Rénovation thermique d'un pavillon des années 60

jeudi 26 mai 2011 Écrit par  Yves Heuillard

La rénovation thermique du bâti ancien est un véritable casse-tête. S'il est possible de tirer quelques règles par type de construction, chaque cas est unique et exige des études sérieuses. Ici un pavillon à Annecy.

La maison à rénover est un pavillon des années 60. Son propriétaire s'était fixé un objectif de diminution notable de sa facture énergétique sans pour autant chercher une certification. Au-delà des questions énergétiques et sanitaires, il souhaitait aussi rénover l'intérieur, améliorer le confort et valoriser son patrimoine situé en plein coeur de la ville de Annecy, en Haute-Savoie. Il s'est appuyé sur Terra Cités, promoteur et maître d'oeuvre, animé par une petite équipe passionnée d'éco-conctruction et engagée dans la promotion d'un urbanisme durable.

Objectif : diviser les consommations par 4

Nous avons été séduits par l'approche proposée, pragmatique, conforme à l'idée que nous nous faisons de la recherche d'un habitat plus écologique. Elle est forcément le résultat d'un compromis entre l'investissement, l'objectif d'économie et l'amélioration du confort. En voici les axes.

Fiche Technique

répartition de consommation après rénovation thermiqueMaison R+1
construite en 1965.
SHON : 172 m²
SHAB : 143 m²
Date du permis 07/2010 
Conso. : 90 kWh/m².an
CO2 : 21 kgCO2eq/m².an
Maîtrise d'oeuvre Terra Cités
Coût des travaux : non communiqué

Atteindre un « facteur 4 », soit diviser les consommations par 4 (étude thermique à l’appui) avec l'objectif d'atteindre le seuil du label BBC Rénovation.

Mener 3 tests d’étanchéité à l’air (avant, pendant et après travaux) pour garantir l’amélioration effective de l’enveloppe du bâti et de sa durabilité.

Concevoir le programme de travaux en cherchant un triple compromis entre budget, qualité environnementale et qualité sanitaire avec des choix d’isolants permettant la gestion des flux hygrométriques, une énergie grise maîtrisée et un impact non défavorable sur la santé.

Travailler avec des artisans non formés à la construction performante, mais sensibilisés et volontaires ; des formations sur site, notamment sur l’étanchéité à l’air, ont été organisées.

Les travaux réalisés 

Le bilan thermique a été réalisé avec le logiciel prévu pour le calcul des consommations dans le cadre de la RT 2005 (celui de la RT 2012 n'existe pas encore). Nous ne traitons ici que des travaux de rénovation thermique, laissant de côté les autres aspects de la rénovation (esthétique, aménagement de l'espace, confort).

renovation thermique par l'éxtérieur en béton cellulaireToiture - Avant : 10 cm de laine de verre plancher et comble ; après : surélévation de la toiture, nouvelle couverture et isolation de 30 cm de ouate de cellulose soufflée dans les caissons des rampants.

Murs. Avant : murs en parpaing de 20 cm, pas d'isolation. Après : ajout extérieur de 16 cm de panneau de béton cellulaire Ytong Multipor (lamba = 0,04 W/m.K) + enduit extérieur chaux;

Fenêtres. Avant : double vitrage. Après : changement de toutes les menuiseries pour des menuiseries bois et aluminium et double vitrage pour un coefficient Uw de 1.6 (fabrication artisanle). Remplacement des volets existants par des volets coulissants.

Plancher bas. Avant : pas d'isolation. Après : isolation thermique par l’extérieure avec 8 cm de Stryrodur (polystyrène) jusqu'à 40 cm sous terre.

VMC. Avant : VMC simple flux hors service. Après : VMC DF haut rendement, modèle Ideo de Unelvent 

étanchéité du bâtiment. Frein vapeur étanche à l’air en toiture. Soin apporté à l'étanchéité : menuiseries, trappe d'accès aux comble,s marches d'escalier, etc... Q4 = 2.0 m3/h.m² avant travaux. Q4 = 1.1 en cours de chantier. Q4 =  0.9 m3/h.m² à la réception, une valeur proche du BBC rénovation (0,8). Q4 est le débit de fuite rapporté à l'aire de l'enveloppe du bâtiment sous une pression de 4 Pa.

test d'étancheité avec une poire à fumée
Tests d'étanchéité à la poire à fumée pendant les travaux

Chauffage. Pas de changement de la chaudière à gaz, mais amélioration de l'asservissement (thermostat et robinets thermostatiques, calorifugeage du réseau).

Autres. Economiseurs d'eau, changement des éclairages existants par des spots à LED, isolation de la porte du garage).

Toutes les photos de cet article ont été aimablement fournies par Terra Cités

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire mardi 06 septembre 2011 Posté par jeff

    Il serait intéressant maintenant de connaitre un certain nombre de chiffres : le budget total (TTC (TVA 5.5% ?) tout compris, donc y compris la maitrise d'œuvre)de l'intervention, la surface extérieure d'origine (murs et toiture sans débords) pour permettre le calcul du prix au m2 d'enveloppe de la rénovation, la valeur du coefficient thermique visée et celle effectivement atteinte et un commentaire sur la pertinence des solutions et moyens techniques utilisés (raison des choix, avantages, inconvénients, améliorations possibles, ...). Si c'était à  refaire ?

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.