Consommation et production d'électricité - France 2014

mercredi 22 juillet 2015 Écrit par  Bernard Chabot
Centrale nucléaire de Gravelines Centrale nucléaire de Gravelines Photo CC Loizeau via Flickr

La publication par RTE (Réseau de transport de l'électricité) des statistiques de production et de consommation d'électricité permet des analyses détaillées et étonnantes des spécificités régionales.

Mon analyse porte sur la consommation et la production d'électricité en France en 2014, les parcs de production installés en fin d'année, les taux de couverture des consommations régionales par les productions locales et enfin la productivité des installations régionales exprimée en heures équivalentes de fonctionnement annuel à puissance nominale.

Toutes les productions sont analysées : production régionale totale, nucléaire, thermique utilisant les énergies fossiles (charbon, fioul, gaz naturel), production totale d' E-SER (électricité par sources d'énergies renouvelables), hydraulique, E-SER hors hydraulique, éolien, solaire photovoltaïque (PV), total [Eolien + PV], bioélectricité (y compris part biomasse des déchets ménagers).

L'étude complète à télécharger

Bernard Chabot, économiste de l'énergie, expert en énergies renouvelablesBernard Chabot, ingénieur Arts et Métiers, est économiste de l'énergie, consultant, formateur en énergies renouvelables et en efficacité énergétique.

Télécharger ici son étude complète avec 86 pages de  tableaux et de graphiques. Elle est fournie à titre gracieux, ni l’auteur ni RTE (source des données) ne peuvent être tenus pour responsables des conséquences de décisions découlant de son utilisation.

Les 22 mix de productions régionales d'électricité en 2014 sont détaillés en fin de document, et rapportés à la consommation.

Principaux résultats

Sur les 430 TWh consommés en France métropolitaine en 2014, la moitie l'ont été dans cinq des 22 régions métropolitaines et près de 80 % dans 12 régions.

La part de la consommation d'électricité par les particuliers a varie en 2014 de 24 % en Nord-Pas-de-Calais a 54 % en Corse avec une moyenne de 35 %, alors que la part moyenne de la consommation des entreprises a été de 55 % (de 28 % en Corse a 70 % en Nord Pas de Calais)

La consommation nette totale (particuliers + entreprises) par habitant en 2014 a varié de 5545 kWh en Ile-de-France à 8552 kWh en Haute Normandie, avec une moyenne en métropole de 6734 kWh

Dans le parc métropolitain de production de 128 GW en fin 2014, la part de l'E-SER était de 32,3 % avec 41,48 GW, dont 16 GW d'hydraulique (soit 39 % du parc d'E-SER).

La production métropolitaine totale d'électricité en 2014 été de 540 TWh. Elle a été assurée à plus de 80 % par seulement 8 régions et 5 régions n'ont couvert ensemble que 1 % du total.

La moitié des 22 régions métropolitaines produisent plus d'électricité qu'elles n'en consomment. Six régions produisent moins du quart de leur consommation, dont suelement 5% pour l'Île-de-France.

La métropole produit un quart de plus d'électricité que sa demande.

Avec 416 TWh produits dans 11 régions dont plus de la moitié dans seulement 3 régions, le nucléaire a représenté 77 % de la production métropolitaine d'électricité en 2014 et 97 % de la demande des 21 régions interconnectées desservies par ces centrales.

Le facteur de charge annuel moyen du parc nucléaire en 2014 est de 75,2 %. Il est légèrement supérieur à la moyenne mondiale (73,2 %), mais place le parc nucléaire Français à la 22ème place sur 31.

Avec 26 TWh, dont la moitié produite dans seulement 3 régions, les fossiles n'ont représenté que 4,7 % de la production métropolitaine d'électricité en 2014.

Dans seulement 5 régions la production d'origine fossile a été supérieure à 10 % de la consommation, avec un maximum de 44 % en Corse où cette production est intégralement subventionnée via la CSPE (Contribution au Service Public de l'Electricité).

