Le syndrome du plan calcul appliqué au solaire ?

mercredi 09 février 2011 Écrit par  Yves Heuillard

centrale solaire au sol en EspagneAlors que la filière solaire photovoltaïque joue son avenir dans le contexte d’une large concertation menée avec le gouvernement, les acteurs économiques de la filière, industriels et installateurs, rappellent qu'au-delà des intérêts particuliers, les enjeux que recouvre le développement d’une filière technologique respectueuse de l’environnement, sollicitée sur tous les continents, sont considérables. [Photo CC WorklLife Siemens]

Les acteurs du solaire photovoltaïque rappellent que la compétition est mondiale et que les coûts de cette technologie se réduisent chaque jour. Bientôt, disent-ils, anticipant des temps prochains où l'énergie solaire deviendra rentable "il sera trop tard pour que la France puisse proposer un savoir-faire et des offres compétitifs à l’exportation alors que depuis dix ans, la croissance mondiale de ce secteur s’élève à 35 % par an".

Ils appellent à donner aux entreprises du secteur les moyens de développer leurs activités et leurs emplois en leur permettant de s’appuyer sur un marché domestique stable et pérenne comme c’est le cas en Allemagne par exemple. Jusqu’au 9 décembre 2010, date du moratoire du gouvernement sur une partie des aides au photvoltaïque, ce sont 20 000 emplois qui ont été créés en moins de 48 mois et une capacité annuelle de production de modules de près de 600 MW qui a été mise en place en 3 ans.

Les propos des acteurs français du solaire photovoltaique, ne sont pas sans rappeler d'autres épisodes de l'histoire économique française où, à vouloir protéger les intérêts des fleurons de notre industrie, considérés comme stratégiques, nous avons été capables de sacrifier notre industrie informatique à la ligne Maginot d'un Plan calcul d'un autre âge, de passer à côté de la micro-informatique avec un Plan informatique pour tous imaginé pour le profit de quelques-uns, de mettre la tête dans le sable d'un Minitel juteux quand il aurait fallu investir les technologies d'un Internet gratuit que peu comprenaient.   

Apprendre à compter autrement

La lutte des acteurs français du solaire photovoltaïque pour leur survie rélève d'un décalage croissant entre une pensée économique moderne capable de se reinventer dans le contexte de contraintes environnementales et de bénéfices communs, et une logique financière aux indicateurs dépassés, à la vue trop courte.

Les électriciens du solaire rappelle que les bénéfices environnementaux liés à cette technologie qui ne pollue pas, qui n’émet pas de gaz à effet de serre, qui trouve sa ressource localement, sont un bien précieux pour la collectivité. Et que nous ne savons pas internaliser ces avantages environnementaux et, qu'en conséquence nous sous-estimons la valeur ajoutée environnementale de cette technologie. C'est une évidence. Le rôle que le photovoltaïque est amené à jouer dans le bâtiment, à travers sa contribution décisive pour la construction à énergie positive et dans la réalisation d’un mix énergétique national diversifié et équilibré, est incontesté.

Faire simple. Arrêter une administration byzantine  

Au stade actuel, les acteurs du solaire considèrent que les propositions des pouvoirs publics faites dans le cadre des réunions de concertation organisées par MM Jean Michel Charpin et Claude Trink  sont largement incomplètes. Ils appellent de leurs voeux la mise en place d’un volume de marché annuel suffisant pour permettre le développement de l’ensemble de la filière (amont comme aval).

Selon les voeux des acteurs du solaire phoyovoltaïque, s'y ajouteraient :
un fonctionnement transparent de la file d’attente par une publication en temps réel et détaillée des projets en attente ;
une évolution lisible et échelonnée du tarif d’achat vers « la parité réseau » ; 
l’existence d’un organe de gouvernance pour le suivi des engagements ;
la simplification des procédures administratives relative au développement des projets notamment par la prise en charge du raccordement des petites puissances par le professionnel, disposition qui permettra de réduire considérablement le délai séparant la déclaration du projet de sa mise en exploitation ;
la mise en place d’un tarif d’autoconsommation dans un contexte de promotion des nouveaux usages électriques, notamment le véhicule électrique et l’intelligence des réseaux.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.