Perte de vitesse du charbon, mais 930 GW encore en projets

mardi 06 septembre 2016 Écrit par  rédaction
Perte de vitesse du charbon, mais 930 GW encore en projets Photo adaptée d'un cliché de Tony Webster (CC BY-SA 2.0)

Un nouveau rapport du réseau CoalSwarm met en évidence un net recul des projets de centrales à charbon au niveau mondial depuis la conclusion de l'Accord de Paris lors de la COP21. Mais le nombre de projets reste trop grand pour juguler le changement climatique. (Infos European Climate Foundation)

Selon le rapport de Coalswarm (1) intitulé "A Shrinking Coal Pipeline - Mid-2016 Results from the Global Coal Plant Tracker", le volume de nouveaux projets de centrales électriques au charbon (2) s'est réduit de 158 GW entre janvier et juillet 2016, soit une baisse de 14 %. C'est l'équivalent de l'ensemble du parc de centrales à charbon de l'Union européenne (162 GW).

Le directeur de CoalSwarm, Ted Nace, note que "si cette réduction représente un progrès substantiel, il faudra aller beaucoup plus loin pour éviter de mettre la planète en grand danger, car les capacités de génération au charbon en construction (350 GW) et en projet (930 GW) dépassent largement le budget carbone correspondant à un réchauffement de 1,5°C." (Rappelons à cet égard qu'il serait judicieux de préserver ce budget carbone pour les autres usages de l'énergie plus difficiles à remplacer, comme le transport, notamment maritime et aérien, ou encore la sidérurgie...).

Les réductions par région

L'essentiel de la réduction se situe en Asie de l'Est (-122 GW), en Asie du Sud (-45 GW) et en Asie du Sud-Est (-7 GW), tandis que la région Afrique et Moyen-Orient a vu la quantité de projets augmenter de 10 GW.

En Europe, le recul des projets au sein de l'UE (-2,4 GW) ne suffit pas à compenser le gonflement des projets dans les pays non membres de l'UE (+3,5 GW).

En parallèle, la quantité de projets en cours de construction a augmenté de 11 GW au niveau mondial, tiré par l'Asie de l'Est (+12 GW), tandis que l'Asie du Sud (- 6 GW) et l'UE (-1,7 GW ont levé le pied. En Europe, la baisse de la quantité de centrales en construction (-1,8 GW) dans l'UE est supérieure à la hausse hors UE (+680 MW).

Les réductions par pays, les points noirs

Sans surprise, l'essentiel de la réduction se situe en Chine (-113 GW) et en Inde (-40 GW), mais d'autres pays ont aussi contribué, comme le Vietnam (-10 GW) qui a récemment décidé une révision de ses projets de développement de la génération au charbon, Taiwan (-6 GW), ou encore le Sri Lanka (-1,5 GW) et le Brésil (-1 GW).

Les principaux points noirs se situent  en Egypte (+11 GW), Mongolie (+8 GW), Turquie (+3,2 GW), Philippines (+2,4 GW), Emirats Arabes Unis (+2,4 GW), Cambodge (+2 GW), Chili (+1,4 GW).

Parmi les pays développés, l'Allemagne (-2 GW),  l'Australie (-1,3 GW), le Canada (-1 GW) et les Etats Unis (-565 MW) ont également réduit la quantité de projets en cours (avant construction).

Quant aux Pays-Bas, ils voient leur stock de projets en cours de construction se réduire de 1,9 GW à cause de l'entrée en opération des centrales encore en construction l'an dernier – mais ces centrales risquent de voir leur durée de vie radicalement raccourcie car selon une étude publiée la semaine dernière par le bureau d'études Delft, le pays va devoir fermer une ou deux centrales flambant neuves pour se conformer à la décision de justice de juin 2015 qui lui impose d'accélérer la réduction de ses émissions, à la suite d'une plainte déposée par 9 citoyens soutenus par l'ONG Urgenda, au regard du "devoir de protection de l'environnement" du gouvernement (c'est à dire pour être en cohérence avec l'objectif de limiter le réchauffement climatique à moins de 2 degrés en 2100).

Enfin au Japon, la hausse des projets en construction (+1,1 GW) est plus que compensée par la baisse des projets dont la construction n'a pas démarré (-2,4 GW), mais elle n'en est pas moins inquiétante, car une fois les projets en construction, les montants investis dissuadent les opérateurs et les Etats de faire machine arrière.

"Un désastre pour la planète"

La European Climate Foundation rappelle que dès 2013, 25 scientifiques de renom (dont Jean-Charles Hourcade du CNRS) ont signé une déclaration selon laquelle la construction de nouvelles centrales à charbon sans dispositif de captage et stockage du carbone n'est pas compatible avec l'objectif de limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C.

Pour mémoire, le président de la Banque Mondiale a déclaré récemment qu'une concrétisation des projets d'expansion du charbon en Asie seraient un "désastre pour la planète".

Rappelons aussi qu'en mai, une déclaration a été publiée par 82 organisations de 30 pays représentant plus de 300 000 docteurs, infirmières et autres professionnels de santé, parmi lesquelles le C2DS (Comité pour le développement durable en santé) et l'Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires, appelant les pays du G7 à accélérer la sortie de la génération électrique au charbon au niveau mondial.

De fait, le charbon est le principal responsable des 3 millions de décès prématurés causés chaque année par la pollution de l'air extérieur (source AIE, "Energy and Air Pollution").

Le rapport, les chiffres, tout sur la génération électrique au charbon

Vous trouverez ici l'intégralité du rapport de Coalswarm.

L'intégralité des chiffres du charbon peut être consulté via le Global Coal Plant Tracker du site Endcoal.org, par région et pays, par capacité ou nombre d'unités, et même par technologie – on constate par exemple que les technologies les plus polluantes ("supercritique") représentent 66 % du parc mondial en opération, mais seulement 16 % des projets en cours (hors construction) et 13 % des projets en construction.

Le "Global Coal Plant Tracker" permet aussi d'avoir une vision historique des entrées en opération de centrales à charbon à travers le monde : alors que l'année 2015 (98 GW) a inscrit un plus haut historique, les 7 premiers mois de 2016 sont marqués par un très fort ralentissement (28 GW), notamment en Chine (12 GW début 2016 contre 56 GW en 2015) et dans une moindre mesure en Inde (13 GW contre 20 GW).

Via Benjamin Jullien de European Climate Foundation.

Note
1) Le réseau CoalSwarm est un projet collaboratif qui rassemble des chercheurs spécialistes du charbon.
2) Les chiffres portent sur les projets dont la construction n'a pas encore commencé, distingués selon 3 stades d'avancement : "Announced" (annoncé sans demande d'autorisation), "Pre-permit development" (en attente d'autorisation), ou "Permitted"  (autorisés, mais pas encore en construction).  Des chiffres négatifs ne signifient pas forcément que des projets ont été annulés : il se peut qu'ils soient simplement passés au stade suivant, celui de la construction.

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire lundi 10 octobre 2016 Posté par Charcoal

    Les centrales à charbon les plus polluantes et les plus anciennes, c'est sous-critique (pas super).
    Emissions moyennes en gCO2/kWh
    - subcritical : 1040
    - supercritical : 880
    - ultrasupercritical : 750 (ou 810, autre source)
    - advanced ultrasupercritical : 670

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.