Corinne Lepage : "nous sommes trois fois perdants dans l'affaire des EPR anglais"

vendredi 23 octobre 2015 Écrit par  Yves Heuillard
Site de Hinkley Point au Royaume-Uni Site de Hinkley Point au Royaume-Uni Photo Mark Robinson, Licence CC BY-NC 2.0

Pour Corinne Lepage, avocate, ancienne ministre de l'Ecologie, Présidente du Mouvement des entreprises de la nouvelle économie, la construction par EDF de deux EPR sur le site de Hinkley Point au Royaume-Uni est une affaire trois fois perdante.

corinne lepage Nous sommes perdants une première fois explique Corinne Lepage, « parce que l'accord de financement signé avant-hier à Londres avec l'entreprise publique chinoise CGN (China General Nuclear Power Corporation), met une pression inacceptable sur l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) pour qu'elle donne le feu vert à un réacteur dont on sait pertinemment qu'il a de grandes faiblesses. Ceci nous fait prendre un risque intolérable.

Le deuxième point concerne l'aspect financier : EDF va devoir investir 22 milliards d'euros (2), qui viennent s'ajouter au coût du grand carénage (1) qui sera de l'ordre de 100 milliards et non de 50 milliards comme il a été dit. Ajoutez-ici la reprise de l'activité réacteur de Areva pour quelques milliards encore, la nécessaire rénovation de l'ensemble de notre réseau électrique et vous obtenez une équation totalement impossible ; car EDF est déjà endetté à hauteur de 40 milliards d'euros. Par voie de conséquence qui va payer ? C'est forcément l'usager et le contribuable d'une manière ou d'une autre, au travers de l'augmentation des tarifs de l'électricité et au travers des fonds publics qui seront injectés dans l'opération [l'État est actionnaire à 84% dans EDF, ndlr].

Et puis, le troisième point perdant, c'est l'affaire de la Chine. Il est redoutable de monter cette affaire avec la Chine, en lui accordant en contre-partie de construire seule par la suite un réacteur sur le sol britannique. Ceci veut dire qu'EDF accepte de ne plus vendre à l'international aucun réacteur nucléaire. Si j'étais mauvaise langue, je dirai que ça ne changera rien parce que depuis 2007, en dehors d'Hinkley Point, nous n'avons pas vendu un seul réacteur... »

Mais il y a bien un intérêt pour EDF dans cette affaire ?

« Oui c'est un intérêt de court terme, il s'agit pour EDF de sauver son EPR et son modèle de production hypercentralisée, mais ce n'est pas son intérêt à long terme, et ce n'est pas l'intérêt des français. Et si certains analystes financiers de la City (3) ont recommandé de vendre EDF, c'est qu'il font la même analyse que moi. C'est tout simplement du bon sens. »

Interview réalisée par téléphone le 23/10/2015

Notes
1) Un vaste programme industriel pour prolonger la durée de vie des centrales nucléaires au-delà de 40 ans.
2) les deux tiers de 24,4 milliards de livres, le troisième tiers est financé par le chinois CGN.
3) Broker tells investors to sell EDF shares because of Hinkley Point costs. The Guardian 22/10/2015

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.