Copenhague : les petits arrangements entre riches dénoncés

mercredi 09 décembre 2009 Écrit par  Yves Heuillard

Total désarroi aujourd'hui au sommet COP15 de Copenhague sur le climat après la fuite d'un document danois montrant une proposition préparatoire aux dirigeants de la planète pour donner plus de pouvoir au pays riches et réduire le rôle des Nations Unies dans les futures négociations sur le climat. La proposition danoise est déjà dénoncée comme un texte injuste et insuffisant. Pour l'association Les Amis de la Terre, ce texte négocié entre pays riches, biaise les négociations sur le climat et tente de court-circuiter les discussions avec les pays en développement.

Meena Raman, des Amis de la Terre Malaisie commente la proposition danoise : « la proposition divulguée viole les principes démocratiques des Nations Unies et menace les négociations de Copenhague. En ayant une discussion secrète dans une arrière chambre avec seulement quelques pays sélectionnés, les Danois font exactement le contraire de ce qu'on attend d'eux en tant que pays hôte. Le gouvernement danois doit arrêter de conspirer avec les pays riches. Au contraire, il doit baser les discussions sur les positions des pays en développement, qui sont les moins responsables et pourtant les plus touchés par les changements climatiques. »

La proposition danoise est attaquée parce qu'elle est le fruit d'une négociation entre un petit groupe de pays riches outrepassant le processus des Nations Unies. En outre, ses objectifs sont insuffisants par rapport aux données scientifiques actuelles, et surtout, elle veut imposer des obligations aux pays en développement alors qu'ils ne sont pas responsables historiquement des changements climatiques.

Sébastien Godinot, coordinateur des campagnes aux Amis de la Terre France précise : « Cette proposition ne respecte pas la justice climatique. La seule façon d'obtenir un accord fort et juste à Copenhague est d'inclure tous les pays, en accord avec les principes de la CCNUCC. L'accord danois des pays riches doit être enterré et le processus des Nations Unies doit reprendre. »

Pour les Amis de la Terre International :
- les pays riches et industrialisés doivent réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d'au moins 40% par rapport aux niveaux de 1990 d'ici 2020. Ces réductions doivent être faite sur leur territoire sans compensations. Les compensations, y compris celles du 'Mécanisme de Développement Propre', sont de fausses solutions et doivent être écartées.
- les pays riches et industrialisés ont une dette climatique envers les pays en développement qui résulte de dizaines d'années de pollution. Cette dette doit être reconnue et remboursée par une réduction drastique des émissions et par la constitution démocratique via les Nations Unies de fonds publics suffisants pour combattre les changements climatiques et aider les pays les plus démunis à y faire face.
- la Banque Mondiale et ses financements climatiques doivent être rejetés car ils augmentent la dette des pays pauvres et promeuvent les énergies sales telles que le soi-disant « charbon propre ».
- Les forêts ne doivent pas être inclues dans les marchés carbone. Le lutte contre la déforestation doit passer par des fonds publics et doit préserver les droits des populations autochtones. Les plantations ne doivent pas être considérées comme des forêts.