance électrique, le distributeur doit vous fournir un certificat d’homologation. Ce certificat vous garantit que vous possédez bien un vélo et non pas un cyclomoteur. Il peut vous être demandé par les forces de l'ordre lors d'un contrôle ou par votre assureur si vous souhaitez souscrire à une assurance vol ou lors d'un sinistre.

Le but de l'homologation est de vérifier la conformité de l'équipement aux exigences du décret  n°95-937 du 24 août 1995 relatif à la prévention des risques résultant de l'usage de la bicyclette et la conformité de l'équipement au protocole d'essai prévu dans la norme NF R30-020. L'homologation doit être réalisée par un organisme de contrôle indépendant.

Les critères de choix

Chiffres clés du VAE :
Puissance maximale du moteur : 250 W
Vitesse maximale de l'assistance :
25 km/h
Prix : de 900 à 3 000 €
Autonomie type  : 50 km
Poids : de 20 à 40 kilos
Temps de recharge : de 3 à 6 heures

Sur un vélo électrique, on trouve en plus du vélo traditionnel :  une batterie, un moteur,  un boitier électronique qui, avec son logiciel, fait l’intelligence du vélo et un système qui détecte et transmet l'impulsion. Ce dernier détecte le mouvement, envoie l’information à la batterie. La batterie envoie l’énergie au moteur en passant par le boîtier électronique qui régule et envoie l’énergie au moteur.

L’assistance au pédalage

Le principe de base du vélo électrique c’est d’apporter une assistance au pédalage à l’utilisateur : pour éviter la grosse suée avant d’arriver au travail ou pour donner un coup de pouce dans les grandes montées.
Mais il ne s'agit pas simplement d'enclencher l'assistance pour voir le vélo avancer tout seul et toujours avec la même puissance.  C’est là qu’intervient l’intelligence du vélo et « la subtilité du logiciel qui pilote le tout », précise Damien Barilko.
Plusieurs niveaux d’assistance sont possibles, c'est-à-dire qu'il est possible de choisir la proportion d'assistance que l'on souhaite obtenir du vélo par une simple commande au guidon.

Détection d'effort / détection de fréquence
Il existe plusieurs systèmes et niveaux d'assistance. Il y a d'abord l’aide au démarrage. Cette fonction permet de démarrer le moteur dès la première pression sur la pédale. Elle peut s’avérer très agréable notamment en environnement urbain où les arrêts sont fréquents.

Il existe à ce niveau plusieurs systèmes qui détectent le mouvement. On parle alors soit de détection d'effort soit de détection de fréquence. Dans le premier cas, l'assitance varie selon l'effort sur la pédale. Avec la détection de fréquence, l'assistance change en fonction de la vitesse de rotation de la pédale.

Selon les modèles, le cycliste dispose de un à trois niveaux d'assistance (commandé par une manette au guidon). Le supplément de puissance fourni par le moteur varie généralement, selon le niveau choisi, de 50 % à 150 % de l'effort du cycliste. Par exemple l'assistance du moteur positionnée à 100%, le moteur fournit autant de puissance que les muscles du cycliste.  

Les modèles équipés d'une option débrayable permettent, grâce à un bouton, de supprimer l’assistance si en sortant du travail vous avez envie d’une petite (ou d'une grosse) suée.

velo-electrique-koga-miyata.jpg

Le moteur
La puissance des moteurs varie entre 180 W et 250 W : il s’agit là de la puissance nominale du moteur et le maximum autorisé par la loi. « Mais certains moteurs sont capables de développer une puissance dite de crête [ndrl: une puissance de pointe]  qui dépasse souvent les 700 W ». Cette fonction est utile pour assurer un rendement suffisant dans les grandes côtes ou au démarrage par exemple.

Image ci-dessus : vélo électrique du fabricant hollandais Koga-Miyata

L’emplacement du moteur

S’il est placé sous le pédalier, il apporte une aide au démarrage. Il permet d’être équilibré comme sur un vélo classique et d’éviter un surpoids à l’avant ou à l’arrière de l’engin.
Dans le moyeu avant : deux roues motrices, il est plus efficace dans les grandes côtes. Point faible: en terme de motricité sur des gravillons par exemple (voir vidéo).
Dans le moyeu arrière : une roue arrière motrice. Solution la plus courante. Point faible : plus compliqué de changer la roue arrière dans certains cas.

