Areva en perdition, boom des investissements dans les renouvelables

lundi 06 octobre 2014 Écrit par  rédaction

panneaux solaires photovoltaïques en Italie

Les investissements dans les renouvelables explosent pendant que l'excellence française prend du plomb dans l'aile. Sous la plume de Edwy Plenel, Mediapart vient de publier un article titré "Areva en perdition", expliquant les pertes abyssales du groupe, les investissements catastrophiques dans des projets miniers, le fiasco industriel et commercial de l'EPR, la nécessité d'un renflouement si le groupe veut éviter la faillite.

Mediapart souligne la vente catastrophique de l'EPR finlandais, vendu 3,5 milliards d'euros, prévu pour un lancement en 2009 et qui ne sera finalement pas opérationnel avant 2018 avec un surcoût de 4 milliards, sans compter le coûts des contentieux avec le client. La question se poserait même de l'abandon pur et simple de l'EPR.

Parallèlement il est rageant de voir que les investissements dans les énergies renouvelables explosent, que le milliardaire américain Elon Musk (le fondateur de Tesla et co-fondateur de Paypal) est en train d'ouvrir la plus grande usine de panneaux solaires du monde occidental à Buffalo, dans l'état de New York, sur le site d'une des anciennes plus grande acièrie des Etats-Unis fermée depuis 1983. L'usine produira 1 gigawatt de panneaux solaires par an, soit la puissance d'un réacteur nucléaire par an.

Selon Bloomberg, pendant les trois premiers trimestres de 2014, les investissement dans les renouvelables ont cru de 16% par rappot à la même période de 2013, à 175,1 milliard de dollars. Pendant le seul 3ème trimestre, les investissements chinois ont battu tous leurs records à 12 milliards de dollars. Au Japon, pendant le 3ème trimestre, les renouvelables ont également été l'objet de la majorité des investissement (8,6 milliards de dollars) dans les nouvelles sources d'énergie.

Blomberg révoit qu'en 2015, les investissements dans les nouvelles sources d'électricité renouvelables seront deux fois plus importants que la conjugaison de ceux dans les sources fossiles et nucléaires. En 2030, c'est 80% des ces mêmes investissements qui se feront dans les renouvelables (voir l'article d'Amory Lovins sur le triomphe de la microélectricité ici).

Photo d'ouverture CC Collin Key

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.