Greenpeace accuse EDF de trafiquer ses comptes

jeudi 24 novembre 2016 Écrit par  rédaction

Greenpeace porte plainte au Parquet national financier contre EDF et son PDG, Jean-Bernard Lévy, pour délits boursiers. L'association les accuse de présenter un bilan inexact et de diffuser des informations trompeuses.

Greenpeace reproche à EDF et à son PDG Jean-Bernard Lévy de masquer la réalité de la situation financière d'EDF dans ses résultats. Ainsi, selon l'association, EDF dissimule une très grosse partie des coûts qu'elle devrait provisionner : entre 50 et 70 milliards d'euros pour le démantèlement et la gestion des déchets nucléaires. Par ailleurs, EDF prétend, dans son rapport semestriel de juin 2016, pouvoir exploiter ses réacteurs jusqu'à 50 ans au lieu de 40 ; une hypothèse que l'Autorité de sureté nucléaire ne considère pas comme acquise.

Cette plainte s'inscrit dans la continuité de plusieurs alertes lancées par la Cour des comptes concernant la fragilité financière d'EDF et les coûts de production de l'électricité nucléaire. Notamment, dans le contexte du projet de deux réacteurs au Royaume-Uni, la Cour des comptes avait estimé au début de l'année que « l'endettement [du groupe], conjugué à la persistance depuis 2010 d'un flux de trésorerie disponible négatif, limite [...] fortement ses capacités de développement à l'étranger, à plus forte raison dans un contexte de besoin d'investissements massifs dans le parc français ».

La plainte de Greenpeace fait également écho à la publication de l'étude rédigée par AlphaValue (1) à sa demande, dans laquelle le cabinet d'analyse financière fait état de graves inexactitudes qui affectent les finances de l'entreprise et dissimulent une situation de faillite.

1) EDF asphyxié par le nucléaire (Novembre 2016)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.