La batterie
Source de courant pour alimenter le moteur, la batterie est un élément important. Elle influe énormément sur la puissance et sur l'autonomie. Les VAE sont équipés en règle générale de trois types de batteries :

- au plomb : la moins chère mais aussi la plus lourde des batteries (10 kilos)
Pour conserver longtemps ces batteries en bonne forme, évitez, lors d'une utilisation, de décharger complètement la batterie, ou de la laisser trop longtemps déchargée.

- au nickel métal hydrure  : [voisines des batteries NiCad (Nickel-Cadmium)Le cadmium est un métal lourd très polluant, elles sont donc en voie de disparition, remplacées par les Ni-mh], les batteries NiMh stockent plus de puissance à volume égal. Le prix est plus élevé, mais elles souffrent moins de l'effet mémoire*. Equivalente en terme de performances à la lithium-ion mais plus lourde.
* L'effet mémoire : il faut décharger presque complètement la batterie pour pouvoir la recharger complètement. Si l'on charge une batterie ayant encore 25% de charge, notre batterie n'offrira que 75% de sa capacité

- lithium-ion : technologie la plus récente, la plus chère aussi. Ce sont les meilleures à ce jour. Elles associent un des meilleurs rapports poids/puissance, une grande souplesse d'utilisation, pas d'effet mémoire, une grande puissance instantanée. La légerté est un plus dans le maniement du vélo.

velo-electrique.jpg

Les caractéristiques techniques d'une batterie :

- la tension (les volts) va déterminer en quelque sorte la sensation de puissance que vous allez ressentir. Plus votre batterie a une tension élevée, plus vous aurez de puissance.

- l'ampérage détermine l'autonomie. L'ampérage peut être assimilé à la taille d'un réservoir. Plus vous avez d'ampérage, plus vous aurez d'autonomie.

ISD, spécialiste du vélo électrique conseille sur son site internet « d'évitez le 24 volts si vous voulez un vélo qui monte les côtes facilement. Pour l'ampérage, tout dépend de votre besoin en autonomie. Un maximum d'ampérage vous donnera évidemment plus de confort. »

Veillez à toujours demander le prix d'une batterie de rechange avant d'acheter un vélo électrique. Le prix d'un set de batteries peut aller de 150 € pour un set de batteries plomb gel ;  450 € pour la technologie lithium-ion.

La recharge

Les VAE sont généralement livrés avec un chargeur qui se branche sur une prise secteur classique. Il n'y a pas de chargeur standard, chaque technologie de batterie possède son chargeur. Le chargeur est généralement petit (8 cm x 16 cm) et pèse moins d'un kilo. Un aspect à ne pas négliger afin de pouvoir prendre votre chargeur avec vous si besoin.

Sur la plupart des vélos on enlève la batterie et on la met à charger pendant une à six heures, selon le niveau de décharge. Lorsque la batterie est dans le cadre, le vélo est branché directement à la prise, ce qui peut être relativement contraignant.

Si la batterie est vide, le temps de recharge moyen est de 3 heures. Il peut aller jusqu'à 6 à 8 heures pour une batterie au plomb gel.  

Attention : même lorsque le vélo n'est pas utilisé, les batteries se déchargent. Cela peut être dommageable. C'est pourquoi, si vous n'utilisez pas votre vélo, il est conseillé de recharger la batterie régulièrement.

Autonomie

Lorsque vous achetez un VAE, les fabricants indiquent dans les caractéristiques techniques, l'autonomie. Il s'agit d'une autonomie moyenne qui varie selon le cycliste, la météo, la difficulté du parcours et le type de vélo.

Les VAE actuels permettent des autonomies de l'ordre de 20 à 70 km. Cette disparité s'explique par la technologie des batteries, mais aussi par leur capacités propres. Les prix ou le poids sont souvent en conséquence. Il faut donc déterminer quelle sera votre besoin en terme de km/jour, et dans les utilisations exceptionnelles, quel sera votre kilometrage maximum en une journée.

Le poids
Le poids d’un vélo électrique varie du simple au double : de 20 à 40 kilos.  Plus votre vélo est lourd, plus il faudra fournir d’effort et utiliser d’énergie pour le faire avancer. Cela n’est pas gênant si votre parcours est plat. L’effort et l’énergie ne seront important qu’au démarrage. En revanche, si il y a beaucoup de cote, vous solliciterez davantage le moteur et donc la batterie.

