La production d'électricité nucléaire mondiale baisse

jeudi 18 juillet 2013 Écrit par  Yves Heuillard

centrale nucméaire de Kewaunee. Annonce de la fermeture par Bloomberg Business News en mai 2013

La production d'électricité nucléaire a baissé de 7% en 2012 et de presque 12% depuis 2006, selon le Word Nuclear Industry Status Report publié le 11 juillet dernier.

Selon le rapport annuel indépendant sur l'industrie nucléaire, le respecté World Nuclear Industry Status Report , au 1er juillet 2013, 427 réacteurs dans 31 pays étaient opérationnels pour une puissance totale de 364 GW. Le parc nucléaire mondial a atteint son nombre maximal de réacteurs en 2002 (444) et son maximum de puissance en 2010 (375 GW). Tous les chiffres qui suivent sont tirés du très documenté rapport de 139 pages qui constitue la référence en la matière.

Comparaison renouvelable

Depuis 2000, la puissance installée éolienne s'est accrue en moyenne de 27% par an et la puissance photovoltaïque de 45%. En 2012, 45 GW d'éolien installés, 32 GW de photovoltaïque, contre 1,2 GW de nucléaire ajouté la même année. Même en supposant un facteur de charge moyen de seulement 16%, en 2012, la mise en service de nouvelles capacités de production est 12 fois plus importante pour l'éolien et le solaire que pour  le nucléaire.

La production d'électricité a été maximale en 2006 (2660 TWh) et a baissé ensuite jusqu'à 2346 TWh en 2012. Ces chiffres sont fortement affectés par la perte des réacteurs de Fukushima Daiichi et par la fermeture définitive de ceux de Fuksuhima Daini. Au premier juillet seuls deux réacteurs japonais restent en fonctionnement (Ohi-3 et Ohi-4), 42 autres n'ayant pas eu le droit de redémarrer.

La part du nucléaire dans la production mondiale d'électricité a été maximale en 1993 (17%). En 2012 elle n'était plus que de 10%. Seule la République Tchèque a atteint un record de production en 2012.

28 ans d'âge moyen

L'age moyen des réacteurs est de 28 ans. 190 réacteurs, (45% du parc mondial) ont trente ans et plus. 14 pays construisent de nouveaux réacteurs, soit un pays de plus que l'année dernière, les Emirats Arabes Unis. Il s'agit d'ailleurs du premier nouvel état nucléaire civil en 27 ans.

44 réacteurs en construction en Chine, en Inde, et en Russie

Toujours au 1er juillet, 66 réacteurs étaient en construction, sept de plus, qu'un an auparavant, pour une capacité totale de 63 GW; les deux tiers de ces nouveaux réacteurs sont en Chine, en Inde et en Russie. Deux réacteurs sont en construction aux Etats-Unis (les premiers nouveaux réacteurs américains depuis 35 ans). Le rapport précise que ces deux projets ont reçu 8 milliards de dollars de garantie financière de l'état fédéral et de subventions (ce qui correspond à leur coût estimé), le risque financier étant ainsi transféré aux contribuables et aux consommateurs.

Construction : 8 ans par réacteur

La durée moyenne de construction est de 8 années, neuf réacteurs étant en construction (ou du moins répertoriés comme tels) depuis plus de 20 années et 4 depuis plus de 10 ans. La durée de construction de ceux démarrés entre 2003 et juillet 2013 est de 9,4 ans, toujours selon le Word Nuclear Industry Status Report.

Plus de fermetures que de mises en service

En 2012, 3 nouveaux réacteurs ont été mis en service et six ont été fermés, dont deux aux Etats-Unis. Pour l'année 2013, et jusqu'au premier juillet un seul réacteur a été mis en service, 2 autres ont été fermés aux Etats-Unis. Parmi les quatre réacteurs américains retirés du réseau, 3 ont été fermés parce qu'ils demandaient des travaux très coûteux tandis que le quatrième, celui de Kewaunee dans le Wisconsin, a été tout simplement fermé parce "économiquement non viable" (malgré le renouvellement de sa licence jusqu'à l'âge de 60 ans).

La plupart des nouveaux candidats potentiels au nucléaire, dont le Bengladesh, la Pologne, le Vietnam, la Biélorussie, la Jordanie, la Lituanie, l'Arabie saoudite ont différé leurs engagements, toujours selon le rapport.

En ouverture photo de la centrale de Kewaunee aux Etats-Unis, fermée en mai 2013, pour raison économique. En surperposition titre de Bloomberg Business News de l'époque.
Photo CC Lenka Reznicek.

2 Commentaires

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.