On achève bien les dauphins

lundi 22 juin 2009 Écrit par  Valérie Tremblay

Louie Psihoyos et son équipe nous entraînent dans un thriller qui sort du cadre du documentaire. Direction Taiji, au Japon. Là où, en apparence, toute une petite ville se livre à une vénération sans borne envers les  cétacés, l’équipe découvre une sordide histoire de trafic de dauphins. Baleiniers, autorités locales et population sont impliqués. Le réseau mène sa barque tranquillement sous l’égide de la Flipper Sea’s School. « Le sourire du dauphin est la plus grande déception de la nature. Car il entretien l’illusion qu’il est toujours heureux », regrette Richard O’Barry, célèbre éleveur des dauphins de la télésérie américaine Flipper. Réalisation impossible dans la légalité, l’équipe a dû utiliser des micros et des caméras cachés pour arracher des images horribles et renversantes.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.