l'Autostop connecté, recette miracle de politique publique

vendredi 01 juillet 2016 Écrit par  Yves Heuillard
Construction de voies pour véhicules à occupation multiple Construction de voies pour véhicules à occupation multiple Photo Washignton Sate Dept of Transportation.

L'idée de proposer une application pour mettre en relation les autostoppeurs avec les chauffeurs de véhicules particuliers n'est pas nouvelle, mais pour prendre sa vraie dimension, l'autostop connecté doit être soutenu ou même organisé par les collectivités locales.

Dans les agglomérations, quand on envisage d'améliorer les transports publics, on pense aux voies de bus en site propre à haut niveau de service ou aux tramways. L'idée est d'augmenter la régularité de l'offre de transport et de pouvoir garantir des durées de trajets. Le coût est toutefois énorme, de l'ordre de 2 à 10 millions d'euros le km pour le bus et jusqu'à 40 pour le tramway ; et ce pour le seul investissement.

Notre photo d'ouverture

Partout dans le monde le concept de voie réservée aux véhicules à occupation multiple (VOM, ou HOV en anglais) s'est développé en même temps qu'on encourageait le covoiturage. Notre photo est prise dans l'état de Washington aux Etats-Unis. La France a 20 ans de retard. On peut s'interroger sur une prééminence des intérêts de certains secteurs d'activités (automobiles, autocars, pétrole) sur l'intérêt général.

Dans de nombreux cas, il existe un moyen simple et peu coûteux de répondre à la même problématique avec un coût incomparablement plus bas et des performances supérieures. Il s'agit de l'autostop organisé via une application sur les smartphones. Appelez ça autostop électronique, ou autostop connecté ou coivoturage instantané, nous nous lui préférons le vocable d'autostop administré dès lors que les collectivités s'en emparent.

Le constat est le suivant : aux heures de pointe, les grands axes des agglomérations sont encombrés. Le trafic peut être de l'ordre de 3000 véhicules à l'heure dans un sens, pour une simple voie d'une départementale très fréquentée. Mais la plupart des véhicules n'est occupé que par une seule personne.

L'équivalent de 20 bus à l'heure

Partons de 3000 véhicules à l'heure. La capacité théorique de transport additionnelle, si on ajoute deux passagers dans les 80% de véhicules dont le conducteur est l'unique occupant, est de 4800 personnes transportées à l'heure. En nous donnant un objectif raisonnable de 20 % de ce chiffre théorique, environ 1000 passagers à l'heure peuvent être transportés avec un investissement minime. En comparaison c'est la capacité de transport de 10 bus articulés à l'heure (un tous les 6 minutes), ou de 20 bus simples (un tous les trois minutes), une capacité totalement inenvisageable par la plupart des agglomérations qui sont confrontées à cette problématique.

Reste, vous dîtes-vous, que si cette solution est imbattable sur la capacité, la garantie de durée de trajet est difficile à assurer. Détrompez-vous, il suffit de créer à espace régulier des files de délestage réservées aux véhicules qui sont occupés par au moins deux (ou trois) personnes, pendant que les autres sont ralentis par un feu tricolore. Cette pratique qui vise a récompenser les automobilistes vertueux n'est pas rare dans d'autres pays.

Reste encore la difficulté de faire correspondre l'offre à la demande, et d'assurer la sécurité, notamment s'il s'agit d'envoyer des enfants au collège. La solution réside dans la mise au point d'une application pour smartphone, avec des critères d'adhésion, de référencement des chauffeurs et des passagers, de notes attribuées par les usagers aux chauffeurs et aux stoppeurs, bref la panoplie complète de ce qu'on trouve dans d'autres secteurs, la location de courte durée par exemple.

Vertus sociales et environnementales

Il ne faut pas confondre l'autostop connecté et le covoiturage. Le covoiturage s'adresse généralement à des transports de longue distance et plutôt à des déplacements exceptionnels. L'autostop connecté est une mise en relation quasi instantanée, parfaitement sûre, et quotidienne.

