Friends of the Earth en campagne contre les "nano crèmes solaires"

samedi 05 juin 2010 Écrit par  Yves Heuillard
Publicité avertissant des risques des crèmes solaires à nanoparticules"NanoSunscreen, j'exige la meilleure crème solaire* pour la future mère de mes enfants". Ainsi pourrait-on traduire l'accroche de la publicité faite par Friends of the Earth (Les Amis de la Terre) sur les médias Internet américains [photo ci-contre). L'astérisque après "la meilleure crème solaire" renvoie à la question "Est-ce bien le cas, vous voulez savoir la vérité ?". Le clic sur la pub renvoie sur une page du site des Amis de la Terre qui explique : "les crèmes solaires à nanoparticules peuvent être dangereuses pour la santé". L'association de défense de l'environnement, qui avait déjà fait paraître en 2006 un rapport titré "petits ingrédients et grands risques des crèmes solaires (1)", explique par le menu les risques pour la santé.  

Publicité de Friends of the Earth contre les crèmes solaires à nanoparticulesA l'appui de ses propos l'association cite des études montrant les dangers de nanoparticules présentes dans certaines crèmes solaires, ou dans les cosmétiques, par exemple des nanoparticules d'oxyde de zinc ou d'oxyde de titane. Les études citées mettent en évidence le risque dommages aux cellules du colon chez l'homme, et particulièrement chez les enfants, les effets sur le cerveau des souris ; elles montrent que les nanoparticules peuvent traverser l'épiderme et se retrouver dans le système sanguin, passer de la mère au foetus, s'accumuler dans la chaîne alimentaire, nuire à certaines bactéries utiles à la protection de l'environnement.

En France, dans un rapport publié en mars 2010, l'Afsset (Agence français de sécurité sanitaire de l'environnement) a identifié plusieurs centaines de produits de grande consommation contenant des nanomatériaux (dont les crèmes solaires) mais que de grandes difficultés ont été rencontrées pour identifier ces produits, mettant en évidence le manque de traçabilité des nanomatériaux intégrés dans les produits finis. Des études auxquelles se réfère le rapport suggèrent la possibilité de risques pour la santé et pour l’environnement.

La réglementation européene du 24 mars 2010 prend en compte la spécificité des nanomatériaux (voir notre article Les nanoparticules sur les étiquettes). Le fabricant doit indiquer la présence de ces nanomatériaux dans la liste des ingrédients qui figure déjà obligatoirement sur tous les produits. Une règle d’étiquetage a été prévue à cet effet : nom de l’ingrédient [nano]. Cela donnera par exemple : Titanium dioxyde [nano].

(1) Nanomaterials, Sunscreens and Cosmetics: Small Ingredients, Big Risks

 

1 Commentaire

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.