Politique : la Royal Society nous rappelle les vrais enjeux

jeudi 26 avril 2012 Écrit par  Yves Heuillard

Bidon-ville au Bangladesh

Selon le rythme actuel de l'augmentation de population dans les pays en développement, il faut construire une ville de un million d'habitants tous les 5 jours - et ce au moins jusqu'en 2050. Dit autrement, d'ici à 2050, il faut construire une nouvelle Chine et une nouvelle Inde (+ 2,3 milliards d'habitants).

Sans action urgente pour stabiliser la population, réduire et équilibrer la consommation des ressources, redistribuer de façon équitable la part du lion consommée par 10 % des plus riches, nous devrons faire face à un siècle de désastres. Telle est l'injonction du rapport "People and the planet" publié hier par la Royal Society (l'équivalent britannique de notre Académie des Sciences), sous la direction de Sir John Sulston, Prix Nobel de biologie. [Photo United Nations, Bangladesh]

Résultat de 21 mois de travail de l'éminente société britannique des gens de science, le rapport fait des recommandations pour assurer le bien-être des 9 à 11 milliards d'habitants de la planète en 2050 (1). Elle insiste sur la nécessité absolue de rééquilibrer le partage des ressources du monde, avec un objectif plus égalitaire.

Première injonction de la Royal Society  : " il faut absolument sortir de la pauvreté les 1,3 milliards d'humains qui vivent avec moins de 1,25 dollar par jour." Le rapport cite par exemple le Niger, qui double sa population tous les 20 ans : "même avec des hypothèses optimistes de réduction de la fécondité, la population passera de 15,5 à 55,5 million en 2050, dépassant largement la capacité du pays à se nourrir et à produire les biens de première nécessité".

La deuxième urgence absolue porte sur la consommation des pays en voie de développement qui doit devenir "durable". Le rapport insiste sur la nécessité de sortir de modèles de consommation basés sur la croissance, de découpler l'activité économique de la ponction sur les ressources naturelles, d'inclure le coût environnemental et social dans le prix des choses, de développer les énergies renouvelables.

Sortir des politiques à courte-vue

Le rapport insiste sur la nécessité de sortir des modèles socio-économiques existants pour permettre à la planète et à ses habitants de se développer harmonieusement, "dans des relations de collaboration et de compétition". Pour les auteurs, ceci exige de sortir des politiques à courte-vue, et de se concentrer sur des objectifs de long terme. La notion de "bien-être" elle-même est mise en question, de même que le lien entre bien-être, consommation et PIB.

Point majeur pour un rapport scientifique, les sciences et les technologies ont certes un rôle crucial à jouer dans l'équation du monde, mais l'attention doit être portée aux conséquences socio-économiques des choix technologiques.

Rien de fondamentalement nouveau dans le rapport de la Royal Society sauf que le rapport arrive à point nommé pour synthétiser, et rappeler avec force, autorité, et pédagogie, les vrais enjeux de l'humanité - enjeux disparus de débats politiques pour le moins primaires, sur fond de crise économique et de fuite en avant.

1) La majeure partie de la croissance de la population viendra des 48 pays les moins développés, dont 32 en Afrique, qui croîtra de 2 milliards d'habitants dans le siècle. Cette hypothèse est faite avec une hypothèse de réduction de la fertilité, mais en cas d'échec de la politique de natalité l'Afrique à elle seule atteindrait 5,3 milliards d'habitants. Les auteurs du rapport se refusent à des hypothèses de population maximale possible de la planète, mais s'accordent à dire que la planète pourrait très bien faire vivre 9 milliards d'habitants.

 

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire samedi 28 avril 2012 Posté par Jeremy

    Les politiques sont prosternés devant le dieux croissance, mais aucun d'eux ne précise de quelle croissance il s'agit. Votre article donne des pistes qui ne sont probablement pas celles qu'ils ont en tête. Bravo pour vos articles.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.