Les très faibles facteurs de charge annuels moyens de la production thermique fossiles régionale (de 1 % à 30 %) résultent de son rôle d'appoint et de couverture des pointes de demande, ceci étant dû notamment au chauffage électrique.

Avec 98,5 TWh produits en 2014, l'E-SER a représenté 18,2 % de la production et 22,9 % de la consommation métropolitaine.

Principales conclusions

La diversité régionale des caractéristiques et des paramètres des consommations et des productions d'électricité plaide pour une continuité et même un approfondissement des publications des données territoriales dans le cadre des nouvelles régions Françaises, en couvrant aussi et selon les mêmes règles et méthodes les régions hors métropole.


Historiquement, les décisions de production par les centrales thermiques à flamme et nucléaires et de grande hydroélectricité ont été prises au niveau national. L'émergence de la production décentralisée d'E-SER et leurs objectifs 2020 et 2030 (respectivement 27 % et 40 % de la consommation) devraient favoriser une approche plus territoriale et décentralisée pour cette production.


Le surdimensionnement historique du parc nucléaire qui en 2014 a couvert 97 % de la demande des 21 régions desservies par les centrales nucléaires devrait mener à un redimensionnement de ce parc exprimé en % de la demande de la France continentale et en prenant en compte les objectifs ci-dessus de couverture de cette demande par l'E-SER.


La production d'électricité par les énergies fossiles en zones non interconnectées (Corse et DOM) ne devrait plus être subventionnée par la CSPE compte tenu de l'engagement de la France dans le cadre du G20 à cesser de subventionner les énergies fossiles.


La concentration et la faible productivité du parc éolien métropolitain ainsi que l'écart avec l'objectif du PNAER (Plan d'action national en faveur des énergies renouvelables) de 58 TWh éoliens en 2020 plaident pour une adoption rapide d'incitations fortes à utiliser les modèles récents d'éoliennes de la «Révolution éolienne silencieuse » à facteurs de charge élevés y compris en sites peu et moyennement ventés.


La concentration actuelle des installations PV et la grande diversité des gisements solaires métropolitains plaident pour une adaptation des incitations aux investissements PV à la qualité des gisements solaires locaux.

Du même auteur:

"L'électricité PV dans la production et la consommation d'électricité en France jusqu'en juin 2015 ", en ligne juillet 2015, et téléchargeable à www.photovoltaïque.info

"Analyse de la production éolienne et photovoltaïque en France en 2014", en ligne le 6/1/2015 et téléchargeable à :
www.ddmagazine.com/2910-Le-photovoltaique-et-leolien-en-France-en-2014.html

Analyses mensuelles de la production Française d'électricité PV et par autres sources,  téléchargeables à www.photovoltaïque.info

"Assessing the potential impact of the "Silent Wind Power Revolution" on onshore wind power development in France up to 2035", en ligne le 15 mai 2015 et téléchargeable à: www.renewablesinternational.net/silent-wind-revolution-in-france/150/435/87563/

"Analysis of the Global Electricity Production up to 2014 With a Focus on the Contribution From Renewables and on CO2 Emissions", en ligne le 22 juin 2015 et téléchargeable à : www.ddmagazine.com/201506222956/les-chiffres-de-la-production-electrique-mondiale-et-des-emissions-de-co2.html

"Analyse des marchés et des productions d'électricité nucléaire jusqu'en 2014 et 2040 avec des comparaisons stratégiques avec les énergies renouvelables", en ligne le 13/4/2015 et téléchargeable à : http://www.ddmagazine.com/2932-La-France-va-t-elle-rater-le-marche-de-lelectricite-renouvelable.html

"Analysis of electricity production in EU-28 up to 2014 with a focus on renewables", en ligne 27 avril 2015 et téléchargeable à : www.renewablesinternational.net/2014-renewable-energy-data-for-eu-28/150/537/87150/

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.