Énergie solaire : la France a-t-elle raté le coche ?

mercredi 12 septembre 2012 Écrit par  Yves Heuillard

Chrecheur de RTI International dans le domaine du solaire PV

 L'augmentation constante des performances du solaire photovoltaïque en même temps que baissent les prix nous rappelle l'épopée de la micro-informatique. Comme dans les années 80, la France est à peine présente sur les grands événements d'une technologie qui va changer le monde. [Photo RTI, voir notre encadré ci-dessous]

La France a-t-elle raté le coche de l'énergie solaire ? La quasi absence d'entreprises françaises au salon Solar Power international 2012, qui s'est déroulé début septembre 2012 à Orlando en Floride, permet d'en juger. Une seule entreprise française présente, sur un millier de stands, contre 85 entreprises chinoises et 21 entreprises allemandes. Ajoutons-y, pour faire bonne figure, Areva Solar, filiale américaine d'Areva. Certes il ne s 'agit que d'un salon régional, mais au salon Intersolar, le plus grand salon mondial du secteur qui s'est déroulé en juin dernier à Munich, au millier d'entreprises allemandes, et aux 350 entreprises chinoises, ne s'opposaient que 21 entreprises françaises. Israël, la Chine, l'Australie et même la Belgique y avaient un pavillon national, pas la France.

En photo : vers le nirvana solaire

RTI International développe un nouveau type de cellules solaires bon marché et à haut rendement qui pourrait ne coûter que 20 dollars par mètre carré, une baisse de 75% par rapport aux cellules actuellement produites de façon industrielle. RTI est une association dont l'objectif est de transformer les idées en applications utiles à l'humanité. RTI emploie 2800 personnes dans le monde. (En savoir plus sur Science Daily). Photo mise à disposition par RTI. Droits réservés.

Pourtant les français ont été pionniers en la matière. Le four solaire français de Mont Louis construit en 1949, puis celui de Odeillo d'une puissance de 1 mégawatt construit dans les années 60, enfin la centrale solaire expérimentale Thémis réalisée en 1983 mais dont les activités ont été mis en sommeil à partir de 1986, ont servi de modèles dans le monde entier.

On est frappé de voir que des références mondiales comme les centrales solaires thermiques à concentration PS10 et PS20 construites par Abengoa, dans la région de Séville (Espagne), ne sont que des répliques modernisées de Themis. Notons du côté des bonnes nouvelles que le groupe français CNIM va construire une centrale solaire de 9MW dans la commune de Llo (Pyrénées Orientales), non loin de Odeillo. 

Alors l'énergie solaire ne serait-elle pas prometteuse ?

Plus encore que le solaire thermique à concentration (CSP), dont l'un des avantages est de produire de l'électricité la nuit, ce sont les panneaux photovoltaïques qui offrent les meilleurs perspectives de baisse de prix. Selon l'Association européenne de l'industrie photovoltaïque (EPIA), en 2020 le coût de production de l'électricité produite à partir des installations photovoltaïques sera compris entre 6 et 10 centimes de dollars, et entre 7 et 12 centimes de dollars pour le résidentiel. L'analyse la plus prudente, celle de l'Agence internationale de l'énergie (IEA) avance un chiffre compris entre 10 et 21 centimes de dollars pour les installations industrielles et entre 16 et 31,5 centimes pour le photovoltaïque résidentiel (source IRENA)

Evolution du coût du kWh photovoltaïque
Baisse des prix du photovoltaïque selon les sources. Document IRENA 

La continuelle baisse des prix de la technologie photovoltaïque, associée à des augmentations de performances régulières, ne permet pas une prédiction fiable, mais à peu près tout le monde s'accorde à dire que le kWh solaire produit par des installations en toiture sera très rapidement (5 à 10 ans) à parité avec le kWh vendu sur le réseau (ce qu'on appelle la "parité réseau").

10 000 réacteurs nucléaires...

En 2012 le BLM (Bureau of Land Management), l'organisme fédéral américain en charge de la gestion du domaine foncier public, a réservé 40 millions d'hectares de terres désertiques dans le sud-ouest des Etats-Unis pour des projets solaires. Une surface suffisante pour produire autant d'électricité que 10 000 réacteurs nucléaires (en ordre de grandeur, voir nos éléments de calcul ici) !

Selon les régions, cette parité réseau, qui dépend de l'ensoleillement et du prix local de l'électricité, est déjà atteinte. Le problème principal ne réside pas tant dans le passage d'une électricité fossile ou nucléaire à une électricité solaire, mais d'un système centralisé, dominé par quelques gros acteurs de l'énergie à un système ou chacun devient producteur et consommateur d'énergie.

Outre la nécessité d'adapter le réseau électrique, le défaut majeur de l'électricité photovoltaïque, du moins pour les gros énergéticiens d'aujourd'hui, est de remettre en cause leur modèle économique. Les panneaux solaires seraient-ils aux réacteurs nucléaires, ce que fut le web au minitel, l'Apple II à l'informatique centralisée ?

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.