Ses vertus vont au-delà de la politique de transport. Le lien social, souvent intergénérationnel que crée l'autostop connecté est loin d'être négligeable. La voiture, par nature "individuelle", nous a séparés. Elle peut nous rassembler, être source d'entraide, de solidarité, d'amitié. La réduction des émissions de gaz à effet de serre et de la pollution mérite aussi d'être considérée.

Les services marchands, l'application Autostop

Parmi les services marchands qui proposent de l'autostop via une application sur smartphone, citons le service OuiHop ou encore le service Vap-Vap, ce dernier mélangeant autostop et covoiturage. Aux Etats-Unis Lyft  et Carma, sont des modèles du genre.
 
Application d'Autostop pour smartphoneIl existe aussi une application gratuite à la disposition de tous. Appelée Autostop elle est téléchargeable ici. Elle met en relation chauffeurs et stoppeurs. Le chauffeur peut décider ou non de faire contribuer son stoppeur aux frais de déplacement. Les auto-stoppeurs peuvent savoir, grâce à la géolocalisation en temps réel, quels sont les automobilistes les plus proches de l’endroit où ils se trouvent et qui se rendent à la destination de leur choix.

Après chaque trajet, il est possible de donner une note et de laisser un commentaire sur le profil du conducteur ou de l’auto-stoppeur. Autostop dispose par ailleurs d’une fonctionnalité « favoris », qui permet aux utilisateurs d’enregistrer et de gérer leurs adresses favorites dans leur espace personnel.

L'application Autostop a été développée à titre personnel par Eric Cointet, par ailleurs professionnel de l'immobilier, avec l'idée de la mettre à la disposition de tous.  Son ambition est de créer une communauté d’utilisateurs, piétons et conducteurs, qui se retrouveront sur la page Facebook consacrée à l’application.

La suite dépendra de l'intérêt d'investisseurs ou de partenaires et d'un modèle économique qui permettra le développement d'une entreprise, ou d'une association ou d'une coopérative, autour de ce concept. Mais nous nous invitons surtout les collectivités locales à s'intéresser au travail de M. Cointet.

Énorme opportunité pour les collectivités locales

Nous considérons en effet que l'autostop connecté ne peut prendre sa vraie dimension de substitution aux offres conventionnelles de transport public que si les collectivités locales s'en saisissent, il devient alors "administré". Il faut créer des files de délestage pour inciter à prendre des passagers et probablement aussi et des "gares" de prise en charge pour que l'autostop se fasse en toute sécurité. Des moyens d'identification sûrs seront également nécessaires ainsi qu'une promotion sur l'espace public.

Et vous, avec qui roulez-vous ?

Publicité pour encourage le covoitirage pendant la deuxième guerre mondiale"Quand vous roulez seul, vous roulez avec Hitler" disaient des publicités pendant la deuxième guerre mondiale aux Etats-Unis. L'idée était d'économiser le carburant pour l'effort de guerre. Il en reste probablement quelque chose dans la conscience collective, car au pays de l'auto reine, le car pooling (se grouper pour les déplacements) est fortement encouragé. Photo National Archives.

La première agglomération qui pariera sur un tel service à grande échelle aura l'opportunité de créer un pôle d'entreprises autour de l'économie du partage en matière de transport. Ce qui n'est pas négligeable.

Difficultés, freins et conservatismes

Reste que proposer aux collectivités locales une solution de transport public capable de rivaliser pour un coût ridicule avec des projets dont les budgets se chiffrent en dizaines de millions d'euros risque de ne pas être toujours bienvenu. On peut compter sur les entreprises de travaux publics, de transports par autocars, de taxi, de construction automobile, pour s'opposer à des initiatives d'autostop administré, user de leur influence, faire pression.

Il n'est pas évident non plus pour une collectivité locale, de ruiner du jour au lendemain la société de bus à qui elle a fait confiance depuis des décennies. La solution consiste alors à repenser l'ensemble du système de transport et d'associer les acteurs traditionnels au développement de l'autostop.

Il faut aussi s'attendre au conservatisme de certaines administrations qui fondent parfois leur pouvoir, leur nombre, leur influence, sur la taille des budgets qu'elles gèrent et le gigantisme des projets. Sans compter qu'il faut un peu de courage pour proposer de remplacer un projet de voies de bus par... de l'autostop.

Nous nous parions plutôt sur l'intelligence.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.