Faites votre propre diagnostique de performance énergétique

jeudi 09 février 2012 Écrit par  Yves Heuillard
Une grande période de froid relativement stable représente une bonne occasion pour calculer la performance énergétique de votre logement. Notre méthode pas à pas pour une bonne estimation.

Il ne s’agit pas ici de réaliser le DPE officiel, celui que ferait un professionnel agréé si vous mettiez votre logement à la vente ou à la location, mais de faire un estimation convenable de la performance intrinsèque de votre logement.

Vous pourrez le cas échéant comparez le résultat avec le DPE officiel, mais il vous servira surtout à apprécier vous-même les améliorations de performances après une rénovation totale ou partielle de votre logement.  

Le principe consiste à mesurer vos consommations sur 4 jours, à calculer l’écart moyen de température entre l’intérieur et l’extérieur, et à procéder à un petit calcul. Notre méthode est applicable à un logement plutôt énergivore (la majorité des logements), mais elle n’est pas assez précise pour un bâtiment dit « basse consommation ». Elle est valide parce qu’en période de grand froid, les consommations autres que le chauffage sont marginales.

Relevés des températures et consommations

Placez votre thermostat d’ambiance sur 19°C le jour et sur 16°C la nuit (de 23 heures à 7 heures par exemple, soit un tiers de la journée). Vérifiez que la température de votre logement correspond bien à la température de commande de votre thermostat, sinon procédez au réglage nécessaire sur plusieurs jours.

Relevez vos consommations en kWh ou en m3 de gaz pendant 4 jours. Pour le fioul sauf à avoir une jauge précise, il est nécessaire de procéder sur une plus longue période et de faire remplir la cuve.

Vous devez également relever la température extérieure au nord de votre maison. Si vous avez une sonde extérieure pour la régulation de votre chauffage il est peut être possible d'afficher cette température extérieure sur l’écran de contrôle de la chaudière ou du thermostat d’ambiance. Nous vous invitons toutefois à vérifier la mesure de la sonde avec un thermomètre de précision.

Si vous n’avez pas de sonde extérieur il faut placer le thermomètre à l’extérieur, au nord, et sous abri. Relevez les températures maximale (Tmax) et minimale (Tmin) de la journée de la journée et faite la moyenne (Tmoy). Ou encore relevez les températures 4 fois par jour par exemple à minuit, 6 heures, midi, 18 heures et faites la moyenne.

Votre premier calcul de DJU

Supposons que les températures moyennes des 4 jours soientt -1°C, -4°C, -1°C, 0°C

1) Calculez l’écart moyen de températures entre intérieur et extérieur pour chaque jour. Par exemple : Jour 1 : 18° - (-1°) = 19° Jour 2 : 18° - (-4°) = 22° Jour 3 : 18° - (-1°) = 19° Jour 4 : 18° - (0°) = 18° Faites le total sur 4 jour, soit 78 « degrés jours unifiés » (DJU) selon le jargon des thermiciens. 2) Calculez votre consommation en kWh. Pour l’électricité c’est une simple soustraction entre les deux relevés d’index. Pour le gaz, il faut multiplier la consommation en m3 par le coefficient de conversion de m3 en kWh qui est indiqué sur votre facture (11,23 sur ma facture), pour obtenir la consommation en kWh. Pour les experts précisons que ce coefficient de conversion aboutit au calcul d’un pouvoir calorifique supérieur (PCS) et non au pouvoir calorifique inférieur (PCI). La différence est de 10%. Nous reviendrons sur ce point. Si vous vous chauffez au fioul, multipliez la consommation en litre par 10kWh. 3) Calculez la consommation sur l’année. Il faut vous reporter aux tables de degrés jours unifiés ou DJU, qui établissent pour chaque région la somme des écarts moyens journaliers à la température de 18°C sur une période de chauffe allant généralement du 1er octobre au 20 mai. Comme le sujet est d’importance nationale et que nous avons une administration publique de la météorologie, vous pourriez penser que des cartes de DJU sont accessibles facilement à tout citoyen ordinaire. Il n’en est rien. Non seulement ces données publiques ne sont pas rendues publiques, mais elles sont payantes ,et chères. Pour une grande partie de la France les DJU sont compris entre 2200 et 2800 et peuvent aller jusqu’à 3800 dans les régions les plus froides, ou descendre à 1400 en Corse. Pour trouver les DJU de votre région, faites une recherche sur Internet (la question est souvent posée dans les forums) ou demandez à un thermicien de votre région. Vous trouverez des DJU par départements sur ce site. http://www.abcclim.net/degres-jour-dju.html Revenons à nos moutons. Supposons que votre région affiche un DJU de 2500. Supposons que votre consommation soit de 600 kWh sur les 4 jours. Pour obtenir votre consommation sur l’année, procédez au calcul suivant : (600 kWh/78)*2500 = 19 230 kWh Performance du bâti seul ou performance globale. Si ce qui vous intéresse, c’est la performance du bâti seul (cas ou vous faite une rénovation), il faut peut être procéder à quelques corrections. Si en revanche ce qui vous intéresse c’est d’obtenir une performance globale qui pourra être comparée au DPE officiel, ne procédez pas au correction suivantes. Dans le cas du gaz, si votre chaudière n’est pas à condensation, vous procéderez à une petite correction de -10% du fait d’un moindre pouvoir calorifique utile du gaz. Dans notre exemple la consommation à prendre en compte s’abaisse donc à 17 307 kWh. Dans le cas du fioul multipliez la consommation obtenue par le rendement de votre chaudière (90% pour une chaudière classique assez récente, 105% pour une chaudière récente à condensation). Lors de votre visite annuelle d’entretien le technicien est capable de vous donner ce chiffre. Consommation annuelle en m²SHON Vous reste à diviser votre consommation par votre surface en m² SHON pour obtenir une valeur de consommation selon les unités utilisées par le DPE officiel. Si vous ne connaissez pas la surface SHON de votre logement vous pouvez la calculer approximativement en multipliant la surface habitable (au sens de la loi Carrez) par 1,20. Par exemple si votre logement a une surface de 100m² SHON et sur la base de nos hypothèses, votre consommation annuelle est de l’ordre de 192 kWh/m²shon et par an. Encore une fois, cette méthode est une approximation, mais elle vous donnera une indication et, si vous améliorez votre logement, elle vous permettra, d’une année sur l’autre, d’en prendre la mesure.

 

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.