Faim dans le monde : pour Inf'OGM, les OGM ne sont pas la réponse

mercredi 18 novembre 2009 Écrit par  Yves Heuillard

Le 16 novembre 2009, s’ouvrait le sommet sur la sécurité alimentaire de la FAO à Rome. En 2009, le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde est passé de 840 millions à plus d’un milliard de personnes. Inf’OGM, association citoyenne d’information indépendante sur les OGM et les biotechnologies dénonce la proposition qui consisterait à augmenter les aides à l’agriculture et au développement rural des pays en développement, pour favoriser une agriculture intensive à base d'OGM et de pesticides.

Selon Inf''OGM, la FAO appelle les Etats et le secteur privé "à collaborer pour éliminer la faim dans le monde, mettant en exergue l’argument économique d’un immense marché potentiel, mais le développement de ce marché repose sur un modèle agricole intensif, OGM et pesticides à l’appui, alors que les causes de la faim ne sont pas vraiment abordées".

Couverture du livre : Des OGM pour nourir le monde ?Pour appuyer sa position l'association publie une brochure «Des OGM pour nourrir le monde ? Une mauvaise réponse technique à un problème politique». L'ouvrage propose d’analyser les causes et les multiples conséquences du modèle agricole dominant. Faut-il continuer à pousser les pays du Sud vers des cultures de rente au détriment de l’agriculture vivrière ? Faut-il encourager la généralisation du modèle de consommation des pays occidentaux et des classes aisées à l’ensemble de la planète ? Les plantes génétiquement modifiées offrent-elles une solution pour nourrir le monde ?

Pour l'association, la faim est un problème d’accessibilité à la nourriture, qui appelle une réponse politique. Inf'OGM considère que la nourriture produite est déjà suffisante pour subvenir aux besoins de tous, en revanche le modèle agricole actuel épuise les ressources et hypothèque notre capacité à produire sur le long terme.

L'ouvrage avance une filiation conceptuelle entre les modèles agricoles qui arrivent à bout de souffle et le génie génétique, pourtant présenté comme un nouvel espoir. Il veut monter que les OGM favorisent la production intensive, au détriment de l’agriculture vivrière, de la biodiversité et de la souveraineté alimentaire des peuples. Il s'efforce de déconstruire ce que ses auteurs considère comme une mauvaise réponse technique, proposée par le génie génétique, et explore d'autres des pistes d’actions, politiques et agronomiques.

Des OGM pour nourrir le monde ? Une mauvaise réponse technique à un problème politique. Vient de paraître. Co-édition : Rés’OGM info / Inf’OGM. 7 euros

Aussi sur DDmagazine

Index de la faim 2009 : 29 pays alarmants 

Le réchauffement climatique vu par les pauvres

Les petits fermiers offrent la meilleure chance d'alimenter le monde