"Nos terres nous sont volées pour faire des carburants"

vendredi 21 janvier 2011 Écrit par  rédaction

ferme modele pour la production d'agrocarburants au MozambiqueLe jatropha a été lancé par les compagnies d'investissement comme la plante miracle : elle produit un agrocarburant, peut être cultivée sur des terres marginales - c'est-à-dire non agricoles. Un rapport de l'association environnementale Les Amis de la Terre montre que les investissements à grande échelle sont un échec du fait de rendements faibles et participent activement à l'accaparement des terres en Afriques. 

La publication du rapport des Amis de la Terre vise à décourager les investissements dans une agriculture qui rentre en compétition avec les cultures vivrières pour les ressources en eau et provoque l'expulsion des petits paysans1.

Le jatropha est un arbuste de plus en plus cultivé pour ses fruits riches en huile et pour sa capacité à survivre dans des conditions arides. Le rapport des Amis de la Terre International2 avertit les investisseurs qui voudraient se lancer dans cette aventure et confirme que cette plante est loin de tenir ses promesses. Le jatropha ne participe ni à la lutte contre les changements climatiques, ni ne contribue à un développement en faveur des plus pauvres.  L'échec du jatropha est illustré dans ce rapport par les déboires d'entreprises comme D1 Oils et Flora Power. La viabilité économique de cette plante est plus que sujette à caution3.

Egalement sur ddmagazine.com

"Il faut repenser la place de l'automobile dans notre société"

La Terre pourra-t-elle nourrir 9 milliards d'humains ?

Agrocarburants : lavage de cerveau version 2.0

Pour Christian Berdot animateur de la campagne Agrocarburants des Amis de la Terre France: « Après les émeutes de la faim de 2008, la filière des agrocarburants croyait avoir trouvé la plante miracle, celle qui pousse sur des terres arides, ne rentre - prétendument - pas en concurrence avec les terres agricoles et l'eau et permet de mettre un peu « d'éthique » dans votre moteur. Malheureusement, les entreprises européennes qui se sont abattues sur l'Afrique comme un nuage de criquets déchantent. Tous les problèmes subsistent, les rendements sont souvent déplorables et les criquets restent sur leur faim... »

Pour Mariann Bassey, coordinatrice du programme Alimentation et Agriculture du groupe Environmental Rights Action / Amis de la Terre Nigeria : « En Afrique, on prend la terre aux communautés rurales et on les prive ainsi de leur moyens de subsistance. Tout cela pour une fausse solution avec comme alibi la lutte contre les changements climatiques. Les prix alimentaires augmentent de nouveau et nos terres nous sont volées pour faire des carburants pour les voitures. Nous voulons une agriculture qui permette de nourrir d'abord les humains ».

Notes
[1] Lire le rapport des Amis de la Terre "Afrique : terre(s) de toutes les convoitises". sur l'ampleur et lesconséquences de l'accaparement des terres pour produire des agrocarburants

[2] Le rapport complet des Amis de la Terre sur la viabilité économique du jatropha (en englais). Ici un résumé.

[3] Selon les Amis de la Terre : parmi les compagnies connues pour investir dans le jatropha, D1 Oils (R-U) et Flora EcoPower (Allemagne) ont de mauvais résultats boursiers ; BP s'est retiré de sa joint venture avec D1 Oils car les résultants étaient décevants ; les Suédois de la compagnie BioMassive, qui avaient loué des terres en Tanzanie pour y faire des plantations de jatropha, ont annoncé des pertes jusqu'en 2009 et on n'en a pas plus entendu parler depuis ; la compagnie hollandaise BioShape qui avait aussi acquis des terres en Tanzanie a fait officiellement faillite en 2010.