Le cadre

velo-electrique-helkama-velox.jpgPour être bien sur votre vélo, il est également important de choisir un vélo adapté à votre morphologie et donc de choisir la bonne hauteur de cadre.

L'acier est le matériau le plus utilisé dans la fabrication des cadres. Malgré sa souplesse, permettant confort et stabilité, l'acier est lourd. Il existe toutefois différents types d'aciers. L'acier chromoly est plus solide et léger que l'acier hi-ten.
Photo ci-desus : vélo électrique du fabricant finlandais Helkama Velox.

L'aluminium, beaucoup plus léger que l'acier est non-corrosif et rigide. Il est principalement destiné à la fabrication de vélos de pratique sportive.

Le titane : matériau idéal pour toutes les pratiques du VTT mais au prix disuasif. Léger, solide, résistant aux impacts et absorbant les chocs, les cadres en titane équipent essentiellement les vélos haut de game.

II est bon de rappeler les deux qualités principales d'un cadre sont la rigidité et la légèreté. N’oubliez donc pas que outre le matériau, la forme et la section des tubes ( leur diamètre) jouent un rôle important sur le confort et la rigidité. 

L'utilisation 

Selon le degré d’intensité de l’assistance, le vélo va consommer plus ou moins d’énergie. La consommation va aussi dépendre de la qualité de l’assistance : de son intelligence (si le moteur se coupe dès qu’il n’est plus utile), du parcours, du relief. Gaëtan Bayle, président de Extraenergy France, une association de promotion du vélo électrique, apporte des précisions sur les caractéristiques techniques d'un VAE.

[video:http://www.youtube.com/watch?v=sIvVTwBjCzc 425x344]

Les principaux fabricants de VAE

Batavus : fabricant historique hollandais de vélos, Batavus (comme SPARTA et KOGA-MYATA)  est détenu par le groupe Accel. Les vélos de la société fondée en 1904 sont esthétiques, résistants, confortable et équipés de pièces ajustables.

Flyer : la société suisse Biketec AG fut crée le 3 décembre 2001 en reprenant l'activité et la marque « FLYER » de l'entreprise BKTech AG. C'est en 2003 que Biketec AG lance le premier vélo électrique en Europe équipé de batteries lithium-Ion. Le véhicule a été conçu en tenant compte des besoins des consommateurs finaux (cadre à enjambement bas, solidité et fiabilité technique alliés à des composants de grande qualité...) et se distingue grâce à son design sobre et élégant et propre à cette gamme.

Gazelle: reconnue comme étant la marque numéro 1 aux Pays-Bas. Créée en 1892, Gazelle a obtenu la certification ISO 9001-200 pour la qualité de ces produits. La marque porte une pleine attention à la sécurité et au confort mais aussi au design.

Giant :  numéro 1 mondial du cycle. Le groupe taïwanais vend ses vélos classiques par millions dans le monde. Depuis 2008, la multinationale commercialise des vélos à assistance électrique. Dotés de bateries au lithium-ion, les VAE présentent un bon rapport qualité prix.

Gitane : Gitane est une marque française fondée en 1925 par Marcel Brunelière.
La marque est associée à de nombreuses victoires au tour de France.

Helkama : les VAE fabriqués en Finlande par Heklama sont considérés comme des vélos de haute de gamme au niveau mondial.

Koga Miyata : Koga jouit d'une réputation forte et incontestable dans l'innovation et l'industrie du vélo. Koga, c'est une qualité de pointe, un design exclusif et chaque vélo est entièrement fait main aux Pays-Bas. Tous les cadres des vélos Koga bénéficient d'une garantie à vie.  On est ici devant la Rolls Royce du vélo à assistance électrique. Evidemment, le HiTech a un prix. 

Matra Sports : marque du groupe français Lagardère, Matra développe depuis 2006 une gamme de vélos électriques haute performance après 40 ans d'expérience dans le secteur de l'automobile. 

Sparta Sports : Sparta fait partie du Accell Group, conglomérat international coté en bourse de fabricants de vélos réputés. Accell Group est un groupe européen d'entreprises opérant dans le domaine de la conception, la fabrication,
le marketing et la vente de vélos et d'accessoires, et le secteur des vélos électriques (VAE) est en plein essor. 

