Menaces sur la forêt africaine : Greenpeace prend à partie le Groupe Bolloré

mardi 23 février 2016 Écrit par  rédaction

Greenpeace France publie aujourd'hui « Menaces sur les forêts africaines », une enquête sur les plantations de la Socfin, détenue à 38,75% par le groupe Bolloré, et exhorte son PDG à s'engager immédiatement contre la déforestation.

couverture du rapport Greenpeace sur la responsabilité de Bolloré dans la déforestion en AfriqueLe rapport souligne que les projets d'expansion des plantations de la Socfin dans une dizaine de pays, majoritairement africains, menacent des forêts denses, écosystèmes indispensables à la préservation des équilibres climatiques, à la sauvegarde de la biodiversité ainsi qu'au maintien des conditions de vie des populations locales.

Greenpeace rappelle que les plantations de palmiers à huile et d'hévéas constituent l'un des principaux moteurs de la déforestation. L'Afrique ne représente encore qu'un faible pourcentage de la production au niveau mondial, mais on assiste actuellement à une véritable ruée sur les forêts africaines.

Au premier rang des planteurs en Afrique, la Socfin est présente depuis plus d'un siècle sur le continent, avec comme principaux actionnaires le groupe Bolloré et l'homme d'affaires belge Hubert Fabri (via des participations directes ou indirectes).

L'organisation lance une pétition adressée à Vincent Bolloré et a mené une première action dans les rues de Paris ce matin autour d'un support original, les autolib, chères à l'homme d'affaires breton.

Lire le rapport de Greenpeace "Menaces sur les forêts africaines".