Subventions aux combustibles fossiles : 40 pays donnent 200 milliards par an

mardi 22 septembre 2015 Écrit par  Yves Heuillard
Subventions aux combustibles fossiles : 40 pays donnent 200 milliards par an Photo CC Isado via Flickr

Dans son inventaire 2015 des mesures de soutien aux combustibles fossiles, l'OCDE analyse l'ensemble des aides des états les plus riches aux entreprises du pétrole, du gaz et du charbon. Elle sont en baisse en 2014 à 160 millions de dollars mais restent importantes, de l'ordre de 160 à 200 milliards de dollars par an entre 2011 et 2014.  L'étude comptabilise tant les aides qui réduisent le coût des combustibles fossiles pour le consommateur que celles destinées à l'exploration ou à l'exploitation de nouveaux gisements, soit en tout plus de 800 programmes d'aides dans le monde.

En 2014, dans les 34 pays de pays de l'OCDE (1) les aides sont de l'ordre de 60 milliards de dollars et elles dépassent 100 milliards dans seulement 6 pays : le Brésil, la Chine, l'Inde, l'Indonésie, la Russie et l'Afrique du Sud. Les défenseurs de l'environnement et nombre d'organsiations, dont l'OCDE, militent depuis longtemps pour la suppression de ces aides anachroniques. Elles jettent le doute sur la sincérité des gouvernements à vouloir lutter contre le réchauffement climatique.

Rappelons à nos lecteurs que l'une des pierres d'acchoppement de la prochaine conférence pour le climat (COP21) qui aura lieu à Paris en fin de cette année 2015, est de trouver 100 milliards par an pour l'aide aux pays en voie de développement. Au vu des chiffres de l'OCDE cet objectif semble d'autant plus accessible que la suppression des aides au pétrole, dans une période d'effondrement des cours du brut, est politiquement acceptable et indolore.

"Nous sommes schizophrènes" lance Angel Gurria,  le Secrétaire général de l'OCDE, au moment de la présentation, "nous voulons lutter contre le changement climatique et nous subventionnons le pétrole et tout ce qui génére des émissions [...] certains pays en voie de développment ont même eu dans le passé plus d'allocations budgétaires pour les combustibles fossiles que pour l'éducation".

Et de poursuivre : "ceux qui consomment le plus bénéficient le plus de ces aides, ce qui est exactement à l'opposé du but poursuivi, et donc c'est mauvais pour les finances publiques, mauvais pour le climat et socialement c'est une ineptie". Le secrétaire général rappelle l'objectif à atteindre pour la deuxième moitié du siècle : les émissions nettes issues des combustibles fossiles doivent être nulles.

Les militants de la cause climatique disent que 80% des réserves de combustibles fossiles ne sont pas "brûlables" si on veut avoir une chance de limiter le réchauffement et ne pas risquer de recréer un climat préhistorique et des températures jamais atteintes depuis des millions d'années. 

L'agence internationale de l'énergie (AIE), dans son rapport annuel World Energy Outlook publié fin 2014, avançait le chiffre de 550 milliards d'aides aux combustibles fossiles ce chiffre concernant cette fois l'ensemble des états de la planète.

 Accéder à l'étude sur le site de l'OCDE le site de l'OCDE.

1) Voir la liste des pays membres ici.