Explosion d'une plateforme gazière : pire que Deepwater Horizon ?

mercredi 24 juillet 2013 Écrit par  Yves Heuillard

Une explosion sur une plate-forme gazière du Golfe du Mexique a été interprétée par la quasi totalité des médias comme un incendie. Au moment où j'écris ces lignes et d'après les images transmises par les chaînes de télévisions américaines, il n'y pas d'incendie mais un geyser gigantesque de gaz naturel, d'eau et de condensats. 

En réalité l'accident est du même type que celui de la plate-forme Deepwater Horizon, en 2010, exploitée par BP dans la même région. Les raisons de l'explosion du puits ne sont pas connues mais c'est le même défaut de sécurité qui, en première analyse, est à l'origine de l'accident. Un dispositif en tête de puits appelé "blowout preventer" n'a pas fonctionné. Un site Internet de crise a été mise en place par l'exploitant Walter Oil & Gas Corporation, mais n'y figure aucune information précise. Il est probable qu'un premier accident se soit produit sur cette plate-forme automatisée (pas d'équipe en permanence), puisque des techniciens étaient sur place au moment de l'accident.

L'accident pourrait être moins visible que celui de Deepwater Horizon, puisqu'il s'agit de gaz et non de pétrole, mais l'effet de la dispersion dans l'atmosphère de volumes importants de méthane - gaz à effet de serre 72 fois plus puissant que le CO2 sur 20 ans - pourrait, s'il devait se prolonger, ruiner en partie les quelques efforts réalisés par ailleurs par l'humanité pour contenir le réchauffement climatique.

La bonne nouvelle cependant, c'est que contrairement à l'accident de BP, la plate-forme de Walter Oil & Gas Corporation est en eau très peu profonde. Reste que la moindre étincelle serait catastrophique, non du fait de l'incendie lui même, qui aurait le mérite de transformer le méthane en gaz carbonique, mais de la chaleur dégagée, qui empêcherait d'approcher. Et dans ce cas la faible profondeur pourrait être un handicap. 

La course pour ce qui reste de combustibles fossiles dans les entrailles de la Terre, et les politiques publiques qui les permettent, et les subventionnent, ne peuvent pas s'affranchir des risques qu'elle fait peser sur l'humanité. Et d'autant plus que les énergies renouvelables sont désormais compétitives avec les énergies fossiles.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.