Vélys : entreprise française spécialisée dans les vélos électriques. Axée autour de valeurs humaines fortes, et de l’investissement personnel de son fondateur,
son objectif est de démocratiser l’achat et l’usage de véhicules électriques. Pari réussi, la gamme VELYS présente un excellent rapport qualité prix

Voici notre sélection de quatre vélos électriques parmi les meilleurs du marché.

 

velo-electrique-gitane-e-bike8.jpg

L’E-BIKE 8 - GITANE
Moteur  : 250 W
Batterie : Lithium-ion
Assistance : 3 niveaux, débrayable
Autonomie : 50 km
Temps de recharge : 2 à 3 heures
Poids : 22,1 kilos
Prix TTC : 1 300 €
 L'E-Bike existe aussi en version Homme (200 euros plus cher). Il comporte un système de changement de vitesse automatique que l'on retrouve sur les vélos haut de gamme finlandais HelKama. Le dérailleur est dans le moyeu, et l'automatisme est réglable de manière à s'adapter au cycliste. Il améliore l'autonomie de la batterie, en optimisant le rapport de démultiplication. Certainement l'un des meilleurs rapport qualité/prix du moment avec la garantie d'une grande marque.

  velo-electrique-giant-twist-sport-lite-gts.jpg

LE TWIST SPORT LITE - GIANT
Moteur : 250 W
Batterie:  lithium-ion
Assistance : 3 niveaux
Autonomie : 50 kilomètres
Temps de recharge: 3 à 5 heures
Poids : 25,5 kilos
Prix : 1 500 € 

Moteur dans le moyen avant, batterie dans l'une des deux sacoches arrière, dérailleur 7 vitesses, suspension, cadre en aluminum. Superbe vélo auquel rien ne manque par le leader mondial du cycle. Existe en cadre dame et en version deux batteries.


velo-electrique-matra-sports-tidal-cruiser.jpgLE TIDAL FORCE CRUISER - MATRA SPORTS

Moteur : 250 W
Batterie : NiMH
Assistance : 2 niveaux
Autonomie : 40 à 50 km
Temps de recharge : 3 à 4 heures
Poids : 36 kilos
 Prix : 2590 €

La Rolls du vélo éléctrique. Frime absolue et plaisir assuré avec ce vélo très urbain à cadre de type "beach".  Très confortable, mais très lourd, et très cher, il séduira les amoureux du bel objet plutôt que le cycliste en quête d'un moyen pratique et écologique de déplacement quotidien. Batterie dans le moyeu avant et moteur dans le moyeu arrière. A l'origine ce vélo avait été commercialisé en Amérique du nord avec un moteur de 1000 W, d'où sont nom de Tidal Force ( la force de la marée). La taille du moteur laisse supposer qu'il s'agit du moteur d'origine mais bridé pour être conforme à la réglementation. Démarrer sur la roue arrière avec une accélaration de Ducati est peut être à la portée des bidouilleurs pour une utilsation en dehors de la voie publique.

velo-electrique-flyer-t8-premium.jpgLE T9 PREMIUM - FLYER
Moteur : 250 W dans le pédalier

Batterie : Lithium Ion
Asistance : progressive jusqu’à 150 % de l’effort, 3 modes
Autonomie : jusqu’à 60 kilomètres
Temps de recharge : 3 heures
Poids : 25 kilos
Prix : 3100 €

Grand luxe et haute sécurité pour ce vélo suisse doté d'un cadre en aluminium qui lui autorise un équipement complet (dont suspensions hydrauliques et freins à disques à l'avant et à l'arrière) et une grande autonomie sans dépasser les 25 kilos. Dérailleur Shimano Nexus 8 vitesses dans le  moyeu (le top du top en matière de dérailleur, très doux parce que sans engrenage, et sans entretien). Moteur dans le pédalier avec système d'assistance progressive. Pour les connaisseurs fortunés et férus de haute technologie, qui souhaitent conserver une certaine discrétion.

Liens :

Velocito

Extraenergy

Aussi sur DDmagazine : 

Transformer un vélo normal en vélo électrique

Le vélo électrique c'est pratique

Trouver un vélo pliant 26 pouces

Pourquoi je suis contre Vélib

Amsterdam, capitale de la mobilité durable