Auto-mobile = bouger par soi-même = vélo

vendredi 25 novembre 2011 Écrit par  Yves Heuillard

Le projet "Auto-Mobile Pékin" vise à réintroduire le vélo à l'ex-royaume de la bicyclette et instiller une contre-culture de l’automobile. Il a reçu le prix "Génération montante 2011" de la Fondation Holcim.

Chaque jour ajoute 1800 voitures aux rues de Pékin, créant des problèmes de trafic à la mesure de la croissance économique du pays. Le projet "Auto-Mobile Pékin" porté par August Liau, étudiant d’origine chinoise au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T / états Unis), vise à créer une nouvelle tendance dans les déplacements à Pékin, et par extension dans d’autres villes confrontées aux problèmes crées par l’automobile. Pour Liau "auto-mobile" veut dire "se mouvoir par soi-même", tout le contraire de l’automobile.  

11 millions de vélos en 1996

Deng Xiaoping**, rappelle Liau, n’avait-il pas déclaré que la bicyclette était le nouveau symbole de la richesse et que chaque foyer devait en posséder une.

Fondation Holcim 

D'origine Suisse, Holicm est l'un des leaders mondiaux du ciment et des granulats. La Fondation Holcim remet tous les ans, plutôt discrètement, des prix de la construction durable dans les différentes partie du monde et publie régulièrement des ouvrages sur des bâtiments originaux construits dans le respect du développement durable.

Pékin avait 11 millions de vélos en 1996, plus que toute autre ville dans le monde. Construite dans une région plate, avec un réseau de petites rues, Pékin était la ville idéale pour le vélo, un moyen de transport vraiment commode, et abordable.

Liau nous rappelle que Pékin était ainsi la ville la plus verte du monde. En 20 ans de prosternation devant le dieu de la croissance à tout prix, Pékin bat des records mondiaux en terme de trafic automobile, de temps nécessaire pour se rendre à son bureau, et de pollution. "En 20 ans seulement le royaume du plus écologique des moyens de transport devient une ville totalement paralysée par la forme la moins durable de déplacement" nous dit Liau.

Une contre-culture à l'automobile

La vieille infrastructure de Pékin a été détruite pour laisser place à un réseau routier démesuré (6 autoroutes circulaires concentriques, sur un diamètre de 52 km), consommant des surfaces de terres gigantesques, rasant l’habitat traditionnel pour lui substituer des tours et avec elles un urbanisme qui rend la voiture obligatoire.

Aout Liau, contre le culte voué à l'automobile
Photos sont issues du dossier de concours de M. Liau, consultable sur le site de Holcim Fondation

Pour l’auteur du projet, il est crucial de rendre au vélo sa place dominante dans le système de transport. Selon son propos son projet vise à établir une contre-culture à l’automobile. Et il s'y prend vraiment bien.

Liau a dessiné un réseau complet de pistes cyclables qui longe les voies les plus encombrées de Pékin de manière à exposer la supériorité de la bicyclette et à imposer aux esprits l’efficacité du vélo, sinon l’imbécillité de l’automobile.

les bicycle commute center duprojet Auto-Mobile Pekin

Dans les interstices du réseau routier, Liau propose des bicycle commute centers, sortes d'oasis pour cylcistes, comportant des garages à vélo, des boutiques, des cafés, des salles de sport, l’ensemble pouvant être parcouru à vélo. ces noeuds cyclistes sont censé créer une nouvelle tendance chez les cols blancs, la partie de la population la plus prompte à se déplacer en automobile. Les bicycle commute centers sont des refuges qui s’inspirent de l’habitat et des jardins traditionnels chinois qui, rappelle l’auteur du projet, étaient "conçus comme des microcosmes de la nature". 

Liau nous envoie un message, celui d'une nouvelle génération qui a compris que la voiture est anti-économique, anti-environnementale, d'un autre siècle, stupide, et d'autant plus stupide au regard des densités asiatiques.

à côté du rêve enthousiaste de August Liau issu de l'une des plus prestigieuse université du monde, et d'une culture chinoise, rêve récompensé par la Fondation Holcim, le leurre d'une voiture qui serait écologique, nous distraît un peu plus d'une véritable pensée moderne, et d'une économie qui servirait la société.

** Dirgigeant de la république populaire de Chine de 1978 à 1992.

 

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire mercredi 30 novembre 2011 Posté par Clément

    Très bon article sur ce fabuleux projet porté par un étudiant visionnaire. La voiture est en effet d'un autre siècle.. et doit vite être remplacé par d'autres modes de transport dans les villes ! Mais la puissance de l'industrie automobile freine cet élan en cherchant à  se faire une place de choix dans la mobilité durable. Hors des villes, le marché de la voiture peut encore être porteur, mais ayons le courage d'imposer des réglementations beaucoup plus stricte visant à  interdire la mobilité polluante et non productive!

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.