Publication du "Panorama de l'électricité renouvelable"

lundi 12 octobre 2015 Écrit par  rédaction
Barrage de Rodès (Pyrénées Orientales) Barrage de Rodès (Pyrénées Orientales) Photo Thierry Illansades. Licence CC BY-NC-ND 2.0

Le Panorama de l'électricité renouvelable est un document élaboré par RTE, le Syndicat des énergies renouvelables (SER), ERDF et l'Association des distributeurs d'électricité en France (ADEeF). Il fait un point annuel sur la puissance installée et la production d'électricité renouvelable en France. 42,6 GW de sources renouvelables, principalement hydrauliques, sastisfont à 19,3% de la consommation.

Au 30 juin 2015, la puissance du parc éolien français s'élève  à 9 769 MW [megawatts ou millions de watts], avec 1 093 MW supplémentaires raccordés aux réseaux depuis le 1er juillet 2014. Avec une production de 17,7 TWh du 1er juillet 2014 au 30 juin dernier, soit une progression de 1,2 % par rapport à la période précédente, l'énergie éolienne couvre 3,7 % de la consommation électrique française. Après plusieurs années de croissance ralentie, les mesures de simplification des procédures administratives encadrant le développement de l'énergie éolienne, ainsi que la stabilisation de son cadre tarifaire, ont permis, depuis plus d'un an, la reprise du rythme des raccordements annuels. Reste que comparée à l'Allemagne pourtant moins vaste, plus densément peuplée, moins ventée et disposant de beaucoup moins de côtes, le parc éolien français reste modeste (le parc allemand dépasse 40 GW).

Le rapport complet 

Vous pouvez télécharger le Panorama des énergies renouvelables en France au 30 juin 2015 sur le site de RTE, ou bien une synthèse.

Au 30 juin 2015, la puissance du parc photovoltaïque français, composé de 330 000 installations, s'élève à 5 702 MW (820 MW raccordés ces douze derniers mois). Du 1er juillet 2014 au 30 juin 2015, la production photovoltaïque s'élève à 6,7 TWh, en hausse de 23% par rapport à la période précédente et représente 1,4 % de la consommation électrique française. Comparée à l'Allemagne dont les régions les plus au sud sont à la latitude de Besançon, la France reste un nain photovoltaïque (39 GW installés en Allemagne).

Le parc de la filière bioénergies électriques s'élève à 1 693 MW. Il se compose d'installations fonctionnant majoritairement à partir de déchets ménagers, mais aussi de biogaz, de bois-énergie et autres biocombustibles renouvelables, ainsi que de déchets de papeterie. La production renouvelable de la filière bioénergies entre le 1er juillet 2014 et le 30 juin 2015 s'élève à 5,6 TWh, soit une hausse de 6 % par rapport à l'année précédente, et représente 1,2 % de la consommation électrique française durant cette même période. En comparaison la production d'électricité issue de la biomasse en Allemagne est de l'ordre de 24 TWh.

Le parc hydraulique ne connaît pas d'évolution significative depuis la fin des années 1990 et reste stable avec 25 418 MW de capacités installées. Sa production, entre le 1er juillet 2014 et le 30 juin 2015, s'élève à 61,2 TWh, en baisse de 3,7 TWh par rapport à l'année glissante précédente, et a représenté 12,9 % de la consommation électrique française. En comparaison, l'Allemagne, beaucoup moins montagneuse, ne produit que 24 TWH d'électricité hydraulique.

Quelques autres chiffres clés du rapport

En Alsace et dans le Limousin, les couvertures de la consommation électrique par les renouvelables sont respectivement de 59 et 51%.  Dans les pyrénées et en Rhônes-Alpes elles sont de 49 et 46 %.

Facteur de charge moyen des éoliennes : 22%.

Facteur de charge moyen du photovoltaïque : 14,4 %.

Répartition des installations photovoltaïques : 25% de la puissance photovoltaïque sur les habitations (<36 KW), 25 % sur des batiments commerciaux et industriels de grande taille (< 250 KW) et 50 % sont de grandes installations (> 250 KW). Ce dernier secteur, celui des grosses installations industrielles est en forte croissance, avec 80% de la puissance dans la file d'attente des raccordements. Ce qui signifie que les particuliers ont de moins en moins accès à la production d'électricité, en faveur des gros acteurs au travers d'appels d'offres.

Il faut 5 mois en moyenne entre les études et la mise en service des panneaux solaires d'une petite installation, 23 mois pour une grosse installation (dont 20 % seulement pour la phase travaux).

Ambitions photovoltaïques désaccordées : les objectifs de la programmation pluriannuelle des investissements (PPI), fixés par le ministère de l'Energie, sont de 8000 MW en 2020 , contre 15 500 pour les Schémas régionaux climat air énergies (SCRAE).

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte a l'objectif de porter la part des énergies renouvelables à 40 % de la production d'électricité en 2030.