Tchernobyl, Tchernobyl... Pour toujours

samedi 25 avril 2015 Écrit par  Yves Heuillard
Dans la ville abandonnée de Pripyat Dans la ville abandonnée de Pripyat Photo Michaël Kötter

Commémoration d'une catastrophe sans fin, nous vous proposons quelques-unes des vidéos les plus remarquables réalisées récemment à Tchernobyl.

Vingt-neuf ans après la catastrophe, la ville abandonnée de Pripyat est désormais le symbole de la folie des hommes. Le réacteur restera une menace pour des dizaines de générations. En Biélorussie, en Russie, et en Ukraine, plus de huit millions de personnes vivent toujours en zone contaminée, absorbant quotidiennement des radioéléments dans leur alimentation, avec des conséquences pathologiques qu'on s'efforce de minimiser ou de ne pas voir. Dans le reste de l'Europe, les retombées radioactives, en particulier les particules de césium 137 et de strontium 90, sont toujours présentes dans les sols et les végétaux.

Pripyat, à proximité de la centrale, inspire de nombreux photographes, cinéastes, ou écrivains. Dans les vidéos qui suivent on aperçoit la construction de l'arche métallique géante de 92 mètres de haut et 245 mètres de long. Elle viendra recouvrir le sarcophage de béton construit à la va-vite au lendemain de la catastrophe. Ce chantier pharaonique, à la réalisation difficile et au coût sans cesse à la hausse (1) (plus de 2,15 milliards d'euros), ne constituera qu'une protection éphémère. Il faudra la reconstruire dans un siècle, et la reconstruire, et la reconstruire encore, tant que les 190 tonnes du combustible fondu présenteront un risque - pendant des centaines de siècles.

Survol de Pripyat par un drone

Vidéo réalisée par Danny Cooke lors d'une mission pour la chaîne de télévision CBS News. Cinéaste et photographe freelance de talent, Danny Cooke a reçu plusieurs prix.

 

Explorer la zone de Tchernobyl

Tournée en 2014 par le réalisateur américain Philip Grosman, on y voit en particulier des image de la construction de la nouvelle enceinte métallique, des images tournées depuis les antennes de Duga-33 (système de veille lointaine des missiles ballistiques conçu par les soviétiques dans les années 60) et des images prises à l'intérieur de bâtiments. La forêt, qui a repris ses droits sur le béton et sur les espaces autrefois cultivés, est un nouveau risque pour l'Europe et la Russie. En cas d'incendie elle disséminerait dans l'atmosphère des quantités importantes de radioactivité absorbées par les plantes. Sélectionnez l'option HD dans les paramètres. [Un incendie s'est déclaré à Tchernobyl 3 jours après la rédaction de cet article].

Diaporama par Michael Kötter

La ville de Pripyat, qui comptait 50 000 habitants, située à 3 km de la centrale, était considérée comme un modèle de la ville soviétique. Le diaporama qui suit est un témoignage extraordinaire sur cette période, la glorification allégorique d'un système, et le pathétique d'une culte voué à l'atome. Il nous fait réfléchir sur nos propres mythes. Passez la souris sur l'image et cliquez sur l'icône appropriée pour une lecture en plein écran. La touche ÉChap du clavier fait revenir à cet article.

 

Le malheur des uns...

Construction de la nouvelle enceinte par Novarka, société conjointe de Vinci et Bouygues. Magnifique démonstration de savoir-faire de l'ingièniérie française. Le projet est financé par la communauté internationale avec l'argent public.

 

 

Notes
1)Après la rédaction de cet article, une conférence internationale, réunie à Londres, le 29 avril a réuni 180 millions d'euros nécessaire à la pursuite de la construction de l'arche métallique. Ces fonds s'ajoutent aux 350 millions d'euros alloués en novembre 2014 par la Banque européenne pour la reconstruction et de développement (BERD).

Merci à Michaël Kötter pour la photo d'ouverture et son diaporama. Photos CC via Flickr.