Tremblements de terre et gaz de schiste, le lien est avéré

dimanche 26 avril 2015 Écrit par  Yves Heuillard

Une étude de la United States Geological Survey montre clairement le lien entre les activités de fracturation hydraulique et la fréquence des tremblements de terre.

Aux Etats-Unis quelques scientifiques avaient souligné un lien possible entre fréquence des tremblements de terre et les activités de fracturation hydraulique pour extraire les gaz et pétrole de schiste ; mais ils s'étaient opposés aux doutes émis par l'industrie.

Le 23 avril 2015, la plus importante organisation américaine d'études géologiques, la USGS (United States Geological Survey) a publié un rapport qui ne permet plus le doute. Dans certaines régions la fréquence des tremblements de terre a été multipliée par 1000. C'est principalement l'injection dans les couches géologiques profondes des eaux résiduelles issues de la fracturation hydraulique (plus que la fracturation elle-même) qui est pointée du doigt.

Parmi huit régions étudiées (du Lac Erié aux Rocheuses), la région d'Oklahoma, dans laquelle l'activité gazière et pétrolière s'est itensifiée ces dernières années, est emblématique des résultats de l'étude. L'activité sismique en 2013 est 70 fois plus importante qu'elle ne l'était avant 2008, des centaines de fois plus que dans les années 80.

Un graphique interactif publié par l'administration permet de visualiser l'augmentation de l'activité sismique depuis 1980. Ci-dessous, à gauche la représentation du nombre et de l'intensité des tremblements de terre de 1980 à 2000 (20 ans), et à droite depuis 2000 (moins de 15 ans). Seuls les tremblements de terre d'une magnitude supérieure à 3 sont considérés.

Graphique montrant l'évolution de la férquence des tremblements de terre

La vidéo ci-dessous, réalisée par l'USGS, représente l'augmentation de l'activité sismique au fil des ans dans la région de Oklahoma. La fréquence des tremblements de terre passe de 1,5 par an à 2,5 par jour ! Regardez le défilement des dates à gauche de la vidéo ; constatez l'augmentation des séismes à partir de 2011 et l'explosion spectaculaire en 2014 et 2015...

Restant prudents dans leurs déclarations publiques, tant le sujet est politique, les auteurs de l'étude se drappent dans leur rôle exclusif de prévisionnistes au service de la sécurité publique. Ainsi pour Mark Petersen l'auteur en chef de l'étude, cité par le New York Times, "nous constatons que ces tremblements de terre induits [par les activités humaines] sont beaucoup plus fréquents que ce nous avions l'habitude de constater, dans plusieurs régions, et nous devons essayer de comprendre quels sont les riques et comment les gérer".

Pour en savoir plus :
Le rapport de l'USGS
Interview par Yale Environment 360 du géologue Todd Halihan (Oklahoma)

Photo CC d'ouverture Great Beyond

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.