"Des pratiques politiques fossilisées, menaces mortelles pour la démocratie"

jeudi 14 mai 2015 Écrit par  Yves Heuillard

Marc Laimé, expert en politique publique de l'eau, dénonce le fonctionnement oligarchique et le pouvoir démeusuré des syndicats techniques interdépartementaux sur la fabrique de nos cadres de vie.

Marc Laimé exerce des activités de formation et de conseil en politiques publiques de l'eau et de l'assainissement auprès des collectivités locales. Publié sur le site du Monde Diplomatique, son article titré "Les âmes mortes du Grand Paris", nous rappelle l'histoire des grands syndicats techniques interdépartementaux, syndicats d'électrification et de gaz, syndicats des eaux, syndicats d'assainissements, il en dénonçe le fonctionnement oligarchique qui ne laisse « aucune place à la société civile, [leur] confère un pouvoir démesuré [ainsi qu'à] à leurs partenaires privés, qui pèsent dès lors de tout leur poids sur la "fabrique institutionnelle" des politiques urbaines, bien au-delà de l'Ile-de-France. Politiques urbaines dont des entreprises comme Total, Alstom, Bouygues, Eiffage, Vinci, Saint-Gobain, EDF, Suez, Veolia, IBM, Général Electric... deviennent les véritables ensembliers ».

Ces syndicats, explique Marc Laimé, se caractérisent par une impressionnante concentration verticale du pouvoir, un entresoi de décideurs, qui aboutit à une pensée unique en matière d'aménagement de l'espace urbain, et à l'emprise croissante des grandes multinationales sur tous les aspects de notre vie quotidienne.

Le texte de Marc Laimé pourra paraître un peu technique pour le profane, mais il est empreint de la sincérité d'un homme de terrain en colère face à ce qu'il définit comme un "immense gâchis provoqué par des pratiques politiques archaïques, hors sol, totalement fossilisées, orientées vers la préservation de rentes de situation colossales [..] interdisant tout progrès et toute justice sociale". L'auteur écrit dans le contexte de la création de grandes métropoles et d'incessantes et souvent incompréhensibles réformes, ou projets de réformes territoriales, dont le Grand Paris.

Marc Laimé n'y va pas avec le dos de la cuillère quand il décrit un gouvernement parallèle de l'ombre, "des relations incestueuses" qui prêtent le flan "au soupçon de conflits d'intérêt, voire de corruption structurelle systémique" et quand, en conclusion, il augure "d'un inéluctable retour à l'émeute". Indéniablement l'auteur touchera tout ceux qui sont sincèrement à la recherche du bien commun, d'une autre conception d'un vivre ensemble dans une société réinventée et apaisée.

Et si nous vous invitons à sa lecture c'est bien que considérations de justice sociale et environnementale sont inséparables. L'article, avec ses multiples références, est aussi un point d'entrée indispensable vers une compréhension plus générale des problématiques liées à la gestion de l'eau et des biens publics.

Nous en profitons pour recommander, sur le même sujet, mais avec un point de vue différent, l'excellent petit opuscule d'Agnès Sinaï "L'eau à Paris, retour vers le public" publié par Eau de Paris. L'ouvrage relate la remunicipalisation du réseau de distribution de l'eau à Paris, et de manière générale le développement d'un mouvement citoyen mondial en faveur de la remunicipalisation des services.

Liens utiles
Les Carnets d'eau, le blog de Marc Laimé sur le Monde Diplomatique.
Le Water remunicipalisation Tracker suit les mouvements de remunicipalisation dans le monde.
Sur ddmagazine, à Hambourg, "Les citoyens veulent reprendre leur réseau électrique".
Water Justice rubrique du site militant TNI (Transnational Insititute).
Our public water future The global experience with remunicipalisation (pdf, avril 2015)
La pensée Elinor Ostrom, florilège d'articles publiés par Alternatives économiques.
La section française de Transparency International.

 En ouverture, canalisations souterraines, photos CC Snapsi