Doubler la part des renouvelables serait très rentable

mercredi 16 mars 2016 Écrit par  rédaction
Doubler la part des renouvelables serait très rentable Adaptation d'une photo CC de David Clarke "Mist streaming slowly through turbines"

Selon l'Irena, doubler la part des renouvelables dans le mix énergétique mondial d'ici 2030 engendrerait des économies 15 fois supérieures au coût de la transition.

l'IRENA (International Renewable Energy Agency) avait estimé au début de l'année que les EnR pouvaient générer jusqu'à 1 300 milliards de PIB supplémentaire et 24 millions d'emplois au niveau mondial d'ici 2030 à condition de doubler leur part dans le mix énergétique mondial (de 18% à 36%), alors que sur la lancée actuelle cette part ne dépassera pas 21% en 2030).

Dans son nouveau rapport, "Roadmap for a renewable energy future, 2016 edition" l'agence indique que le doublement de la part des renouvelables d'ici 2030 entraînerait des économies 15 fois supérieures aux coûts et elle analyse de façon plus complète les co-bénéfices liés au développement des renouvelables ; elle les compare notamment aux coûts de l'inaction.

Selon l'agence, doubler la part des renouvelables dans le mix énergétique mondial d'ici 2030 (scénario REmap) est non seulement possible mais rentable, puisque les économies réalisées seraient de 4 200 milliards $ par an à l'horizon 2030.

Parmi ces économies : réduction des importations d'énergies fossiles de 300 milliards $ par an rien que pour les pays du G7, réduction des dépenses d'infrastructure dans les énergies fossiles de 250 à 300 milliards $ par an au niveau mondial, et atténuation des effets du changement climatique et de la pollution de l'air (ainsi par exemple la réduction de la pollution de l'air permettrait d'éviter 4 millions de décès par an à l'horizon 2030).

Le rapport propose une feuille de route pour réaliser ce potentiel (technologies, politiques publiques). Il souligne d'un côté les progrès spectaculaires en cours dans la génération électrique, et de l'autre l'urgence d'accélérer la transition dans d'autres secteurs, notamment les transports, le chauffage et la climatisation.

Au total, l'IRENA estime qu'il faut multiplier par 6 le taux de croissance de la part des renouvelables dans le mix énergétique mondial (de 0,17% par an ces dernières années à 1% d'ici à 2030).

Le rapport couvre 40 pays, contre 27 pour l'édition précédente en 2014.

Merci à Benjamin Jullien de European Climate Foundation.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.