Renault propose de rouler à l'électricité verte. Vraiment ?

lundi 10 octobre 2011 Écrit par  Yves Heuillard

Un accord entre Renault et la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) propose aux acheteurs de véhicules électriques de rouler avec de l'électricité verte. ddmagazine explique pourquoi cette proposition est une vue de l'esprit. [Photo Renault] 

La Compagnie Nationale du Rhône (CNR), producteur d’électricité 100 % renouvelable, a signé la semaine dernière un accord de partenariat visant à développer une offre commerciale de recharge intelligente des véhicules électriques Renault. Objectif : permettre aux utilisateurs de « faire le plein » avec de l’électricité 100 % renouvelable de la CNR. Vous vous dîtes qu'enfin vous aller pouvoir rouler vraiment vert, sans CO2, sans uranium, sans plutonium, sans culpbailité et sans risque. à la réflexion, tout n'est pas si simple ; et la voiture électrique, parce qu'elle recouvre une réalité tangible, accessible à tous, est un bon sujet pour apprendre à réfléchir.

Selon un communiqué commun, Renault et la CNR ont pour objectif de devenir "des acteurs clefs du secteur de la mobilité électrique durable". Renault conçoit, réalise et commercialise une gamme de véhicules 100 % électriques dont les deux premiers, Fluence Z.E. et Kangoo Z.E. arrivent sur le marché à partir de fin octobre.

Sur le même sujet

L'automobile électrique roulera-t-elle à l'uranium, à l'énergie solaire, ou au charbon ?

Voiture électrique : combien de kWh au cent ?

La voiture électrique révèle deux visions différentes pour la planète

La voiture électrique pour tous : combien de nouvelles centrales ?

"Il faut repenser la place de la voiture dans notre société"

Voiture électrique, combien de CO2 ?

Entreprise à capital majoritairement public avec GDF SUEZ pour actionnaire industriel de référence, la CNR est le 2ème producteur français d’électricité et le 1er d’énergie exclusivement renouvelable. Elle dispose à ce jour de plus de 3 200 MW de puissance installée dans l’hydraulique, le photovoltaïque et l’éolien et vise 5 000 MW en France d’ici 2015. La CNR a développé une expertise unique dans la gestion des énergies renouvelables. Cette gestion repose sur un système optimisé de prévision de production, de placement de l’énergie sur les marchés.  L'entreprise gère ainsi 15 TWh d’énergie 100% renouvelable, soit environ 5 fois la consommation annuelle de l’agglomération lyonnaise.

Est-ce vraiment vert ?

En théorie vous roulez avec de l'électricité hydraulique, donc vous êtes vert. On ne vas pas chipoter avec le fait que la voiture ne consomme pas seulement de l'electricité, mais aussi des pneux, des routes et des autoroutes, qu'il a bien fallu du pétrôle pour la produire, et produire ses batteries, et qu'il en faudra encore pour recycler tout ça. Il s'agit ici de raisonner simplement sans refaire le monde. Donc vous roulez à l'électricité hydraulique et vous êtes vert. C'est une façon de raisonner, il y en a d'autres.

D'abord l'écologie ne se raisonne pas individuellement. A quoi servirait-il que vous réduisiez vos pollutions si par ailleurs elles devaient augmenter. L'électricité verte de la CNR, essentiellement de l'électricité hydraulique, sera de toute façon consommée, sauf que consommée ici et là, personne ne pourra se réclamer d'un comportement environnementalement correct. Ce que vous consommerez d'électricité verte dans votre voiture, sera remplacé par de l'électricité moins verte chez votre voisin. Bilan positif pour votre ego écologique, mais bilan nul pour la planète.

Et pour l'industriel ? Plus il y aura de voitures électriques et plus l'industriel pourra valoriser une production d'électricité intermittente, aujourd'hui surtout d'origine hydraulique (barrages au fil de l'eau dont la capacité de retenue est faible), et demain solaire et éolienne. Economiquement l'équation peut être gagnante pour tout le monde.  à terme, les batteries des voitures connectées sur le réseau (une voiture est arrêtée 90% de son temps), pourraient servir à stocker de l'electricité. Et même avec des pertes importantes pendant la charge puis la décharge, l'affaire peut être bonne, car elle évite d'acheter de l'électricité de pointe, à des tarifs souvent prohibitifs. Mais quand les conditions seront réunies pour rentabiliser une telle affaire, il est probable que nous saurons stocker l'électricité autrement plus facilement.

Et puis poussons le raisonnement plus loin. Si vous rouliez en diesel, une bonne diesel à 100g de CO2 au kilomètre et que l'électrcité de la CNR, plutôt que de remplir la batterie de votre voiture électrique permettait de ralentir un peu une centrale électrique à flamme, la pollution serait-elle plus importante ou moins importante ?

Si on ralentit une centrale à charbon (en Allemagne, en Pologne), mieux vaut rouler en diesel (voir nos articles dans l'encadré ci-dessus). Si on ralentit une centrale à gaz moderne, mieux vaut rouler à l'électricité. Mais si on met le gaz directement dans le réservoir des voitures, plutôt que de fabriquer de l'électricité avec le gaz, le bilan CO2 serait au moins deux fois meilleur.. Voilà de quoi agiter nos neurones...  

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.