Écoutez le changement qui vient...

mercredi 03 avril 2013 Écrit par  Yves Heuillard

"Playing for change" réunit des musiciens des rues du monde entier pour construire la conscience d'une humanité juste et solidaire. Vous n'entendez rien ? Branchez votre casque sur le monde.

En 2009, nous vous avions fait découvrir Mark Ridley, celui par qui l'idée de "Playing for change" est venue. Aujourd'hui, nous ne résistons pas à vous faire partager l'épisode 75 de cette saga, avec un groupe de musiciens de Kinsasha au Congo. Et après la vidéo, pour ceux qui veulent en savoir plus, une petite histoire de cette belle aventure qui, de projet musical collaboratif mondial, devient fondation pour l'éducation à musique ,et donne naissance à un véritable orchestre fait de musiciens du monde.  Avec les liens pour écouter l'âme de la planète et de l'humanité.

 

Vous avez le droit d'espérer

 "Playing For Change" est une aventure musicale qui commence en 2005. Mark Johnson est réalisateur de documentaires. Il rencontre Rodger Ridley, musicien de la rue à Santa Monica en Californie, qui joue Stand by me. Avec un petit groupe de cinéastes et d'ingénieurs du son, il décide de parcourir le monde et de faire jouer la même musique à d'autres musiciens des rues.Grandpa Eliott dans Le film musical qui en sort a été vu près de 50 millions de fois sur Youtube. Il rassemble, virtuellement, Roger Ridley et d'autres musiciens des rues du monde, dont Grandpa Eliott, chanteur et harmoniciste originaire de la Nouvelle Orléans qui deviendra un peu le grand-père de tous les enfants du monde en photo (ci-contre, cliquer pour écouter).

 De mouvement musical collaboratif (playingforchange.com) le projet devient en 2009 une fondation (playingforchange.org) qui vise à promouvoir la paix, la justice sociale et l'unité au travers de la musique, et de l'éducation à la musique et aux arts en général. La fondation a maintenant son orchestre, et un jour de fête planétaire, le Playing For Change Day a été institué au premier jour de l'automne.

Photo d'ouverture de Elvert Barnes

Aussi sur ddmagazine

Je patauge dans tes ordures, connais-tu Mozart ?