Le Bipshénol A persisterait plus longtemps que prévu dans l'organisme

mardi 10 février 2009 Écrit par  Alexandra Lianes

Le Bisphénol A (BPA) pourrait persister plus longtemps que prévu dans l’organisme et proviendrait de sources autres que l’alimentation. Cette conclusion émane d’une étude publiée le 28 janvier dans le journal en ligne Environmental Health Perspectives et réalisée par des chercheurs de l’Université du Rochester de New York et de l’Université du Missouri-Columbia.

Le BPA, un produit qui entre dans la production de nombreuses matières plastiques, dont le polycarbonate et le PVC, est présent dans de nombreux objets en plastique : du biberons à l’intérieur des boîtes de conserves en passant par un DVD ou un casque de cycliste.

Alors que plusieurs études soupçonnent de BPA d’agir comme perturbateur endocrinien, voilà que cette étude vient jeter à nouveau les soupçons sur cette substance. Elle persisterait à un taux élevé dans le corps humain, même après 24 heures de jeûne. Ce qui fait dire aux chercheurs que la source de contamination ne serait pas qu’alimentaire. Ils évoquent l’accumulation et le stockage du BPA dans les graisses du corps humain et une infiltration dans l'organisme via la poussière ou l’air. 

Des études supplémentaires sont nécessaires pour évaluer davantage les effets du BPA sur les tissus adipeux et les hormones, estiment les chercheurs.

Ces résultats sont d’autant plus importants que les avis d’innocuité délivrés par les autorités sanitaires américaines et européennes sont en partie basées sur l’hypothèse d’une élimination rapide du BPA.

L'agence américaine des médicaments (FDA) et son homologue européenne (EFSA) ont déclaré la BPA sans danger pour la santé humaine aux niveaux détectés. Or, un rapport d'experts indépendants américains rendu public en septembre 2008 conclut que la FDA a ignoré certaines données scientifiques et a eu recours à des méthodes inadéquates pour parvenir à cette conclusion. La FDA se voit aussi reprocher ne pas tenir compte de certaines études liant le BPA au cancer de la prostate et au diabète. Des toxicologues des Instituts nationaux de la santé (NIH) avaient également fait connaître leurs inquiétudes en 2008 alors que selon eux cette substance peut avoir des effets néfastes sur le développement du cerveau des foetus et des nouveaux-nés, selon des recherches conduites sur des animaux.

A noter que le gouvernement canadien a annoncé son intention d'interdire l'importation et la vente des biberons en polycarbonate qui contiennent du bisphénol A (BPA), ainsi que la publicité sur ces produits. Plus d'informations.

A lire aussi sur DDmagazine : 

Santé : inquiétudes sur certains récipients en plastique

Santé : projet d'interdiction du PFOA et du Bisphénol A

Encore une lampée de bisphénol A ?

Les bouteilles en plastique sont-elles dangereuses ?