Encore une lampée de bisphénol A ?

mardi 15 avril 2008 Écrit par  Yves Heuillard

Selon le site canadien Globe and Mail, l'organisme de santé publique Canada Santé s'apprête à classer le bisphénol A comme produit dangereux - une étape qui pourrait précéder son interdiction pure et simple. Ces derniers mois la presse canadienne avait causé tout un émoi dans la population en dénonçant la présence de bisphénol A dans les biberons des bébés. Vous avez dit bisphénol A ? C'est un produit qui entre dans la production de nombreuses matières plastiques, dont le polycarbonate. Le polycarbonate, un plastique rigide et transparent, est omniprésent dans notre vie quotidienne : un DVD ou un casque de cycliste sont en polycarbonate. Il peut aussi servir à la fabrication de biberons, de vaisselle, de boîtes de conservation, de caisses ou de casiers en plastique. On le trouve aussi dans le polyester, le PVC et les résines epoxy qui servent à recouvrir l'intérieur des boîtes de conserves pour isoler les aliments d'un contact direct avec le métal. Si vous trouvez un petit chiffre 7 dans un triangle gravé dans la masse d'un récipient en plastique (généralement en dessous), c'est du polycarbonate (voir notre dossier sur les bouteilles plastiques).

On savait que le bisphénol A pouvait migrer des récipients vers les aliments qu'ils contiennent, phénomène aggravé quand les objets sont lavés avec des détergents agressifs, ou quand ils sont chauffés (au four à micro-onde ou dans un lave-vaiselle par exemple). Des tests ont montré que 90 % des Américains ont des traces de bisphénol dans le sang.

La formule chimique du bisphénol A l'apparente à l'oestrogène (hormone féminine). Bien que l'extrapolation ne soit pas possible, il n'est pas inutile de savoir que les hormones naturelles sont actives à des concentrations très faibles de l'ordre d'une partie pour 1000 milliards. Des dizaines d'études ont lié le bisphénol A à l'apparition de cancers de la prostate ou du sein, l'apparition précoce de la puberté, des changements dans la structure du cerveau, ou des problèmes de développement de l'embryon ; le lecteur pourra se reporter par exemple à cette étude très récente des chercheurs de l'université de Cincinnati.

La ville de San Francisco, avait déjà interdit en 2006 la vente de biberons et autre objets pouvant contenir du bisphénol A, à destination des jeunes enfants. En Europe, l'autorité de régulation pour la sécurité alimentaire, l'EFSA (European Food Safety Authority) a considéré en 2002 que l'absorption de bisphénol, dans une certaine limite, était sans danger pour santé. Position confirmée en 2006 après avoir évalué près de 200 travaux de recherches sur le sujet. Pour l'EFSA la dose tolérable (Tolerable daily intake ou TDI) de bisphénol A est de 0,05 mg par kg. Les études des industriels du plastique ont toujours conclu à l'innocuité du bisphénol A.

Avant même l'annonce d'une possible classification par Santé Canada certains magasins avaient retiré de leur catalogue les bouteilles en plastique ou les biberons, faisant suite aux inquiétudes des associations pour l'environnement.

Apprenez à reconnaître les plastiques
. Voyez notre dossier "Les bouteilles en plastiques sont-elles dangereuses ? " et apprenez à reconnaître les types de plastiques et la bonne manière de les utiliser.